Août 14, 2016
Par Indymedia Bruxsel
53 visites


Les couvents pour jeunes filles

Où c’était l’obscurantisme qui brille

C’était il y a peu de temps

Pour punir l’acte délinquant

La sexualité y était horrible chose

La féminité niée, cela ne sentait pas la rose

Sans aucune protection intime

La même serviette hygiénique

Sans cesse relavée, la religieuse sadique

De toutes ces privations, était la mime

Tous les lieux

Ou l’on torture

La prison, le couvent, l’armée, l’entreprise, l’usine, l’école

Manifestement, dans l’ancien temps

Subtilement, dans le nouveau temps

C’est le rejet de toute différence

Qui engendre les complexes

Au physique comme au sexe

C’est l’origine de la chirurgie plastique

Ou chirurgie reconstructrice et esthétique

Paradoxalement souvent justifiée

Pour les accidentés défigurés

Ou toutes sortes de mutilés

Rejetés des critères totalitaires de la beauté

Ou même pour ceux et celles qui se sentent disgraciés

Qui retouchés, se voient mieux acceptés

Après avoir été opérés

Serait-ce un problème

Là où tout le monde est accepté ?

Serait-ce un problème

Là où tout le monde est aimé ?

Serait-ce un problème

Là où aucun jugement n’est élaboré ?

Serait-ce un problème

Là où tout le monde a une sexualité ?

Serait-ce un problème

Là où personne n’est jamais comparé ?

Ou au contraire

Tout est unicité !

Tout est dans l’originalité !

La laideur c’est quoi ?

La beauté c’est quoi ?

Par rapport à qui ?

Par rapport à quoi ?

Par rapport à quelle époque

Qui l’une de l’autre, se moque ?

Oui, serait-ce un problème ?

Tous les conformismes

Sont forcément aux autres de l’eugénisme

Mais nous ne voulons pas y penser

Nous ne voulons rien déranger

Comme la nouvelle langue

Toujours renouvelée de la domination

Au bon goût de mangue

Ainsi, fini le minimum vieillesse

Qui était déjà une détresse

Depuis 2006, c’est l’allocation de solidarité aux personnes âgées

Une ASPA, pour la charité déguisée

Qui devient le minimum contributif

Quand au travail salarié

L’on a été très peu actif

Mais que l’on a malgré tout, cotisé

En chômage ou autre

De très bons apôtres

628, 99 euros par mois

Très bientôt pour moi

Ce sont les aumônes étatiques

Mais dans mon cas idiosyncrasique

Je m’en contente bien, ma foi !

En France, c’est comme cela

Ailleurs, peut-être encore plus caca

Mais beaucoup de gens

Qui ont travaillé comme des déments

Une grande partie de leur vie

Ne touchent guère plus, c’est pas joli !

Et l’on nous donne d’une main

Ce qu’une autre main nous retire

Dans les administrations, ce sont des malins

Tout est étudié pour le moins

D’un barème l’autre, plus devient moins

Par le tyran, c’est conçu, pour n’avoir rien

Comme l’artisan, ce faux ouvrier

Qui vient chez vous travailler

Pour y faire des travaux

Qui vous prend de haut, et veut vous arnaquer

Dans ce milieu, règne la malhonnêteté

Seul le profit peut les intéresser

Ce sont des exploiteurs

Certes, de la richesse, mais aussi de la pauvreté

L’exploiteur exploité

L’exploité exploiteur

Toujours la même trace

Toujours la même face

Cela veut toujours aller sur Mars !

Les ouvriers sont des conservateurs

De l’anarchie, ils sont les exterminateurs

Les bourgeoisies ne veulent aucune révolution

Les ouvriers ne veulent aucune révolution

Il faut n’avoir rien à perdre

Pour la vouloir, ne pas avoir d’espoir

Ne pas recommencer, mais enfin débuter !

Il y a de plus en plus d’idiots

Il y a de plus en plus d’idiotes

Qui prennent les autres, pour des idiots et idiotes

Il y a de plus en plus d’imbéciles

Qui prennent les autres pour des imbéciles

Toutes les bourgeoisies sont représentées

Toutes les catégories sociales en sont baignées

L’autorité sous toutes ses formes

Est respectée, c’est la norme !

Si vous n’êtes pas autoritaire

C’est le mépris, même du manutentionnaire

Le cerveau est programmé

Pour le mépris caché, la compétition affichée

Comme le laboratoire 92 central

103 rue Armand Sylvestre, à Courbevoie

Qui commet des erreurs médicales

Et qui s’en fiche pas mal !

Et qui insulte la clientèle

Qui lui renvoie son fiel !

Mais tout le monde

Se fiche de tout le monde

Et beaucoup de jeunes d’aujourd’hui

Sont conditionnés et engrammés comme nazis

Ce sont presque des boîtes de conserve

A la tyrannie, il faut que cela serve !

Et cela n’est pas les cellules souches

Qui aux diverses débilités, gommeront toutes les couches

De nouveaux bras, de nouveaux organes

Mais l’intelligence toujours en panne

Le cerveau est programmé

Par les guerriers de la société de marché

Dont le bras armé

Est dans le cerveau conditionné et engrammé

Encore plus que dans la police ou l’armée

Et l’homme de la rue, en toute complicité

Et la femme de la rue, prête à vous dénoncer !

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l’invité sur ” hiway.fr”





Source: