Point G versus 5 G
(MĂ©moires d’un vieux con ?)

Aux temps lointains de de mon adolescence
Les garçons n’avaient qu’une obsession.
Avec les spécialistes de physique quantique
Ils partageaient une passion commune.

L’origine du monde mettait en transe
Les producteurs d’étonnantes Ă©quations.
Courbet dans un style quasi anatomique
Avait déjà mis, avant eux, le sujet à la une.

Vous me direz : « Cessez vos errances
Vos dĂ©lires et mĂȘme vos Ă©lucubrations
On parle ici d’exploitation technologique
Et d’un Ă©normissime paquet de thune ! »

Je vous demande un peu de patience :
Le déploiement de la nouvelle génération
Du bidule pour les réseaux téléphoniques
Est bien au cƓur de ma tribune.

On prend aujourd’hui la dĂ©fense
De la santé attaquée par les rayons
De la Terre face aux changements climatiques
Contre ce truc dont certains attendent la fortune.

Je souscris à la critique et à l’urgence
De cesser atermoiements et circonvolutions.
Quant à moi et de maniÚre synthétique
J’aimerais pouvoir combler une autre lacune.

***

Dans les années quatre-vingt en France
Les collĂ©giens n’avaient pas la passion
Des débits, des gigabits ou de la connectique
Ou alors dans des acceptions plus fun [note] .

Les puceaux débattaient sur le sens
Du mystérieux point G et sa localisation ;
Bouton présenté comme extatique
Pour les rousses, les blondes et les brunes.

Chacun ourdissait alors sa romance
S’inventait des histoires d’étalon
Et les soirs de coma Ă©thylique
Pouvait rĂȘver de coĂŻt sur la lagune.

Quarante ans sont passĂ©s et l’appĂ©tence
Pour les nouveaux moyens de communication
La 5 G et le déploiement numérique
Accroit-elle le désir de chacun et chacune ?

Scotchez votre téléphone sur la panse
Et jouissez de ses multiples vibrations !
Les giga-octets et les pixels Ă©lectroniques
Remplaceront-ils jamais la vue d’une lune ?

D’aucuns diront que je casse l’ambiance
Que je raisonne tragiquement en vieux con.
En marche vers un avenir électromagnétique ?
Ce sera sans moi. Sans rancune !

CĂ©d.

*A prononcer comme il se doit en bon français : fune.


Article publié le 28 Sep 2020 sur Monde-libertaire.fr