Février 5, 2021
Par Dijoncter
250 visites


Le promoteur Kaufman & Broad a renoncé à déposer le permis de construire qui menaçait le parc. Le collectif de lutte réaffirme et redémontre la nécessité de préserver les 4 000 m² de parc boisé.

Abandon de Kaufman & Broad

Interpellé par la lettre ouverte de notre Collectif qui l’exhortait à abandonner son projet, le promoteur Kaufman & Broad (K&B) a finalement renoncé à déposer un permis de construire pour les 106 logements qu’il prévoyait d’édifier au 7 rue de Mirande, à la place de la Maison du Colonel et de son parc arboré de 4 000 m2.

La promesse de vente conclue entre l’Etat et le promoteur en juillet 2019 pour l’acquisition de ce terrain au prix de 4,55 millions €, révèle que Kaufman & Braod devait déposer un permis de construire avant le 31 décembre 2020, sous peine de caducité. Cette date butoir étant passée, la promesse n’existe plus, l’Etat est dégagé de son obligation de vendre.

Nous saluons cette décision raisonnable prise dans l’intérêt des habitants du quartier, et remercions Nordine Hachemi, Président de Kaufman & Broad, qui a fait preuve de responsabilité et de civisme, au contraire de l’Etat et de la Ville qui dans ce dossier ont montré jusqu’à aujourd’hui leur incapacité à œuvrer pour le bien-être et la santé des dijonnais.es. L’Etat en décidant de livrer le parc Baudin-Mirande à la promotion immobilière, la Ville en renonçant à exercer son droit de priorité pour l’acquérir et le soustraire ainsi à la bétonisation par un promoteur.

[…]

Les habitants du quartier veulent un parc ouvert au public et n’ont que faire d’un parc privé qui ne serait accessible qu’aux seuls habitants d’un futur ensemble résidentiel !

L’énergie autour de ce parc est riche d’une multitude d’opinions et positions mouvantes, de modes d’action variés, loin des logiques de partis imposant des modèles figés qui nous brident et nous empêchent d’avoir prise sur nos vies. Avec une même détermination à faire obstacle à la bétonisation du parc et à inventer son avenir avec les habitant.es.

Sous le regard protecteur du Geai des chênes qui veille sur le parc et sur nous, libre et inexpulsable, huppe dressée, fier emblème de notre lutte.

Collectif pour la sauvegarde du parc Baudin-Mirande

Le dossier de défense du parc




Source: Dijoncter.info