admin
16 mai 2019

Cette année encore Solidaires étudiant.e.s lance une campagne d’aide au recours contre Parcoursup pour les futur.e.s étudiant.e.s refusé.e.s ou déçu.e.s

Depuis 2018 et l’instauration de Parcoursup, l’accès en première
année dans l’enseignement supérieur se fait à partir de la plateforme
Parcoursup.
Vous rentrez du 15 mai
au 19 juillet dans la deuxième phase de Parcoursup où des réponses à vos
vœux commenceront à vous être adressées. L’année dernière plusieurs
centaines de milliers de lycéen·ne·s se sont retrouvé·e·s avec tous
leurs vœux refusés ou en attente, et se sont retrouvé·e·s en difficulté
pour accéder à l’enseignement supérieur.

Aussi Solidaires étudiant-e-s lance comme l’année passée son formulaire PaRecourSup :
http://frama.link/solidaires-parcoursup2019
*Sauf autorisation explicite de ta part, toutes les informations
communiquées ici concernant ta situation resteront confidentielles.*

Ce formulaire a pour but de fournir des outils, des conseils et de
l’aide pour les démarches concernant l’accès à l’enseignement supérieur,
notamment à cause de la mise en place de Parcoursup et des problèmes
qui y sont liés et auxquels nous avons déjà été confronté·e·s. Il permet
à la fois d’informer sur les démarches, recenser les problèmes mais
aussi de s’organiser ensemble pour trouver des solutions et de pouvoir
être aidé·e et accompagné·e dans les démarches.

Vous pouvez nous contacter par message privé sur cette page Facebook, sur Twitter @SolidairesEtu ou bien par mail à [email protected] Nous pouvons également vous mettre en contact avec les syndicats d’autres villes ou notre fédération est implantée ( lieux trouvables sur https://www.solidaires-etudiant.org).

Pourquoi sommes nous contre Parcoursup ?

Parcoursup a été instauré l’année dernière et a instauré une sélection formelle dans l’Enseignement Supérieur public universitaire.
Le Ministère a instauré ce nouveau dispositif afin d’imposer une filière aux lycéen·ne·s pour “gérer les flux”. L’afflux continu de nouvelles et nouveaux étudiant·e·s, le manque de places et le sous investissement devant amener de plus en plus de filières à être “en tension”.
La réforme Parcoursup a rendu possible pour les universités la sélection des étudiant·e·s pour l’accès à une filière et a remis en cause le principe de libre accès à l’université qui garantit à chaque titulaire du baccalauréat de pouvoir continuer ses études. L’Enseignement Supérieur et la Recherche étant un service public, financé par toustes, il devrait être accessible à touste titulaire du bac.
L’argument selon lequel les mesures annoncées viseraient à améliorer l’orientation des élèves relevait de la tromperie : il ne s’agissait que d’un refus du gouvernement d’investir à hauteur des besoins de l’Enseignement Supérieur et la Recherche.


Article publié le 16 Mai 2019 sur Solidaires-etudiant.org