Avril 6, 2016
Par Indymedia Bruxsel
92 visites


Et à bien y réfléchir

Sans qu’aucunement je ne veuille médire

Mais toutes les manipulations mentales

Sont bien de l’ordre du capital

Car tout s’y oppose

Même quand cela se juxtapose

A avec et contre B

C avec et contre D

E avec et contre F

G avec et contre H

I avec et contre J

K avec et contre L

M avec et contre N

O avec et contre P

Q avec et contre R

S avec et contre T

U avec et contre V

W avec et contre X

Y avec et contre Z

Et toutes les possibilités

Pouvant être malheureusement envisagées !

Comme une équation

De toute la séparation

Aucune unité, aucune vraie révolution

Corporatisme de l’aliénation

Le capital règne sur la division

C’est son spectacle qui s’affiche partout

Qui nous leurre, un peu, beaucoup

Tout est donc séparé

Tout est donc divisé

Tout est donc fragmenté

Tout est fausse unité

Du stade au public fanatisé

Des usines et bureaux robotisés

Mais aussi les lycées et universités

Comme encore dans les manifestations

Cependant le plus souvent réductionnistes

Contre ceci ou cela, rarement contre la totalité

La totalité du monde étant aliénée

Et ce qui n’est pas TOTALEMENT contesté

Peut sans cesse se renforcer

Peut sans cesse se récupérer

Depuis le temps que l’on manifeste

Depuis le temps que je manifeste

Nonobstant, c’est de pire en pire

Quand la fausse révolte étend son empire

Et c’est toujours, ainsi, la même ligne de mire !

La critique

N’a pas pour rôle d’avilir

La critique

A pour véritable rôle de faire réfléchir

Il est ainsi bien évident

Ce qui se constate dans tout évènement

Que tout conflit

Rime avec fragmentation

Que tout conflit

Rime avec aliénation

L’aliénation de la conscience

N’est pas la conscience de l’aliénation

Le spectacle de la séparation

La séparation du spectacle

Le spectacle du secret

Est le secret du spectacle

Il y a donc

Des tranches de l’aliénation

Avec des catégories et des corporations

Le lycéen, l’étudiant, le travailleur, le chômeur, le retraité

La lycéenne, l’étudiante, la travailleuse, la chômeuse, la retraitée

Et chaque sexe avec sa propre aliénation

Et chaque âge avec sa propre aliénation

Et chaque métier avec sa propre aliénation

Prisonniers et prisonnières qui sont en prison

Aussi le retraité ou la retraitée

Le travailleur ou la travailleuse

Le chômeur ou la chômeuse

Au lycée ou en université

Chaque aliénation avec sa propre heure !

Sur un mur, il y a fort longtemps

” NE TRAVAILLEZ JAMAIS ” magnifique slogan

Feu ( 1931 – 1994 ) Guy Debord, l’inscrivit en passant

La société est vraiment monstrueuse

Plus encore que les fameuses grenouilles monstrueuses

Qui furent étudiées par feu ( 1894 – 1977 ) le biologiste Jean Rostand

Toute cette tératologie est réactualisée

Dans une exposition bien documentée

Avec la contribution de Pierre Boisliveau

Jeune copain rencontré dans la rue

Quand le tératologique devient beau

La Maison du Lac de Grand-lieu, cela mérite d’être vu !

C’est à Bouaye ( 44 ) et à propos de tératologie

Jamais assez, on ne le dit

Elle est surtout dans tout gouvernement

L’insécurité sociale, la mort des gens

Les véritables casseurs

Ont pignon sur rue

Les véritables casseurs

C’est l’évasion fiscale qui fait sa mue

Et toute la corruption du capital

Des milliards d’euros, c’est banal

Le chiffre de la corruption mondiale

6,3 pour cent du produit intérieur brut

Des 28 pays du capital, c’est l’Europe

La casse sociale est au top

Et les médias sont le capital !

Mais la jeunesse

Qui se soulève, qui se révolte, est toujours belle

Contre la loi El connerie

Cette grossière erreur de stratégie

Toutes lois au service du capital

Les riches font les lois, c’est fatal

Et les manifestations sont réprimées

Comme les juifs, les contestataires sont gazés

Parfois chargés et même matraqués

Ainsi, le mardi 5 avril 2016, à Nantes

Pas une rue, sans que le gaz, ne sente

J’ y étais, et pourtant, manifestation fort sympathique

Bonne ambiance, des discussions politiques

Avec mon drapeau rouge et noir d’anarchie

Le tout en noir, j’en ai un aussi

Mais le capital déteste la vie

Ayant été, dans des gaz, pris

Avec mes lentilles de contact, obligé de partir

Y voyant mal, sous les matraques, pas envie de finir

Partout de la provocation policière

Avec tout un dispositif de guerre

Et surtout des barrages de police

Mon âge, 65 ans, m’aida à en franchir

Aussi mélangé à des touristes

Il faut ruser, face aux fascistes !

Pourtant, place du Bouffay, au début

Ce fut un pacifique rassemblement de rue

Nantes soulève toi

Voilà bien une bouteille que je bois

Certes, moi, c’est surtout les autocollants

Ni gauche, ni droite, ni aucun Etat, ni aucun gouvernement

Contre les religions, contre les idéologies, frénétiquement

Mais, j’enlève le nom de l’organisation

Seul importe le slogan, il faut une vraie révolution

Et donc, de ce fait

Sans que nullement, cela m’embête

De jeunes et gentils militants ’d’ Alternative Libertaire “

Veulent savoir qui adopte cette façon de faire

Après tout, ce sont leurs autocollants

Mais de par ma bourse, le monde est marchand

Je leur dis que ce qui est important

Encore une fois, c’est le slogan

Foin de tout sectarisme

Ainsi, je découpe le conflit de l’anarchisme

Et à 65 ans, peu m’importe de passer pour un sauvage

Contre ce monde pourri, j’ai la rage

L’anarchie n’a pas le besoin de l’organisation

C’est l’organisation qui a besoin de l’anarchie

L’éternel polémique Ascaso et Durruti

Mais je suis sans aucune animosité

Contre ” Alternative Libertaire ” je dois le préciser

Ni contre aucune organisation anar, comme la CNT

Pour toutes, je colle et j’ai beaucoup autocollé

Et malgré de légitimes critiques, par ailleurs

Il y a dans ces organisations, des gens de valeur !

Paris soulève toi

Marseille soulève toi

Lyon soulève toi

Dijon soulève toi

Toulouse soulève toi

Nice soulève toi

Clermont-Ferrand soulève toi

Toutes les villes de France

Des nuits debout

Des jours debout

Contre le fascisme subtil ou manifeste, la finance

Bref, contre toutes les horreurs, la lance

Mais

Il est maintenant interdit de manifester

Mais

Il est maintenant interdit de contester

Mais

Il est maintenant interdit de se regrouper

Sinon, le gazage, le fichage, l’interpellation

Le matraquage et l’arrestation

Ainsi, dans les manifestations

Comme une sorte de professionnalisation

Il faut préférer les lunettes

Aux prothèses cornéennes, pas si bête

Le casque contre les coups de matraque

Des gouttes pour les yeux, sinon on craque !

Pour

Le retour ( 1871 ) de la Commune de Paris

Pour

Le retour ( juillet 1936 ) de la colonne Durruti

Mais

Il n’y a plus d’intellectuels ou d’intellectuelles révolutionnaires

Mais des intellectuels d’élevage, des salons spectaculaires

Cependant

Que dans un autre temps

Pour l’anarchie, furent beaucoup de savants

Comme feu ( 1894 – 1977 ) Jean Rostand

Dont lisait les livres, toute militante

Dont lisait les livres, tout militant

Pas forcément un limitant ou une limitante

Tous les partis sont pourris

Tous les partis sont des salauds

Le redire, il le faut

Comme p comme pourri

S comme salaud

C’est le parti socialo

Certes

Si toute la jeunesse descendait dans la rue

Contre tous les pouvoirs, en mettre plein la vue

Conscience de classe, conscience politique

Pour une autre société, exubérance frénétique

Belle jeunesse révoltée, recevez mon salut sympathique !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l’invité sur ” hiway.fr “





Source: