Février 23, 2019
Par Paris Luttes
300 visites

Le 20 février à 6h du matin, 42 flics ont mené une opérations pour intercepter de dangereux terroristes. Leur but : neutraliser 6 lycéens coupables selon eux d’avoir écrit des tags contre leur proviseure. Le parisien nous narre ce grand fait d’héroïsme :

Plus de deux mois après les faits qu’on leur reproche. Six lycéens de Romain-Rolland à Ivry ont été placés en garde à vue ce mercredi matin. Parmi eux, trois mineurs seraient toujours retenus à la brigade des mineurs de Créteil ce mercredi soir. Des trois majeurs gardés à vue au commissariat de Vitry, deux auraient été libérés en fin de journée.

Leur faute : avoir dénoncé par des tags les agissements du proviseurs qui a envoyé plusieurs de leur camarades en garde à vue en décembre dernier. En effet, accusés d’avoir troublé l’ordre républicain par un vibrant « Macron démission », 6 jeunes avaient passé 36h quand même (oui oui le procureur a jugé bon de prolonger la garde à vue) dans les geoles de notre beau pays. Ils nient d’ailleurs les faits reprochés. La proviseure avait refusé de retirer sa plainte, lançant par la même un blocus total de son lycée pendant près de 15 jours. Non seulement la meuf est une réactionnaire, mais en plus elle sait fairte l’unanimité contre elle. Les lycéens avaient donc réagit par de biens belles peintures sur le mur de leur établissement préféré.

JPEG - 233.8 ko

Une revendication noble exprimée, il est vrai, avec peu d’élégance mais moult détermination.

Reste qu’à l’extérieur la mobilisation continue avec plusieurs rassemblements dont un avait lieu ce soir. Même le SNES, pourtant frileux à la solidarité a réagit par un communiqué… C’est dire si on atteint des absurdités dans la répression…




Source: