A l’université Paul Valéry – Montpellier 3, la mise en lumière de l’impunité des professeurs dans les cas de harcèlements sexuels attire les foudres de la présidence de cette fac. Le syndicat étudiant (le SCUM) appuie clairement là ou ça fait mal, en remettant en cause, par cette affaire, la position sociale de pouvoir occupée par les enseignants-chercheurs au sein de l’université. Comment ne pas y voir un lien avec la sélection sociale que ces mêmes enseignants chercheurs promeuvent au sein de l ‘université (sélection en Master l’an dernier, et désormais sélection en Licence avec le « Plan étudiants ») ?

L’université n’est que le dernier étage de l’éducation nationale, vaste outil de sélection sociale, mais aussi de reproduction sociale des formes de dominations (État, patriarcat).

Pour aller plus loin, le communiqué du Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier sur cette question : https://combatuniversitaire.wordpress.com/2017/12/12/quotas-de-selection-et-harcelement-sexuel-guerre-ouverte-a-luniversite-paul-valery/