Décembre 1, 2020
Par Sans Nom
334 visites


Loi «Sécurité globale» : un homme de 23 ans, soupçonné d’appartenir au «black-bloc», condamné à 6 mois de prison avec sursis
Le Figaro, 30 novembre 2020 (extrait)

Samedi 28 novembre, la manifestation parisienne contre le projet de loi «Sécurité globale» a été émaillée de violences. Trois personnes arrêtées comparaissaient lundi devant le tribunal.

A., 23 ans, a été condamné lundi 30 novembre à six mois de prison avec sursis – avec un sursis probatoire de 2 ans – pour avoir participé à un groupement en vue de commettre des violences et des dégradations. Il a été interpellé avant même d’avoir rejoint la manifestation. Venu d’Evreux, il est accusé d’avoir participé sciemment à un groupement en vue de dégrader des biens. Ces accusations sont aggravées par le marteau – considéré comme une arme de catégorie B – qu’il avait dissimulé et accroché dans son dos avec du ruban adhésif.
Sur les deux autres prévenus qui se sont présentés avant A., la présidente, le procureur de la République, les avocats ont tout de même posé des questions pour en savoir plus sur eux avant d’accorder le délai légal pour préparer leur défense.

Le premier, M., 24 ans, comparaissait pour violences et dégradations, on l’accuse d’avoir jeté des pavés sur les forces de l’ordre. Le second, L., est plus âgé, 43 ans. Selon le procès-verbal dressé après le visionnage des images de vidéo surveillance, il aurait asséné un coup de pied sur le bouclier d’un policier.

Tous deux seront jugés le 30 décembre prochain, et sont d’ici là interdits de manifestation.




Source: Sansnom.noblogs.org