Il existe aux États-unis de nombreux mouvements/individus radicaux, sortis de milieux universitaires, et s’attribuant le qualificatif « anarchiste ».

Certains défendent des idées contraire aux fondements de l’anarchisme, mais s’attribuent malgré tout le terme, au mépris de leur propre crédibilité. La sophistique permet à de nombreux intellectuels de s’approprier quelques concepts liés (mais pas seulement) aux anarchistes, tout en rejetant le reste qui fait pourtant la cohérence de la philosophie anarchiste, et s’auto-proclamant malgré tout anarchiste du fait de ces quelques concepts appropriés. Cependant, malgré toute la sophistique employé pour masquer la réalité des propositions de ces intellectuels, il est possible de mettre à nu leurs théories, et de poser clairement les moyens et l’avenir proposé par ceux ci.

Par exemple, et je ne m’intéresserai qu’à celui-ci, on entend dans certains milieux écologistes radicaux que Ted Kaczynski (TK) serait anarchiste  ! ?

La lecture des écrits de TK, notamment son manifeste « la société industrielle et son avenir », est intéressante… mais… après la lecture du contenu de ses écrits, on peut douter d’une revendication d’anarchiste à son sujet. Plaide-t-il pour l’anarchie, une situation sociale de liberté et d’égalité dans laquelle n’existe aucune autorité coercitive ? non ! on le verra plus loin… On peut déjà commencer par observer, dans ses textes, que le but qu’il se fixe, c’est la « nature sauvage » et non l’anarchie, et les moyens qu’il préconise, qui ne sont en rien en concordance avec un but de « nature sauvage » (voir plus bas). Hors un but (par exemple, l’anarchie pour des anarchistes) ne peut pas être atteint avec des moyens révolutionnaires qui ne soient pas liés à une réalisation sociale de ce but, réalisation aussi infime soit-elle. On tombe sinon assez vite dans de l’autoritarisme, du hiérarchisme ou de l’avant-gardisme, et, malheureusement pour les partisans de TK, la suite de ses écrits le confirme…

Pour que son manifeste soit connu du public, mais aussi pour appliquer ses idées, il tuera ou blessera des spécialistes de la recherche informatique et génétique, et autres … Selon sa théorie publicitaire, il faut attenter à des vivants , et utiliser les médias pour être entendu. Remarquons qu’il est aussi pour brûler les livres techniques ou les usines et qu’il prône un accroissement des tensions sociales, des souffrances de la population vis à vis de la technologie moderne afin qu’il y ait révolte… Il est conscient que les conséquences de sa révolution anti-technologique amèneraient une mortalité importante dans la population (du fait des destructions des technologies permettant l’existence des sociétés modernes), mais cela serait, selon lui, nécessaire dans le processus d’anéantissement total de la technologie moderne.

TK veut attaquer et anéantir le technologisme industriel / la technologie moderne, et pour cela il propose une révolution anti-technologique (anti-T), dans laquelle les révolutionnaires utiliseraient à cette fin une partie de la technologie moderne (Vu qu’en plus le but est d’imputer les problèmes à la société technologique, afin qu’il y ait révolte, on peut imaginer le pire dans l’arbitraire d’une telle proposition et les choix possibles de la partie à utiliser pour arriver à leurs fins).

Dans son manifeste, il s’attaque à la technologie en tant que cause, mais aussi dans ses effets. Comme la technologie permet notamment le développement et le progrès de la médecine, il y a une mortalité moins importante, cela mènerait donc de fait à une population et à une production technologique qui s’accroîtrait. Il est, de par ce fait, contre la médecine qui participerait à l’extension des problèmes écologiques de par une « sur » population. De plus cela fausserait le processus de la sélection naturelle ! Cependant, TK est pragmatique et prévoyant, il prône pour l’élite et partisans anti-T de se reproduire abondamment (natalisme sélectif ! ?) pour former de futurs partisans/élites sains/pures (dans son idée de reproduction de comportements héréditaires ! ?). La médecine qu’il préconise, semble devoir se résumer à un stoïcisme attentiste vis à vis de la maladie… ceci formant, ou pas, de durs et robustes être humains qui participent à la sélection naturelle et d’une hiérarchie naturelle ? La médecine sociale défendue par les anarchistes est bien plus enrichissante pour la société qu’une non-médecine laisser-fairiste naturaliste, ou que la médecine actuelle (qui ne prend pas, ou peu, en compte l’organisation sociale comme causes des maladies).

A la différence des anarchistes, et en concordance avec les capitalistes, il prône la défense des mesures permettant l’unification de l’économie mondiale (GATT, FMI), qui au demeurant permet le renforcement de l’organisation technologique capitaliste (et aussi sa flexibilité face aux opposants), ceci pour que, dans son idée, la révolution destructrice de la technologie puisse devenir mondiale (hors si tu permets le renforcement de l’ennemi, tu affaiblis tes capacités de résistance/luttes, et la rupture est toujours pour demain, dans un déterminisme historique attentiste). C’est assez semblable à Marx (&amp ; co), le radical bourgeois, qui considérait qu’il fallait développer le capitalisme partout afin que la révolution socialiste soit enfin possible (on sait ce que cette fausse théorie révolutionnaire a donné et qui a gagné à ce jeu là : le capitalisme individualiste ou nationaliste a gagné, le socialisme non).

Comme il n’a pas fondamentalement d’éthique politique, et puisqu’il se prétend apolitique (pour avant et pendant la révolution, mais pas pour après ! voir la suite…), TK propose même d’utiliser les fanatiques nazis comme éléments de la révolution anti-T. On peut d’ailleurs remarquer de flagrants appels du pied au conservatisme dans plusieurs paragraphes de son manifeste. Il énonce d’ailleurs la possibilité que, durant la révolution qu’il préconise, il y ait des dictatures, et ce serait, selon lui, un risque à prendre (et il semble même assez favorable aux dictatures ou aux monarchies ayant existé avant la révolution industrielle, car plus faibles et écologiques que les sociétés modernes). Dans l’idée de TK, une fois la société technologique anéantie, là les révolutionnaires (en fait, une caste d’intellectuels Anti-T, sélectionnés selon une hiérarchie intellectuelle/naturelle… et par népotisme ?) pourront alors prendre le pouvoir politique pour contrer toute possibilité de retour à la technologie moderne (pour en rester à des technologies pré-industrielles comme au temps des pionniers des Amériques ?).

La différence avec TK concernant la technologie, est que les anarchistes s’opposent à la technologie moderne (liés aux besoins d’exploitation du capitalisme), à la technocratie, dans ce qu’elle a d’oppressante/coercitive/nuisible. Mais, plutôt que de s’attaquer qu’à une partie du système (la technologie) comme le fait TK, les anarchistes s’attaquent directement au système (le capitalisme associé à l’État), et prônent le communisme libertaire qui annihilerait cette séparation (dénoncé depuis longtemps par les anarchistes) existante entre technologie et liberté/société, et l’Homme et la Nature. Mais, non, TK ne veut s’attaquer ni au capitalisme ni à l’État ! exproprier tous les moyens technologiques pour les réadapter aux besoins réels, et/ou annihiler certaines techniques nuisibles ou inutiles pour les humains, serait pourtant une réelle révolution sociale, au contraire des propositions de TK. Une rupture révolutionnaire est nécessaire, mais pas une révolution anti-technologique élitiste, mais une révolution sociale, car il faut abolir le capitalisme et l’Etat (afin de détruire les technologies nuisibles et liés à ces organismes), et réaliser conjointement une société libre et égalitaire, et défendre les réalisations révolutionnaires instaurée, contre les retours des réactionnaires. Les anarchistes n’ont donc ni les mêmes tactiques et stratégies révolutionnaires que Ted Kaczynski, ni les mêmes buts.

TK a une position essentiellement réactionnaire vis à vis de la technologie (La « nature sauvage » qu’il défend est une éthique bio-centriste de l' »écologie profonde », qui considère « l’humanité » comme nuisible, ce qui explique ses positions morbides vis à vis des humains et des humanistes), il a une position élitiste en politique (malgré son soit disant « apolitisme », passe partout), il a une position capitaliste en économie, il a une position hiérarchiste au niveau social. Il est donc impossible, du fait de toutes ces différences fondamentales (énoncées dans ce texte) le séparant des positions anarchistes, de pouvoir le qualifier d’anarchiste… ou alors, il faudrait utiliser la lexicologie bourgeoise novlanguesque des universités postmoderne avec la pilule de « la fin justifie les moyens » pour faire de TK un anarchiste. Cependant, il est possible de définir TK comme un partisan écologiste radical, prônant une avant-garde intellectuelle dans une perspective révolutionnaire anti-technologique, voire un naturocrate du fait de sa proposition d’un gouvernements post-révolutionnaire qui régirait le retour à la nature et réprimerait certainement le progressisme. Dernièrement, et ce sera TK qui aura le mot de la fin , TK considérait les anarchistes écolos (il ne parle même pas des anarchistes sans adjectif qu’il considère certainement comme des progressistes) comme faisant parti du problème, puisque, selon lui, relais des valeurs progressistes (les écolos anars auraient étés, selon lui, contaminés par les idées anarchistes/progressistes ! CQFD).

Patrick Mérin.

[1]  : Dans son manifeste « la société industrielle et son avenir » http://kropot.free.fr/Kaczynski-livre.htm , du fait du paragraphe 215 et de ses proclamations dans ses lettres (de sa période unabomb) envoyés au New York times, signées FC , comme étant un « groupe anarchiste » (alors qu’il était le seul maitre aux commandes de son groupe virtuel). Hors être nihiliste ou poser des bombes contre des pouvoirs institués ne veut pas dire être anarchiste, ou alors il faudrait considérer, dans cette logique, que les armées nationales, ou les services secrets, sont anarchistes !

[2]  :  » La vérité vraie est que je ne suis pas vraiment politiquement orienté. … Je me suis impliqué dans des questions politiques parce que j’y ai été conduit, pour ainsi dire. Je n’ai pas vraiment d’inclination pour ça  »

[3]  : « … Pour que notre message ait quelque chance d’avoir un effet durable, nous avons été obligés de tuer des gens. … »

[3]  : « … Pour que notre message ait quelque chance d’avoir un effet durable, nous avons été obligés de tuer des gens. … »

[4] réponses de TK aux question de Kara : http://cacst.yuku.com/reply/1055/t/An-interview-with-Kaczynski.html#reply-1055 (12/08/2003)


Article publié le 04 Août 2019 sur Fr.theanarchistlibrary.org