Publié pour la première fois en 2003 et réédité dans une version révisée en 2015, l’ouvrage Our Enemies in Blue retrace l’histoire du maintien de l’ordre aux États-Unis. Son auteur Kristian Williams y présente la police comme un phénomène relativement récent dans les sociétés humaines, visant à protéger la hiérarchie sociale par l’exercice de la violence à l’encontre des groupes dominés.

Militant anarchiste et auteur de plusieurs ouvrages dont Fire the Cops (jeu de mots entre « Virer les flics » et « Crâmer les flics »), Kristian Williams parlera de l’histoire du maintien de l’ordre aux États-Unis, depuis les patrouilles esclavagistes jusqu’à l’ère actuelle de militarisation et de police de proximité. Une attention particulière sera accordée au rôle de la police dans la répression des mouvements de lutte pour la justice sociale et l’égalité.

 : Librairie Publico

Quand : lundi 30 septembre à 19h

Présentation du livre (notre traduction de la présentation de l’éditeur) :

Commençons par le plus simple : la violence est inhérente au maintien de l’ordre. La police représente le moyen le plus direct par lequel l’État impose sa volonté à la société civile. Les policiers sont armés, entraînés, et autorisés à user de la force. Comme pour la possibilité d’une arrestation, la menace de la violence est implicite à toute rencontre avec la police. La violence, tout autant que la loi, est ce qu’ils représentent.

En se basant uniquement sur des sources médiatiques, la dernière étude annuelle de l’institut Cato liste environ 7 000 victimes de « bavures policières » aux États-Unis. Mais de tels faits de brutalité policière ne sont que les symptômes les plus visibles d’une épidémie nationale. Chaque année, des dizaines de milliers de personnes sont contraintes, soumises au chantage, frappées, agressées sexuellement, ou tuées par des policiers. Des centaines de millions de dollars sont dépensés chaque année en procédures et procès. Des vies, des familles, et des communautés sont détruites.

Dans cette édition largement révisée et actualisée de son étude majeure du maintien de l’ordre aux États-Unis, Kristian Williams montre que la brutalité policière n’est pas une anomalie, mais se trouve au fondement de l’application de la loi. Des patrouilles d’esclavagistes d’avant-guerre aux jeunes non armés d’aujourd’hui abattus dans la rue, les « gardiens de la paix » ont toujours eu recours à la force pour orienter les comportements, réprimer la dissidence et défendre les puissants. Our Enemies in Blue est un ouvrage passionnant richement documenté qui à la fois donne un sens historique à cette pathologie sociale légalisée et trace des alternatives possibles.


Article publié le 23 Sep 2019 sur Paris-luttes.info