Mars 27, 2018
Par Collectif Emma Goldman
237 visites
C’est par une belle journée de printemps que s’est déplacée une soixantaine de personnes, dimanche 25 mars, pour la marmite autogérée sur le thème La solidarité est plus forte que les proprios exploiteurs! L’événement fut un grand succès puisque les buts fixés pour cette action ont été atteints. Tout d’abord, nous avons réussi à mettre en contact plusieurs personnes vivant des situations semblables : pauvreté, exploitation par le propriétaire, isolement, harcèlement policier, etc. Nous avons distribué un grand nombre de repas (des burritos vegan) et le Marché gratuit a attiré de nombreuses personnes. Ensuite, plusieurs témoignages entendus dimanche nous permettent de connaître encore mieux la réalité des habitant.e.s défavorisé.e.s vivant au centre-ville, mais aussi de certains projets à venir. En effet, selon une personne présente à la marmite autogérée, la maison de chambres du 21 Price, passée au feu en décembre dernier, deviendrait un stationnement pour le restaurant Joachim. 
D’autres nous ont raconté leur quotidien dans des conditions difficiles dû à leur exploitation par les propriétaires véreux. Nous en avons appris beaucoup sur les agissements du propriétaire (Jean-Guy Caron) de la maison de chambres sur le boulevard Saguenay où Michael Labbé est décédé en janvier dernier lors d’un incendie. À la suite du brasier, qui a lourdement endommagé l’immeuble et qui a propagé les moisissures, le propriétaire n’aurait fait que placarder le troisième étage. Aux autres étages, il continue de charger des prix astronomiques pour des logements dans des conditions de misère extrême. Un locataire raconte que le plafond s’égraine au-dessus de son lit; aucune rénovation n’aurait été réalisée dans leurs logements après l’incendie. Le prix d’une chambre : 300$. Et les autorités municipales tolèrent visiblement la situation – c’est déshumanisant! Il paraîtrait que Mr. Caron aurait arraché des affiches invitant les gens du quartier à notre événement. Or, si nous avons pris le soin d’inscrire en grosse lettre « Ton proprio est un crosseur? Viens en parler! », c’est bien pour dénoncer les exploiteurs de ce genre et tout le système qui les soutient. 
Finalement, cette marmite nous a permis de renforcer notre résistance contre les proprios exploiteurs et l’embourgeoisement. Organiser notre rage afin de mieux nous défendre et rendre possible une contre-attaque. D’autres actions sont à venir. Les exploiteurs n’ont qu’à bien se tenir!




Source: