Novembre 4, 2021
Par Paris Luttes
144 visites


Fin septembre la Coordination antirépression publiait un texte appelant à participer à la lutte contre le passe sanitaire tout en restant ferme et déterminée sur ses principes politiques, c’est-à-dire refuser de prêter le flanc aux thèses fascistes et complotistes qui profitent de cette lutte pour gagner du terrain et nous diviser. Nous dénonçons le silence de la “gauche” face à l’offensive de l’extrême droite. Ce silence assourdissant ouvre un boulevard à ses attaques contre les libertés.

La question n’est pas seulement la “liberté” de se faire vacciner ou pas, mais la solidarité avec celles et ceux qui sont stigmatisé.e.s et réprimé.e.s. pour ne pas répondre au diktat sanitaire.

Des membres de la Coordination ont désiré aller plus loin et organisent une réunion publique qui aura lieu le MARDI 16 NOVEMBRE à la bourse du travail de Paris à 18h30 [1].

Les thèmes que nous aimerions aborder :

  • Comment soutenir des personnes directement concernées par le passe sanitaire ou l’obligation vaccinale :
  • – des soignant-es ou des aidant-es, déjà précarisé-es malgré les promesses faites aux “premiers de corvée” lors du 1er confinement ;
  • – des personnes qui ont été contraintes de se faire vacciner pour conserver leur travail (cafés, restaurants, services publics, etc.), sans les juger parce qu’ils ou elles ont obtenu leur passe sanitaire ?
  • Quelles sont les ripostes politiques et juridiques possibles à la suspension des contrats de travail ou toute autre exclusion pour refus de passe sanitaire ?
  • Comment soutenir les personnes encore plus contraintes, car déjà enfermées en prison et en CRA ?
  • Répercuter différentes luttes en cours qui remettent en cause l’obligation du passe dans certains lieux , publics et privés ?
  • Quels sont les nouveaux outils mis en place pour nous tenir sous contrôle : drones de surveillance des foules, listes noires des « faux passes », chasse aux réfractaires via les fichiers de la Sécu et de la CAF ?
  • Dans le domaine de l’éducation :
  • – qu’en est-il de la confidentialité des données de santé : désormais les directeurs et directrices des établissements scolaires, 1er et 2d degrés, sont autorisés à avoir accès aux infos relatives au statut virologique des élèves ;
  • – concernant les sorties et les voyages scolaires : il y a une rupture d’égalité de traitement des élèves, celleux qui n’ont pas de passe sont privé.es de sorties ; de façon plus générale, les enfants de plus de 12 ans non vacciné.es sont privé.es de toutes activités culturelles et de loisirs.

Notre préoccupation est aussi de lutter pour les services publics, gravement démantelés sous couvert de crise sanitaire.

Nous ne cherchons pas tant un débat d’expert.es que des pistes concrètes et des réflexions pour coordonner nos actions et nos informations. Nous invitons chacun.e à venir témoigner de ses résistances ou oppressions. Puisque c’est celui ou celle qui parle qui apprend, ne laissons personne parler, penser et agir à notre place !




Source: Paris-luttes.info