Est-ce que le jouet que vous venez d’acheter ou que vous avez élu comme cadeau pour un enfant est sexiste ? Pour répondre à cela, posons-nous la question : l’aurais-je également acheté pour un enfant de sexe différent ? Pourquoi donc de nombreux jouets sont-ils destinés exclusivement aux garçons ou aux filles ? Pourquoi les enfants demandent-ils précisément tels ou tels jouets ?

Que transmettent les jouets ?

Associés à l’action du jeu, les jouets que nous offrons aux enfants nous paraissent anodins et inoffensifs. Pourtant, ils ne sont absolument pas neutres : ils sont des supports qui contribuent à leur construction sociale et politique. Les jouets donnent à voir le monde des adultes, que les enfants s’approprient progressivement en intériorisant les rôles et les fonctions qui leur sont assignés en tant qu’homme ou femme. Et c’est un cercle vicieux. Ce que nous offrons aux enfants correspond pourtant à ce qu’ils réclament, entend-on ! Oui, car ils nous réclament ce qu’ils connaissent déjà.

Les jouets renferment et transmettent une image stéréotypée des femmes et des hommes, en catégorisant les rôles des unes et des autres. Et ces rôles sont non seulement distincts mais surtout hiérarchisés. En catégorisant les jouets par sexe, on contribue à une construction normée et exclusivement binaire des genres, c’est-à-dire à l’établissement de fonctions sociales qui seraient prédéterminées par le sexe de l’individu. Les jouets que nous offrons aux enfants en fonction du sexe qui leur est assigné (fille-garçon) correspondent aux rôles que l’on attend d’elles et eux quand ils-elles seront adultes :
– Les filles sont renvoyées à la maternité, aux tâches domestiques, à la beauté, aux sentiments…
– Les garçons, au contraire, sont attendus sur la technique, la conquête, la puissance, la guerre… Et celles et ceux qui y dérogent sont ramenéEs, de manière plus ou moins consciente, et plus ou moins violente, au rôle qui leur est attribué en fonction du sexe d’assignation. Cet ordre social est souvent légitimé par l’idée que femmes et hommes seraient par nature différents, auraient des qualités ou des aptitudes distinctes mais complémentaires : les femmes seraient douces, calmes, coquettes et organisées, et les hommes insensibles, forts et bons en géométrie.

Nous refusons ces théories essentialistes et la bicatégorisation qui les sous-tendent. Nous soutenons qu’il n’y a pas de différence naturelle irréductible entre hommes et femmes. On ne naît ni homme ni femme, mais dotéEs de caractéristiques physiques qui nous rapprochent plus ou moins de normes biologiques, souvent restrictives et incomplètes, fixées pour distinguer l’homme de la femme. Il existe plutôt une infinie variété de positions possibles sur cet « axe » homme-femme, un continuum de sexes et de genres.

L’hétérosexualité, la seule norme tolérée dans les films pour enfants

La Belle et la Bête, Aladin et Jasmine, ont quelque chose en commun : ils sont hétéros. Et alors, ferez-vous remarquer ? Eh bien ces dessins animés, comme les jouets ou les séries télé, véhiculent une image de l’hétérosexualité comme seule norme acceptable par la société. Les réseaux conservateurs se sont activés avec une énergie farouche contre la diffusion de « Tomboy » auprès des enfants de primaire, un film pourtant simple et touchant qui raconte l’histoire et les questionnements de Laure, un « garçon manqué » comme on en a sans doute tous et toutes connu. Certains voudraient y voir la lente et odieuse propagation de la « théorie du genre », ce « projet dangereux, maçonnique, visant à balayer les repères et faire de toute la population des homosexuels » ! On peut aussi citer les critiques absurdes et caricaturales écrites sur « Le Baiser de la Lune », ce dessin animé vilipendé par Christine Boutin parce qu’il avait le malheur de conter les interrogations de Félix, un petit poisson-chat amoureux d’un autre poisson (au lieu d’une « poissonne », vous l’aurez compris). Que penser alors d’Ursula, cette sorcière tonitruante, obsédée par la Petite Sirène et sa voix, qui vient défier le roi Triton, patriarche par excellence ?

Si nous prenons comme exemple le merveilleux monde de Noël, pendant que le père Noël voyage sur son traîneau et s’introduit dans nos cheminées, que fait la mère Noël ? Elle l’attend, emballe les cadeaux, fait le ménage et cuisine pour son vaillant barbu… comme de nombreuses femmes. N’oublions pas qu’en France les femmes effectuent toujours 80% des tâches ménagères(1). À travers Noël, il s’agit aussi de transmettre l’esprit de « famille ». Mais de quelle famille ? On cherche à propager l’idée que la petite fille et le petit garçon sont faits pour tomber amoureux l’un de l’autre, se marier et avoir des enfants. Peu importe si on renforce l’homophobie, en interdisant aux enfants d’aimer quelqu’un du même sexe qu’eux, et en leur imposant le couple hétéronormé comme seul avenir. Peu importe si on nie l’existence des personnes intersexuées, et que les mutilations de ces enfants, sans raison médicale, continuent. Peu importe si on nourrit la transphobie, en imposant des catégories de genre binaires et immuables.

L’héroïne vaut moins que le héros

Dans le contexte politique réactionnaire porté par la « Manif contre toutes et tous », des membres de bibliothèques municipales et des élus de la région parisienne ont subi des pressions de la part de groupes extrémistes comme Le Printemps français. Ils demandaient de retirer des rayons certains livres pour la jeunesse qui, selon eux, prônent la théorie du genre(2). Ces pressions et ces atteintes à la liberté d’expression, à la lutte pour l’égalité femmes-hommes, sont scandaleuses. Nous savons que les albums illustrés ont beau être perçus comme un objet culturel valorisé, ils ne transmettent pas que des valeurs positives. La littérature enfantine reste un univers fortement sexué, qui véhicule des représentations biaisées du masculin et du féminin, que ce soit par l’intermédiaire de personnages adultes ou enfants ou même d’animaux anthropomorphiques.(3) Qu’en est-il donc des résultats d’études menées sur ce sujet ?(4)

Ils sont tranchés tant en termes quantitatifs, il y a plus de héros que d’héroïnes, que qualitatifs, dans le contenu de l’histoire, des textes et des images. Le féminin, qu’il s’agisse des personnages de sexe féminin mais aussi des valeurs associées au féminin, est largement péjoré. Quantitativement, il existe dix fois plus d’ouvrages pour les tout-petits avec pour personnage principal un individu de sexe masculin qu’une héroïne. Les filles ont moins de modèles à leur disposition que les garçons et pourtant, quand on leur demande, les enfants confirment qu’ils préfèrent des histoires avec un personnage principal de leur propre sexe(5). La prédominance masculine qui habite notre société induit une forme d’acceptation : les adultes considèrent que les histoires où un garçon est le héros peut convenir aux deux sexes et inconsciemment, ils se disent que l’histoire d’une héroïne ne peut plaire qu’aux filles. Le héros étant plus vendeur que l’héroïne, les maisons d’édition s’adaptent à la demande.

Dans l’imaginaire collectif, un enfant asexué est un garçon Les personnages ne sont pas dessinés de la même façon suivant leur sexe. Les filles ont toujours sur elles des parures rappelant qu’elles sont de sexe féminin : elles sont en jupe ou en robe, ont des cols avec de la dentelle, portent des habits de couleur rose ou violette, des chaussures vernies, des barrettes ou des bijoux… Tandis que les petits garçons sont représentés de manière plus asexuée, avec un pull, un pantalon, les cheveux courts. À un âge où filles et garçons ont rarement les cheveux longs, les dessins des livres intronisent une représentation du masculin neutre et sous-entendent qu’il faut « quelque chose en plus » pour être une fille. Ces images, les enfants les retiennent. Au point que, si on leur présente une illustration d’un enfant asexué, ils projetteront à 90% sur cet être neutre une identité masculine et lui donneront un prénom masculin.

Les garçons manqués sont tolérés, mais pas les « fillettes »

Les personnages de petites filles sont beaucoup plus insérés dans l’univers familial, en compagnie de papa, maman, des frères et sœurs, et notamment des plus jeunes, qu’ils pourront materner. Sans compter que les petites filles des livres sont représentées en majorité dans la cuisine, la chambre à coucher, notamment sur le lit, ou dans le jardin, qui, s’il est un lieu extérieur, reste un endroit privé. Les petits garçons évoluent le plus souvent dans un univers amical, entourés de copains et copines et font soit du sport, soit des bêtises… Lorsqu’ils sont en intérieur, on les retrouve dans le salon ou la pièce commune. En extérieur, ils jouent dans les champs, la forêt, courent sur le terrain de jeu, de foot, etc.

Si on voit des personnages féminins grimper aux arbres, les petits garçons jouant à la poupée ou simplement exprimant leurs sentiments, sont difficiles à trouver dans les ouvrages pour enfants. Et, lorsqu’ils existent, ils sont présentés négativement et seront sujets à moqueries. La littérature enfantine consacre l’idée qu’il est positif d’être un garçon manqué (mais tout de même à la condition d’épouser le prince charmant à la fin) mais que les garçons ne doivent pas devenir « des fillettes » ! Non seulement les activités des filles et des garçons sont circonscrites suivant les stéréotypes de genre, mais une hiérarchie entre les sexes est également établie.

Papa ours lit le journal, maman ours fait un gâteau

Les animaux ne sont pas exempts de cette diffusion de représentations sexistes. Même lorsqu’ils ne sont pas sexués à travers leurs habits, leur prénom ou la grammaire, ce ne sont pas les mêmes animaux pour représenter des personnages masculins ou féminins. On retrouve les animaux de la savane (lion, éléphant, rhinocéros) ou ceux associés à la puissance, la taille ou la force dans l’imaginaire collectif (loup, ours) pour représenter le masculin – ce sont d’ailleurs ces animaux-là que l’on retrouve sous forme de peluches dans les rayons garçons des magasins de jouets. À contrario, ce sont les animaux plus petits en taille, en force ou en valeur, comme la souris, la taupe ou les insectes, qui sont utilisés pour représenter des protagonistes féminins. Ces animaux sont toujours associés par l’enfant à un sexe. Ainsi, un singe en train de regarder la télévision est vu comme un papa, le symbole « fauteuil-télévision » étant assimilé au masculin puisque l’on retrouve statistiquement plus de personnages masculins dans cette posture. Idem si un ours lit le journal. En revanche, si un ours porte un tablier, quelle que soit sa position ou son activité, il renvoie immédiatement à l’image de la mère.

Que les personnages soient des animaux ou des humains, les femmes sont cantonnées aux activités maternantes ou domestiques. Les protagonistes féminins sont souvent représentés à l’intérieur et dans un lieu privé, comme le foyer. Ils sont également plus souvent vêtus de tenues d’intérieur ou domestiques, à l’instar du tablier dont est affublée maman souris même si elle n’est pas en train d’effectuer une tâche salissante et qu’elle va chercher ses enfants à l’école. Inversement, les personnages hommes revêtent des tenues professionnelles. Ainsi dans la littérature enfantine, les femmes sont pour l’essentiel des mamans et il est rare qu’elles exercent des activités professionnelles : l’insertion familiale prédomine. Lorsque les femmes travaillent, leurs métiers sont peu diversifiés et stéréotypés ; elles sont soit maîtresse d’école (domaine de l’éducation), soit coiffeuse ou infirmière (domaine de l’esthétique et du soin), soit caissière ou boulangère (domaine de la vente). Les mères sont alors présentées comme disponibles à plus de 100% pour leurs enfants. À la différence, presque tous les papas travaillent. On ne sait pas toujours le métier exercé, mais des indices sont là pour faire comprendre qu’il a un emploi : il part tôt le matin, il revient avec une mallette à la main… Les professions qu’il exerce sont plus variées. Et quand il n’est pas au bureau, il est au parc avec les enfants, lit le journal ou regarde la télévision. Les activités récréatives avec ou sans enfants, et l’accès au savoir (par le biais du journal) sont réservés aux papas, tandis que les mamans donnent le bain aux enfants, leur lavent les dents, les emmènent à l’école, chez le médecin ou vérifient qu’ils font leurs devoirs.

Ces représentations sexuées des rôles parentaux consacrent les stéréotypes de genre. Et ne suivent pas les évolutions de la société. La manière de représenter les femmes correspond à ce qui existait dans les années cinquante. Depuis les femmes sont massivement entrées dans le monde du travail, mais cette féminisation des professions est inexistante dans la littérature enfantine. Les femmes continuent d’être représentées presque uniquement à travers le prisme privé, tandis que l’implication en hausse des pères dans l’éducation de leurs enfants a été reprise rapidement dans les livres illustrés.

Que faire ?

Il faut ouvrir le champ des possibles et lire aux enfants des histoires où la répartition des rôles est moins sexuée. C’est pourquoi nous avons eu envie de vous parler d’un livre qui nous tient à cœur , même s’il y en a beaucoup d’autres. C’est « L’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon ». Julie en a assez que sa mère lui reproche sans cesse de ne rien pouvoir « faire comme tout le monde ». On la traite de garçon manqué, comme sa tante, dont son père n’aime pas que sa mère parle. Un matin, Julie se réveille avec une ombre de garçon. Elle fait tout pour s’en débarrasser, comme patauger dans les flaques d’eau pour que l’ombre s’enrhume. Elle a l’idée de s’enfouir sous terre ; et dans le parc, elle fait la connaissance d’un garçon que tout le monde traite de fille. Tous les deux échangent leurs réflexions sur ce monde qui distribue les places : « Les cornifilles dans un bocal, les cornigarçons dans un autre, et les garfilles, on ne sait pas où les mettre ! » Et finissent par se convaincre mutuellement qu’ils ont « le droit » d’être ce qu’ils sont.

Article rédigé par des militantes de la Collective 34, collectif féministe et non-mixte de Montpellier

Sources :

(1) « 80% des tâches ménagères attribuées aux femmes », France Inter, 3 octobre 2012.
(2) « Le Printemps français veut faire retirer des bibliothèques les livres sur “la théorie du genre”», Le Point, 11 février 2014.
(3) L’anthropomorphisme est l’attribution de caractéristiques du comportement ou de la morphologie humaine à d’autres entités comme des dieux, des animaux, des objets, des phénomènes, voire des idées.
(4) Contre les jouets sexistes, Collectif, Éditions L’échappée, 27 octobre 2007.
(5) « Sexisme dans la littérature enfantine », Anne Dafflon Novelle, Université de Genève, 2003.

 

 

 

Source: http://www.lepoing.net/pas-de-cadeau-pour-le-sexisme-pas-de-sexisme-en-cadeau/ -