reçu par mail / jeudi 24 septembre 2020

La nuit du 21 au 22 septembre, on a mis le feu Ă  une bagnole du corps diplomatique, rue Roger Bacon Ă  Paris.

Les raisons de cet acte nous semblent claires: le chemin pour la liberté passe par la lutte contre les états et leurs serviteurs.
Ce petit feu ne changera pas le monde, pourrait dire quelqu’un. D’accord, mais chaque action est une petite Ă©tincelle qui brille dans la nuit de la rĂ©signation, et qui cherche la poudriĂšre. Encore plus important, la dĂ©cision de rendre des coups et de combattre ce monde et ses horreurs change nos vies ici et maintenant. Cette dĂ©cision nous offre des moments de vie pleinement vĂ©cue.
Les quartiers cossus de Paris sont pleins de voitures de fonctionnaires des diplomaties Ă©trangĂšres (mĂȘme si Ă  Ternes leurs propriĂ©taires semblent faire plus d’attention depuis quelques temps!! ). Les villes sont pleines de cibles de tout type. C’est Ă  chacun de nous de prendre sa dĂ©cision. C’est Ă  chacune de nous de passer Ă  l’attaque.

Une pensĂ©e solidaire pour nos compagnonnes et compagnons qui sont en taule en Italie (ou inculpĂ©s) pour l’opĂ©ration Scripta Manent.

Anarchistes.


Article publié le 24 Sep 2020 sur Attaque.noblogs.org