Octobre 7, 2022
Par Marseille Infos Autonomes
253 visites

Face au mouvement populaire de dĂ©fense et de partage de l’eau, le gouvernement et le lobby agro-industriel n’ont pour l’instant qu’une seule rĂ©ponse : le passage en force. Ils viennent de donner le coup d’envoi du chantier de la mĂ©ga-bassine de Sainte-Soline, la plus grosse en projet actuellement, en entourant de grillages les 16ha des “terres rouges”, dans les Deux-SĂšvres. Nous appelons donc Ă  converger massivement les 29 et 30 octobre, de partout en France et au-delĂ , pour une mobilisation plurielle qui se donne comme objectif de mettre fin Ă  ce chantier.

Symbole national de l’accaparement de l’eau au profit d’une minoritĂ© et du maintien d’un modĂšle agricole aussi toxique qu’anachronique, les mĂ©ga-bassines se sont vues projetĂ©es cet Ă©tĂ© au coeur de l’actualitĂ©. La sĂ©cheresse historique et systĂ©mique que nous venons de vivre, ne fait que rĂ©vĂ©ler encore plus brutalement l’inadaptation intrinsĂšque d’une certaine agriculture aveuglĂ©e par le productivisme. Celle-ci vise aujourd’hui Ă  dĂ©multiplier les bassines pour se maintenir coĂ»te que coĂ»te, malgrĂ© la crise climatique que ce modĂšle agro-industriel participe amplement Ă  aggraver. Naturalistes, riverain.es, paysan.nes et scientifiques n’ont pourtant eu de cesse de dĂ©montrer l’impact dĂ©lĂ©tĂšre de ces bassines et du pompage accru dans les nappes – y compris en hiver – sur des rĂ©seaux hydrologiques extrĂȘmement fragilisĂ©s et sur les milieux naturels qui en dĂ©pendent.

Un mouvement de résistance en pleine expansion et des manifs qui font mouche



Au vu de la contestation, le chantier test de MauzĂ©-sur-le-Mignon – 1Ăšre d’une nouvelle sĂ©rie de bassines – a Ă©tĂ© durant l’annĂ©e passĂ©e un calvaire pour ses promoteurs, que ce soit pour l’État ou pour les irrigants organisĂ©s en sociĂ©tĂ© anonyme. Face aux diverses actions menĂ©es – rendez-vous hebdomadaires, envahissement du chantier, dĂ©sarmement de plusieurs engins, mobilisations rĂ©pĂ©tĂ©es de milliers de personnes – les difficultĂ©s de rĂ©alisation et les coĂ»ts de surveillance se sont dĂ©multipliĂ©s. Les irrigant.es et la prĂ©fecture sont-ils vraiment prĂȘts Ă  voir ces coĂ»ts se reproduire Ă  chaque nouveau chantier ? On peut en douter, d’autant que la prĂ©sence et la pression policiĂšre qu’ils engendrent pĂšsent lourdement sur les riverain.es, qui constatent jour aprĂšs jour, l’assĂšchement de leurs cours d’eau.

Pour le mouvement de contestation contre les mĂ©gabassines, ce premier chantier a plutĂŽt Ă©tĂ© un catalyseur qui n’a fait qu’amplifier et fortifier sa dĂ©termination. Ce mouvement assume aujourd’hui la nĂ©cessitĂ© de la dĂ©sobĂ©issance civile quand les crimes contre l’eau et les terres sont appuyĂ©s par le gouvernement. Il a pris une dimension nationale avec la dĂ©fense et le partage du commun emblĂ©matique qu’est l’eau. Il travaille localement Ă  d’autres projets de territoire alternatifs compatibles avec les enjeux climatiques.

C’est l’antagonisme entre deux visions de l’agriculture et in fine du vivant qui s’est clarifiĂ©. L’une, agro-industrielle, dopĂ©e aux intrants chimiques, qui achĂšve la privatisation des ressources communes dans une logique de court terme. L’autre, paysanne, guidĂ©e par l’urgence absolue de prendre soin du vivant, de le mettre en partage et d’en maintenir la diversitĂ© et la fertilitĂ©.

Un risque de mĂ©ga-bassines sur l’ensemble du pays et un moment charniĂšre

Dans les Deux-sĂšvres, les lobbys pro-bassines se sont vu rĂ©cemment infliger un dĂ©saveu rĂ©affirmĂ©. La cour d’appel a dĂ©cidĂ© aprĂšs plus de 10 ans de procĂ©dures de ratifier l’illĂ©galitĂ© – du fait de leur impact environnemental – des 5 bassines mises en Ɠuvre par l’ASA des Roches. Des opposant.es avaient pris les devants ces derniers mois. Deux de ces bassines avaient Ă©tĂ© prĂ©ventivement dĂ©mantelĂ©es, dont une le 6 novembre dernier par plusieurs milliers de personnes, tandis que la confĂ©dĂ©ration paysanne revendiquait le dĂ©montage de sa pompe.

Mais le clan des pro-bassines, en plein dĂ©ni de rĂ©alitĂ©, s’entĂȘte encore. Des mĂ©gabassines continuent, Ă  ĂȘtre planifiĂ©es partout dans le pays. Nous sommes Ă  un moment charniĂšre oĂč nous devons unir nos forces Ă  l’échelle nationale et internationale pour leur faire comprendre que chaque nouveau chantier aura un coĂ»t politique et Ă©conomique ingĂ©rable. Puisque le gouvernement – cul et chemise avec l’agro-industrie et la FNSEA – malgrĂ© tous les effets d’annonce sur une Ă©ventuelle « planification Ă©cologique Â», reste incapable de prendre la dĂ©cision – a minima – d’un moratoire, nous le mettrons en Ɠuvre nous-mĂȘmes.

La bataille de Sainte-Soline est engagĂ©e ! Il est dĂ©cisif de la gagner !

Le premier chantier Ă  succĂ©der Ă  celui de MauzĂ©-sur-le-Mignon est celui de la mĂ©ga-bassine de Sainte-Soline. Avec ses 720 000 m3, elle est la plus grosse des mĂ©ga-bassines en projet, au beau milieu d’un site classĂ© en zone natura 2000 pour les oiseaux de plaine – Busard cendrĂ©, OedicnĂšme criard – et constitue un enjeu vital pour la sauvegarde de l’Outarde canepetiĂšre. Depuis le 28 septembre, le site est encerclĂ© par des grilles. Il risque d’ ĂȘtre progressivement excavĂ© par une cohorte de tractopelles et verra ses environs quadrillĂ©s de rĂ©seaux de pompage et tuyauteries (+18 km de canalisations et 615m3/heure pompĂ© pendant 45 jours 24h/24). Mais nous pouvons encore leur faire faire machine arriĂšre !

Nous nous rassemblerons pour mettre fin au chantier le week-end des 29/30 octobre, et plus si nĂ©cessaire. Nous y parviendrons avec une pluralitĂ© de formes d’interventions et de prĂ©sences crĂ©atives, Ă  l’image de la diversitĂ© du mouvement, avec la prĂ©sence conjuguĂ©e de ses forces Ă©cologistes, syndicales et paysannes, de personnes de tous Ăąges et de toutes conditions physiques.

Infos pratiques

Au cours du week-end, des espaces d’accueil permettront de camper, se restaurer et dĂ©battre d’autres modĂšles de partage de l’eau. Des balades naturalistes seront proposĂ©es. Comme Ă  chaque mobilisation du mouvement, la fĂȘte sera aussi au rendez-vous avec de nombreuses interventions de groupes et artistes venus en soutien.

Des soirĂ©es de mobilisation, bus et covoiturages s’organisent au 4 coins du pays et au-delĂ . Vous pouvez y contribuer !

Et voici un lien pour les co-voiturages

Entrons en rĂ©sistance pour l’eau et son partage ! No bassaran !

Pour tous contacts et propositions : [email protected]




Source: Mars-infos.org