FĂ©vrier 25, 2022
Par Fondation Besnard
206 visites

L’ex URSS, enfin devenu capitaliste privĂ©, a conservĂ© des traits du capitalisme d’État de la “patrie du socialisme”. Elle dĂ©fend les plus faibles contre les fascistes nazis des pays occidentaux !

On constate des critiques de la part des pays capitalistes de la dĂ©mocratie appliquĂ©e comme dĂ©fense de la libertĂ© des propriĂ©taires pour exploiter leurs salariĂ©s, dans les limites de la dĂ©cence judĂ©o-chrĂ©tienne de la pĂ©dophilie discrĂšte. Sans oublier les viols en groupe et des assassinats par forces militaires en Afrique, surtout, et en HaĂŻti, et les ventes d’armes tout azimut sur tous les fronts en guerre.

Paradoxalement, tous ces capitalistes et leurs dirigeants (avec le groupe Chine-CorĂ©e du Nord-Laos) dĂ©fendent Ă  leur maniĂšre et avec passion les ĂȘtres humains et la nature, la paix et le progrĂšs !

Dans la pratique (de l’intervention française au Mali aux combattants de Wagner payĂ©s par la Russie aux forces spĂ©ciales des USA, etc.), ce sont les Ă©quipements militaires Ă©laborĂ©s par les techniques scientifiques modernes qui, par leur usage et la crainte que leur usage probable impose, Ă©tablissent de nouvelles frontiĂšres et des dĂ©cisions “morales et Ă©quilibrĂ©es” !

En 1962-1964, dans l’Espagne franquiste, Raimon, chanteur-compositeur, a enthousiasmĂ© des gens milliers de citoyen avec “Diguem no”, “Disons non [Ă  votre sociĂ©tĂ© catholico-fasciste et capitaliste]”.

“Maintenant que nous sommes ensemble, je vais dire ce que nous savons toi et moi et que nous oublions souvent : nous avons vu la peur devenir la loi au-dessus de tous ; nous avons vu le sang, qui n’engendre que le sang, devenir la loi dans le monde.

Non, je dis non. Disons no. Nous ne sommes pas de ce monde lĂ .

“Ara que som junts DirĂ© el que tu i jo sabem I que sovint oblidem

Hem vist la por Ser llei per a tots Hem vist la sang Que sols fa sang

Ser llei del mĂłn

No Jo dic no Diguem que no Nosaltres no som d’eixe mĂłn”

Frank, 26.02.22




Source: Fondation-besnard.org