Janvier 31, 2021
Par Squat.net
193 visites


MalgrĂ© les expulsions et la rĂ©pression, la lutte contre la gentrification continue dans le quartier de la place Sainte-Marthe. Un local (le local du H au 18 rue Jean et Marie Moinon) est toujours occupĂ© et une AG publique y a lieu chaque mercredi (l’heure peut varier selon les nouvelles mesures sanitaires). Une cantine aura aussi lieu sur la place le dimanche 21 fĂ©vrier en soutien aux diffĂ©rent.es compagnon.nes qui vont passer devant la justice Ă  partir de fin fĂ©vrier.
[Note de Squat!net: L’Arche, local squattĂ© au 1 rue Jean et Marie Moinon, a Ă©tĂ© fermĂ© dĂ©but janvier.]

Dans le quartier de la place Sainte Marthe, depuis le dĂ©but du premier confinement, nous rĂ©sistons pour ne pas voir s’installer un quartier aseptisĂ© par la gentrification, repoussant aux pĂ©riphĂ©ries celleux qui galĂšrent pour payer leur loyer. Un quartier Ă  l’urbanisme sage et docile, un quartier oĂč les pauvres, les subversif·ve·s, les prĂ©caires, les Ă©tranger·e·s, les rĂ©volté·e·s, les galĂ©rien·ne·s, sont peu Ă  peu remplacé·e·s par une population aisĂ©e et pacifiĂ©e.

Notre rĂ©sistance passe notammment par l’occupation de locaux vides.

Ces espaces occupĂ©s et autogĂ©rĂ©s nous ont permis de crĂ©er des lieux de rencontres et d’organisation pour tou·te·s celleux qui refusent le monde de plus en plus liberticide et autoritaire qu’on nous impose.

Ces espaces sont essentiels pour survivre Ă  cette nouvelle normalitĂ© faite de mesures securitaires et d’isolement.

L’occupation de ces espaces a conduit Ă  une rĂ©pression trĂšs dure. En effet, depuis septembre, ce sont 9 personnes qui ont Ă©tĂ© placĂ©es en garde Ă  vue et 7 qui sont placĂ©es sous contrĂŽle judicaire en l’attente de leur procĂšs. Les contrĂŽles judiciaires, allant de l’interdiction de l’arrondissement Ă  l’interdiction de se voir, sont une façon de briser toute forme d’organisation subversive. Aux gardes Ă  vue viennent s’ajouter les amendes, les contrĂŽles d’identitĂ©, les pressions policiĂšres constantes. Suite Ă  l’emballement mĂ©diatique dĂ» Ă  l’occupation d’un local inexploitĂ© depuis 5 ans, renommĂ© l’Arche et louĂ© par le Petit Cambodge, la prĂ©sence policiĂšre s’est faite encore plus sentir. Toutes les tentatives pour nous opposer au triomphe du droit de propriĂ©tĂ©, que ce soit un concert contre les expulsions,une occupation, une dĂ©ambulation festive, un collage ou une simple distribution de nourriture, ont Ă©tĂ© empĂ©chĂ©es et rĂ©primĂ©es par une prĂ©sence policiĂšre dĂ©mesurĂ©e. MalgrĂ© nos tentatives de mobilisation, la dĂ©cision d’expulsion sans dĂ©lai du local de l’Arche a Ă©tĂ© rendue le 4 janvier 2020.

Suite Ă  l’expulsion de l’Arche, deux nouveaux lieux ont Ă©tĂ© occupĂ©s. Ils ont Ă©tĂ© Ă©vacuĂ©s au bout de quelques jours, cette fois sans aucune dĂ©cision du tribunal.

Notre lutte ne s’arrĂȘte pas Ă  ces expulsions. Un local est toujours occupĂ© depuis septembre, le local du « H », au 18 rue Jean et Marie Moinon. La premiĂšre audience devant le tribunal pour ce local aura lieu le 23 fĂ©vrier. Des AssemblĂ©es GĂ©nĂ©rales publiques ont lieu chaque mercredi dans le local du H (l’heure peut varier en fonction des couvre-feux). C’est au moyen de ces assemblĂ©es de quartier que nous regagnons notre capacitĂ© Ă  agir collectivement malgrĂ© la rĂ©pression et la prĂ©sence policiĂšre et que nous organisons ce que la machine Ă  fric veut nous enlever : cantine populaire et maraude alimentaire, librairie auto-gĂ©rĂ©e, espace de rencontres, de discussion et de crĂ©ation artistique, projection de films, Ă©ducation populaire, occupation, dĂ©ambulation festive


Nous avons besoin de lieux ouverts et inclusifs, en dehors des logiques du tout marchand. Des lieux qui permettent de se rencontrer, de s’entraider et de s’organiser.

La rĂ©pression policiĂšre n’a rĂ©ussi qu’a montrer qui le pouvoir protĂšge : celleux qui expulsent, qui spĂ©culent, qui gentrifient. Elle n’a pas eu raison de notre dĂ©termination. Nous ne pouvons imaginer nous rĂ©signer et nous voulons continuer Ă  crĂ©er ensemble des espaces qui sortent des logiques marchandes, individualistes et sĂ©curitaires.

En solidaritĂ© avec trois camarades interpellĂ©s le 28 septembre et qui passent en procĂšs le 24 fĂ©vrier, ainsi qu’au quatriĂšme camarade qui passe en procĂšs le 23 fĂ©vrier suite Ă  l’occupation du local du H, nous vous invitons dimanche 21 fĂ©vrier Ă  partir de 13h pour une cantine contre les expulsions sur la place Sainte-Marthe. Au programme : infokiosque, vin chaud, musique, repas Ă  prix libre, etc. !

Nous refusons leur monde.

Les révolté.es de la place Sainte-Marthe

Pour ĂȘtre au courant des infos de la lutte dans le quartier de la place Sainte Marthe Ă©crivez nous Ă :
[email protected]@@protonmail.com




Source: Fr.squat.net