reçu par mail / mercredi 26 août 2020

La solidarité avec nos compagnons et compagnonnes en prison est quelque chose de fondamental.
Et si elle est une pratique constante, jour aprĂšs jour, on aime l’idĂ©e d’une campagne internationale pour nous souvenir d’elleux. Une solidaritĂ© qui devrait ĂȘtre plus que des mots, plus que des couleurs et des tĂ©moignages.

La nuit du 24 au 25 aoĂ»t, passage de Lagny, Ă  Paris on a incendiĂ© un fourgon d’Eiffage, entreprise tristement conne pour construire des prisons (et la grande prison Ă  ciel ouvert: ces villes de plus en plus surveillĂ©es et inhumaines).

Cette petite action n’est qu’une goutte d’eau dans la mer face Ă  ce monde d’autoritĂ© et d’exploitation. Elle ne change presque rien Ă  son fonctionnement et sera vite oubliĂ©e. Mais en plus du fait que Eiffage est rĂ©guliĂšrement ciblĂ©e, Ă  Paris ou ailleurs, ce qui compte pour nous est la volontĂ© de ne pas accepter cet Ă©tat de choses, d’agir avec nos moyens, de nous dire et de dire aux autres que c’est possible. Si nous luttons, c’est pour dignitĂ©.

Solidarité avec les anarchistes enfermés dans les geÎles de différents états du monde!
Une pensée particuliÚre pour Monica et Francisco, au Chili.

La solidaritĂ© c’est l’attaque.
Feu aux prisons, Ă  ceux qui les construisent, Ă  ceux qui les font exister.

Anarchistes


Article publié le 26 AoĂ»t 2020 sur Attaque.noblogs.org