Avril 22, 2016
Par Indymedia Bruxsel
296 visites


Et plus que jamais

L’on va répétant le même fait

Le réactualisant sans arrêt

Donc, un peu comme le faisait

Mais avec plus de brio

Feu ( 1927 – 2014 ) Gabriel Garcia Marquez, l’ami de Castro

Quand encore journaliste, il était

Et donc de tous les journaux

C’est maintenant technique qui partout apparaît

Cela semble toujours nouveau

Pourtant, c’est du réchauffé, c’est rigolo

Et ainsi

Le monde de la réalité

Est soigneusement évité

Des corporations en sont la garantie

Et les complicités en sont étatisées

Une racaille artistique

Une racaille scientifique

Une racaille politique

Une racaille philosophique

Une racaille idéologique

Une racaille mafieuse

Une racaille religieuse

Une racaille militante

Une racaille savante

Une racaille stalinienne

Une racaille académicienne

Une racaille fasciste

Une racaille intégriste

Une racaille récupératrice

Une racaille calomniatrice

Une racaille policière

Une racaille militaire

Une racaille réactionnaire

En vérité, une seule et même racaille, battante et mystificatrice !

Pour une fabrique des corps

Pour une fabrique des esprits

Pour une standardisation des corps

Pour une standardisation des esprits

Même pas besoin de clonage

Le conditionnement fait son carnage

Même pas besoin de chirurgie esthétique

Qui se veut parfois civique

C’est ainsi qu’au Brésil

Même pour les pauvres, c’est la file

Et pas seulement pour les filles

Que le corps, absolument, brille

Et dans certains cas

Certaines opérations sont remboursées par l’Etat !

Finalement

Il faut, de gré ou de force

Se conformer, de son temps, à l’écorce

Nous sommes imprimés

Dans l’histoire des mentalités

Du registre des femmes

Du registre des hommes

Du registre des enfants

Il suffirait pourtant

De ne plus voter

De ne plus se marier

De ne plus enfanter

De ne plus travailler

Tout cela, je l’ai appliqué

Pour voir le monde capitaliste et étatique s’effondrer !

Et pour un peu, beaucoup, digresser

D’un propos sur le plagiat

Je saute un paragraphe, voilà

Pour moi, tout est lié, donc, voilà

Nous sommes tous et toutes des plagiaires

Le progrès l’implique, le plagiat est nécessaire

Mais en affinant une idée juste

En corrigeant une erreur injuste

De feu Albert Einstein à feu Louis Pasteur

Chaque être humain en fait son beurre

De feu Lautréamont à feu Guy Debord

Le plagiat détournement est de tous les bords

Aucune honte dans cette course

Si l’on cite ses sources

Le plagiat subtil est une avancée

Ainsi, une idée ancienne peut s’améliorer

Le plagiat manifeste ne peut que reculer

Comme un perroquet qui ne fait que répéter

Qui ne fait d’ailleurs pas seulement qu’imiter

Ce monde évier qui finit par se boucher

Et puis

Aucune idée

De personne, n’est la propriété

Elle n’est que la propriété

De celle ou celui, de ceux et celles qui savent l’améliorer

Ou au moins la comprendre

Afin de l’étendre

Afin de la répandre !

Et dans la nature

Qui se permet des ratures

Tout peut exister

Immortalité de l’idée

L’idée de l’immortalité

En ce domaine

Les recherches les plus poussées

Sont bien ridiculisées

Par une petite méduse

Hydre qui nous méduse

Car, en effet, elle ne peut expirer

Que si elle est mangée !

Bref

Notre technologie qui se croit si avancée

La nature, ne fait que mal la copier

Comme les uns et les autres, chacun, chacune

Des autres, s’inspirent, de l’érudition, combler ses lacunes

De feu ( 1724 – 1804 ) Emmanuel Kant, de ses univers-îles

Aux galaxies d’aujourd’hui, côté face, côté pile

Mais surtout une technologie

Pour surveiller, contrôler, formater, niveler

Comme les compteurs à domicile, le terrifiant Linky

Pas évident de le refuser

L’aliénation de nos vies, en flagrant délit !

Il est urgent

Il est plus qu’évident

Que tous les gens

Doivent prendre leurs affaires en main

Sans aucun intermédiaire

Cela seulement est réellement révolutionnaire

Sans aucun parti

Sans aucun syndicat

Sans aucune organisation

Sans aucun chef ni aucun leader

Avec toutes leurs luttes intestines

Rivalités et calomnies mesquines

Toutes les chapelles s’excommunient

Elles s’ignorent, elles s’évitent

C’est comme un pacte, comme un rite

Il est donc urgent

Il est donc plus qu’évident

Que tous les gens

Doivent prendre leurs affaires en main

Sans aucun intermédiaire

Par des conseils prolétaires révolutionnaires

Par des assemblées révolutionnaires

Et justement là-dedans

Le révolutionnaire n’est pas un militant

La révolutionnaire n’est pas une militante

Car le militant est l’ennemi du révolutionnaire

Car la militante est l’ennemie de la révolutionnaire

Il faut bâtir sa cause sur rien

Rester dans un champ stirnérien !

Certes

C’est pas étonnant si l’on me regarde de travers

J’ose l’affirmer

Cela va passer pour une énormité

La révolution

N’a pas besoin des révolutionnaires

Avec eux, avec elles, elle devient réactionnaire

Mais les révolutionnaires

Ont besoin de la révolution

Comme alibi de la future réaction

La révolte

Qui se réalise en groupe

Engendre l’esprit de troupe

Encore une structure hiérarchique de dominance

La chefferie et son irrésistible attirance

Et pour l’éviter

Il faut beaucoup, beaucoup, en parler

L’anarchiste indépendant

Qui ne dépend d’aucune organisation

L’anarchiste dépendant

Qui dépend donc d’une organisation

Non pas de l’anarchie, mais de l’idéologie anarchiste

C’est déjà deux différentes conceptions !

Et les ouvriers peuvent encore se révolter

En Belgique, un exemple à imiter

Aciérie ESB de Seraing, les actionnaires en panne

Ouvriers licenciés économiques, mais plus de manne

Aussi, l’usine, les ouvriers vont la casser

Avec des tractopelles pour plus d’efficacité

Ils auraient pu la récupérer

En autogestion, la refaire fonctionner

Cette fois, cela n’a pu se réaliser

Les patrons ont besoin des ouvriers

Les ouvriers n’ont pas besoin des patrons

Comme le dit un autocollant de la CNT

C’est une élémentaire vérité

La mentalité de l’argent

L’argent de la mentalité

Et tout est dit sur une société

L’argent comme une hormone

Le capital, du monde, est l’hormone

Des hormones artificielles

Les hormones naturelles

Régulées par la niche sociale

Régulées par la niche environnementale

Bien plus que nos hormones naturelles, rien là de fatal

Régulant la vie sociale ou environnementale !

Le rythme hormonal du capital

C’est le gaspillage intégral, fatal

Comme en France

Tout étant de la finance

Et ainsi

Trois anciens présidents

Rétribués par les petites gens, finalement

C’est 9,6 millions d’euros par an

De la simple équité, c’est désespérant

C’est comme le monde du travail

De différentes tortures, tout un éventail

Qui n’est que le travail du monde

De tout cela, ne peut sortir aucune vraie idée féconde

Sinon

Le commerce de la guerre

Qui n’est que la guerre du commerce

Et donc pendant ce temps totalement inhumain

Du monde aux mains de vauriens

Île-de-France, 350.000 ménages en grande précarité

Tous les jours, 30.000 nuits sont payées

Par le Samu social pour les personnes hébergées

Cependant qu’un sans domicile sur quatre

A un emploi, c’est consternant

Mais à Paris, rien d’esbaudissant

Un logement social est libre une fois tous les vingt ans

Alors qu’il y a plein d’appartements vacants

Il faut mettre bas le capital

Grève générale, rêve général, révolution libertaire et sociale !

Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l’invité sur ” hiway.fr “





Source: