Septembre 8, 2016
Par Marseille Infos Autonomes
147 visites


Hier 6 Septembre, dans le cadre d’une opération policière menée par la Digos de Turin en Italie, une trentaine d’habitation dans plusieurs régions du pays ont été perquisitionnées, cinq personnes ont été arrêtées avec l’accusation d’ “association subversive à finalité terroriste”.

L’opération, appelée « Scripta Manent », aurait comme but de trouver les responsables des actions revendiquées par la Fédération Anarchiste Informelle, qui remontent à il y a plus de dix ans, entre 2003 et 2012. Cette enquête fait suite à d’autres qui ont eu lieu il y a quelques années, comme l’opération Cervantes et Ardire, visant à trouver les chefs et les organisateurs d’un mouvement qui se veut horizontal et diffusé sur tout le territoire.

Les faits qui sont reprochés à cette organisation, sont l’envoi d’un courrier explosif au directeur du CPT (Centre de Permanence Temporaire, actuellement appelés Centres d’Identification et d’Expulsion et correspondant aux Centres de Rétention Administrative en France) de Modene en 2005, à plusieurs casernes de la police municipale, de Carabinieri et flicaille en général, à la Coema Edilità, entreprise qui a participé à la restructuration du CIE de Turin. Entre autres, l’enquête s’intéresse encore aux tirs aux jambes de Roberto Adinolfi, manager de Ansaldo Nucleare, entreprise italienne dans le secteur du nucléaire. Pour ces faits deux camarades ont déjà été condamnés et ont déjà revendiqué publiquement l’attaque.

Résumé Traduit de l’italien depuis Informa-Azione




Source: