Mars 24, 2022
Par Squat.net
333 visites

Pôle Enquête – Épisode 2 – “Les Experts à Pertuis”

Le pôle Enquête de la ZAP pensait avoir mérité de sacrées vacances après l’écriture du premier article. Malheureusement, de récentes alertes concernant de nouvelles activités potentiellement illégales de la part de la Mairie de Pertuis l’ont forcé à se remettre au travail, le cœur brisé.

4) Après Roux TP pour les destructions illégales, la Mairie de Pertuis a très probablement embauché une nouvelle entreprise privée, Sécurité 7 (Marseille), pour des activités de surveillance, de renseignement et d’intimidation.

5) La Mairie de Pertuis continue d’employer les gros moyens pour des intrusions et destructions illégales: cette fois, la police municipale de Pertuis accompagnée de machines et travailleurs du privé se sont introduits illégalement sur des parcelles agricoles privées, sans prévenir les propriétaires concernés, afin d’y détruire des structures en bois.

6) La Mairie de Pertuis s’acharne à harceler les militant.es anti-pass / soignantes suspendues, et la dernière tentative d’intimidation a atteint un paroxysme de ridicule: une personne a été convoquée à la gendarmerie de Pertuis, et tout le monde s’est vite rendu compte qu’elle n’était pas présente aux moments des faits (non répréhensibles d’ailleurs) reprochés ; elle ne correspondait même pas aux photos du dossier.

Le détail des affaires:
4) Le 14 mars, plusieurs voitures, logo Sécurité 7 floqué, ont entrepris des rondes sur les chemins de la ZAP. Traillis militaires, gros bras sans brassard sécurité. Nous les avons questionnés: l’un a déclaré être embauché par la Mairie de Pertuis, l’autre par l’EPF, afin de surveiller la zone et de faire des rapports sur nos constructions.

D’après la loi (à confirmer), les mairies n’ont pas le droit de d’engager des prestataires privés pour des missions de sécurité, de renseignement, et encore moins d’intimidation! Encore une fois, on se questionne sur les montants en jeu. Les mauvaises langues diront que Roger Pellenc utilise l’argent public pour défendre ses intérêts privés: clairement, nous ne souhaitons pas relayer ces propos diffamatoires.

5) Au matin du 17 mars, vers 9h, des policiers municipaux, gants coqués (non autorisés pour des municipaux en voiture), ainsi que des travailleurs de TLDP (Zac St-Martin, Pertuis) équipés de pieds de biche, se sont introduits sur des parcelles agricoles privées sans prévenir les propriétaires concernés. Ils voulaient détruire des passerelles réalisées dans le but d’offrir aux visiteurs des lieux une ballade agréable, en vélo ou à pied, à travers les terres agricoles menacées de bétonisation. Une fois les copaines alerté.es et les caméras sorties, ils sont vite repartis la tête basse.

Heureusement qu’à la ZAP, on construit bien en plus en une journée que ce que la mafia locale détruit en une matinée.

6) Le 18 décembre a eu lieu une manifestation anti-pass et soutien aux soignantes suspendues très routinière ; durant celle-ci, deux manifestants se sont rendus à la médiathèque pour papoter gentiment avec la direction et questionner leur rapport aux restrictions sanitaires. Roger n’a pas digéré ces débordements incontrôlables. La Mairie de Pertuis a donc porté plainte. Faisant suite, les gendarmes sont allés, armés, délivrer une convocation au domicile d’une personne suspectée de ces crimes horribles: lors de son audition du 14 mars de plus d’une heure, les pieds nickelés se rendent vite compte que celle-ci n’était pas présente au moment des faits reprochés, puisqu’elle était covidée ce jour-là et que son visage ne ressemblait en rien aux photos du dossier.

La Mairie de Pertuis est bien connue pour multiplier les plaintes absurdes et les arrêtés municipaux ubuesques censés réprimer des mouvements contestataires. Face à ces abus de pouvoir, les zapatatistes sont ravi.es de soutenir les soignantes suspendues de Pertuis, dont le courage ne connaît pas de fatigue.


Chronique d’un soleil artificiel – Épisode 1

Ceci est l’histoire d’un soleil que veulent apprivoiser des fous, d’un homme-machine aux longs bras extensibles, de grands buildings publiques abritant du pouvoir, d’une plaine ruisselante toujours grignotée, d’oiseaux et d’arbres sentant le danger arriver, d’humaines inquiets pour leur foyer et leur futur, de copaines en luttes.

Épisode 1 – 2005 – 2019
En 2005, les plus grandes nations de notre terre choisissent la France, cocorico, et plus précisément Saint-Paul-les-Durance, à 20 km de Pertuis, pour accueillir ce qu’on nous présente comme l’énergie du futur, celle qui nous sauvera du charbon: le projet ITER, qui consiste à imiter la production de plasma réalisée par le soleil. Evidemment, maîtriser plus de 100 millions de degrés dans une machine n’est pas une mince affaire, et il faudra un nombre assez indécis de décennies pour finaliser la chose. Comme de bien entendu, il s’agit d’une énergie sans dangers et propre, qui consomme simplement de l’hydrogène issu la mer: enfin, plus exactement, de deutérium dont l’extraction est très énergivore, et aussi de lithium, métal labellisé AB depuis fort longtemps.

Pour bâtir la cité-projet Cadarache, les décideurs étaient déjà parvenus à compenser les nombreux dégâts infligés au vivant: pour cela il suffit de déplacer ou réintroduire des espèces de manière assez aléatoire. Deux ou trois arbres replantés ici ou là, et le développement durable est ainsi validé. A ce propos, si, aujourd’hui, on regarde la compensation pour les vies et biodiversités brisées prévues dans le cadre du projet de prison d’Entraigues (2021), il s’agit véritablement de dizaines de jeunes arbres plantés, éberlués, sur un rond-pont donnant vue sur une autre belle zone d’activité.

En 2005, on pressent dans les couloirs de l’état une envie, un besoin: du béton, oui il en faudra plein pour développer ce projet hautement écologique impliquant d’hypothétiques sous-traitants. Ce doux espoir arrivera à l’oreille de notre principal protagoniste, Roger dit Docteur Octopellenc, monstre hybride dotés de super-pouvoirs bitumisants. Si des anciens de Pertuis le soupçonnent d’avoir volé l’invention d’un copain pour fonder une entreprise qui deviendra un empire (Groupe Pellenc, 18 filiales dans le monde, acteur majeur des machines agricoles, CA > 200M€, slogan “La nature est notre moteur”), lui n’a cure de ses rumeurs et poursuit son rêve qui est celui de “robotiser les cornichons”.

En 2008, Octopellenc se dit qu’il pourrait apporter tellement plus aux pertuisiens: le voilà qu’il se présente aux élections municipales (étiquette Divers Droites, réélu en 2020 avec 17% des inscrits) et remporte la mise grâce à la bonne vieille base réac vauclusienne. Tel un premier de la classe, il se met tout de suite au travail et, en décembre 2010, rapporte un dossier de 95 pages devant la Communauté du Pays d’Aix présentant un projet de Pertuis-Silicone-Durance: pôle ITER, pôle biocarburants, centrale thermodynamique sur 50 hectares… Pellenc Musk est plus chaud que le climat! On y aperçoit déjà son dégoût envers la clique des marginaux, puisqu’il ambitionne de “redonner son dynamisme à cette plaine agricole riche mais extrêmement morcelée, devenue aujourd’hui le territoire des gens du voyage sédentarisés”.

Dans les années qui suivent, on assiste alors au balai classique de nos institutions locales préférées: la mairie de Pertuis, la Métropole d’Aix Marseille, la Préfecture du Vaucluse et l’EPF (Etablissement Publique Foncier) valideront tour à tour les différentes étapes du projet. PLU facilement modifié en 2015, et 5 millions d’euros prévus pour renforcer des digues – car la plaine de Durance est globalement inondable. A Pertuis comme à Cadarache, on sait prendre soin de la nature-moteur, puisqu’on n’oublie pas de compenser le bétonnage par la création d’une ZAP (Zone Agricole Protégée): ouf !

A partir de 2016, l’EPF, sans doute pressé par un Roger bavant d’impatience, commence à racheter des terres et maisons avant même que le projet soit officiellement reconnu d’utilité publique (2020). En exemple, la fameuse parcelle qui accueillera plus tard un magnifique verger fut rachetée en 2018. Oh, surprise, celle-ci est voisine des entrepots Pellenc, de même que les maisons occupées… Décidément, les coïncidences s’enchaînent dans cette nébuleuse affaire. En mars de la même année est pondue une première estimation d’une ligne de budget que l’on nommera sobrement “expropriations & clientélismes” de 13 millions d’euros. Les détails de cette évaluation à la louche ne sont pas connues, contrairement aux disparités de rachats constatées sur les parcelles agricoles rachetées par l’EPF dans le coin (entre 1 et 107€ du m²), comme si l’herbe était plus verte ailleurs.

Après 14 années de travail aussi bureaucrate que démocrate, les arcanes du pouvoir se décident à informer des personnes qui seraient potentiellement intéressées par le projet: il s’agit en l’occurrence des familles et agriculteurs qui risquent l’expropriation. Ainsi, lors de ce bel automne 2019, il reçoivent une missive fort déroutante: “Un certain projet est désormais bien ficelé. C’est tellement du solide que vous serez probablement bientôt ôté de votre cadre de vie. Nous prendrons bientôt le temps de discuter ensemble des modalités. Votre tendre Roger.” Coup de semences à Pertoche: des humains décident de se regrouper et de s’opposer. Terre Vives Pertuis is born.

Quelle aventure! Dans le monde des fous, personne ne sait où il va, et ça ils ne l’ont jamais bien su. L’homme-machine en profite et, tout comme ses ennemis, joue des cartes dans son salon: “ici je dégage les anarchistes, marginaux, ici oust les gitans, ici je détruis, ici je bétonne, ici je m’étends, ici ici ici…!”. Les grands buildings publiques l’écoutent et acquiescent ces idées aussi sérieuses que futuristes. La plaine et ses animaux se font du sang d’encre ; l’écureuil comprend vite que le rapport de force face à une pelleteuse lui est défavorable. Se rallie alors à lui des humains qui, profitant d’un cormoran voyageur, décide d’affronter les fous, l’homme-machine et les grands buildings publiques. Les copaines en lutte, eux, ne connaissent pas encore Pertuis…


Agenda avril mai de la ZAP

DIMANCHE 27 MARS 2022
12H PLUS DE PATATES ! MOINS DE BÉTON
Saison 2 : Pique nique, plantation de patates, concerts, surprises. En Avril 2021, nous étions 500 planteurs de patates.
 Le 27 Mars 2022, on remet la binette en transe !
RDV à 12H pour un Pique-Nique collectif : chacun.e peut amener son repas. On fera aussi un repas prix libre, les écus récoltés serviront à renflouer la caisse de la ZAP !
On poussera la chansonnette avec la Lutte Echantée, pour donner l’élan nécessaire à la buteuse, et que la terre monte, monte, monte ! On y plantera des patates entrainé.es par le rythme de la Batucada de Saint-Michel-l’Observatoire , et quelques autres surprises programmées encore incertaines !

DIMANCHE 3 AVRIL
14h Atelier d’autodéfense
Point légal, acrobranche, stratégie non violente.

DIMANCHE 17 AVRIL
DIMZAP’ Agricole
12h Plantation de tomates et autres délices

LUNDI 18 AVRIL
LA COMMUNE DE PERTUIS
Journée hommage à la Commune
Repas, concert DUBAMIX & Camarades

14 & 15 MAI LE GRAND CHARIVARI
Carnaval paysan, bruyant et déterminé feat la Confédération
Paysanne & les Soulèvements de la Terre

La ZAP (Zone à patates)
513 chemin du Gourre d’Aure
Pertuis
lazapdepertuis [at] riseup [point] net
https://zappertuis.noblogs.org/


Des squats en France https://radar.squat.net/fr/groups/country/FR/country/FR/squated/squat
Des groupes en France https://radar.squat.net/fr/groups/country/FR
Des événements en France https://radar.squat.net/fr/events/country/FR


La ZAP, le 23 mars 2022 https://zappertuis.noblogs.org/post/2022/03/23/agenda-avril-mai-2022/
le 24 mars 2022 https://zappertuis.noblogs.org/post/2022/03/24/pole-enquete-episode-2-les-experts-a-pertuis/
et https://zappertuis.noblogs.org/post/2022/03/24/chronique-dun-soleil-artificiel-episode-1/




Source: Fr.squat.net