Depuis la journée de grève de la Fonction publique, le jeudi 9 mai, qui a rassemblé sur Tours 2 000 manifestant-es, les actions de contestation des enseignant-es et parents mobilisés se poursuivent. L’intersyndicale, qui réunit les syndicats Fnec fp FO, Snes-FS, Snetap-FSU, Cgt Educ’action et Sud Éducation, a fait le point sur les actions passées et celles à venir.

Vendredi 17 mai, un rassemblement s’est tenu devant le lycée Jean Monnet, où avait lieu la réunion des proviseurs de l’Indre-et-Loire conviés par le Directeur des services académiques. Au sein de cette assemblée ont été évoquées les méthodes de la mise en place de la réforme du Bac et des lycées, le tout dans une urgence totale et sans moyens supplémentaires dédiés. Le soir de ce même jour s’est tenue une assemblée générale en intersyndicale, qui a notamment débouché sur l’appel à rassemblement suivant :

Dans la continuité des luttes en cours, l’Assemblée Générale des personnels de l’éducation nationale d’Indre-et-Loire, réunie le vendredi 17 mai, appelle les personnels et les parents, à se rassembler mercredi 22 mai à partir de 17h devant la DSDEN [1].

Dans la perspective de construire une lutte dans la durée, les équipes enseignantes des lycées Vaucanson, Jean Monnet et Choiseul ont aussi appelé à une grève des surveillances du baccalauréat à partir du 17 juin. Cette action n’est qu’un exemple des initiatives qui fleurissent dans l’ensemble des secteurs de l’éducation, des lycées agricoles aux lycées professionnels, de la maternelle à la primaire.

Cela fait déjà plusieurs mois que, partout sur le territoire, les enseignant-es et les familles d’élèves se mobilisent contre le projet de loi Blanquer, comme à Paris ou Lyon.

Illustration : Richard Lee


Article publié le 20 Mai 2019 sur Larotative.info