DĂ©cembre 31, 2021
Par Mondialisme.org
282 visites



Ces cinq articles de JoĂŁo Bernardo, militant marxiste libertaire portugais, ont Ă©tĂ© publiĂ©s en 2020 sur le site Passa Palavra. Comme ces textes ont suscitĂ© questions et critiques, les rĂ©ponses et prĂ©cisions de l’auteur ont Ă©tĂ© ajoutĂ©es dans de brĂšves notes en bas de page, ou dans des passages plus longs placĂ©s Ă  la fin de chaque partie.

Dans le premier texte, « Le TolstoĂŻ des Zoulous Â» l’auteur explique comment, selon lui, « le mouvement noir actuel entoure de murs les propriĂ©tĂ©s universelles de l’humanitĂ© Â», en prenant pour exemple le BrĂ©sil et les Etats-Unis.

Il se demande « comment le ressentiment s’est substituĂ© Ă  l’histoire Â» ; pour lui, « le ressentiment, qui prĂ©suppose une obsession, transforme les fantĂŽmes de l’esprit en signes Â».

Selon JoĂŁo Bernardo, « les racistes ont crĂ©Ă© les races Â», et « les racistes noirs d’aujourd’hui ne font qu’inverser les hiĂ©rarchies inventĂ©es hier par les racistes blancs Â».

Critiquant « le mythe de l’eurocentrisme Â», il montre que « les progrĂšs que la classe ouvriĂšre et la gauche ont rĂ©ussi Ă  initier et Ă  soutenir sont dĂ©nigrĂ©s comme Ă©tant “eurocentristes” par ceux qui cultivent les identitĂ©s Â».

Enfin l’auteur se demande si « le racisme est inhĂ©rent au capitalisme Â» et il conclut : « Nous ne pourrons dĂ©passer le capitalisme que si nous crĂ©ons une sociĂ©tĂ© daltonienne. Â»

Tout comme dans son recueil d’articles Contre l’écologie (2017), JoĂŁo Bernardo remet en cause un certain nombre de discours automatiques de gauche, d’extrĂȘme gauche ou libertaires.

Celles et ceux qui liront ce livre, sans ĂȘtre nĂ©cessairement d’accord avec toutes ses positions, reconnaĂźtront au moins Ă  JoĂŁo Bernardo la capacitĂ© de poser les bases d’un dĂ©bat sĂ©rieux sur le racisme et les liens entre les combats antiracistes et les luttes contre toutes les formes de capitalisme, privĂ© ou d’Etat, « solidaire Â», « citoyen Â», « participatif Â», Ă©cologique, « alternatif Â», etc. Un dĂ©bat qui, s’il Ă©tait menĂ© de bonne foi, remettrait en cause nombre de nos certitudes – ou en tout cas nous inciterait Ă  creuser leurs fondements.

Prix : 12 euros




Source: Mondialisme.org