Juin 22, 2020
Par Squat.net
2 visites


Oui, nous avons occupé. Nous avons occupé le sous-sol de l’église de Claviere.
Et quand ils nous ont expulsés, nous sommes entrés dans l’ancienne Casa Cantoniera de Oulx.

Nous avons pris l’espace nécessaire pour nous rencontrer, nous parler, nous organiser. Contre les frontières. Contre les systèmes d’exploitation et de sélection qui les soutiennent. Pour porter une solidarité active à toutes ces personnes qui se trouvent discriminées, différenciées, constamment rackettées pour l’obtention d’un bout de papier, d’un État qui les massacre et du capital qui les exploite.

Nous avons occupé. Nous l’avons fait et nous le revendiquons.

Et nous sommes toujours là. La Casa Cantoniera existe toujours et la lutte à la frontière est bien plus large que les 24 personnes impliquées dans l’enquête pour occupation et les 17 personnes qu’ils tentent de chasser.
Des centaines et des centaines de personnes de tous les continents ont traversé ces espaces.
Certaines, indépendemment du fait qu’elles aient des documents ou non, déterminées à choisir où et comment vivre, d’autres pour combattre ce système d’exploitation, d’exclusion et de différenciation.

Chacun y a trouvé un espace pour s’organiser. Un espace pour manger, dormir, s’équiper pour partir, et du temps pour décider quoi faire. Un espace pour élaborer des discussions, proposer des initiatives, des manifestations, des cortèges, des cinéforums. Sans chantage. Hors des jeux politiques, hors des circuits économiques, réellement autonomes et indépendants.

Dans un territoire massacré par les infrastructures de transport, et par la construction tant appellée d’un TAV pour aller de plus en plus vite, les frontières faites de gardes et de gendarmes bloquent et tuent celles et ceux qui sont obligées de marcher dans les montagnes pour continuer leur vie. Les marchandises passent rapidement et sans problème, ceux qui n’ont pas de papiers risquent de mourir chassés par la police.

Entre hier et aujourd’hui [11 juin 2020], les Carabinieri ont tenté de notifier avec insistance (parfois sans succès) 17 interdictions de séjour dans les communes de Oulx, Claviere, Bardonecchia, Cesana, Salbertrand. Accusation : occupation en réunion de la Casa Cantoniera de Oulx.

On peut lire entre les lignes la justification de ces mesures comme de la prévention à une possible réoccupation après l’expulsion de la Casa, qui semblerait imminente.

Ils nous accusent d’avoir exploité le « phénomène migratoire » dans la haute vallée de Suse, d’avoir fait des actions de propagande politique, d’avoir favorisé le franchissement illégal de la frontière des « migrants », mettant leur vie en danger. Comme si les gens avec lesquels nous nous sommes organisés pendant deux ans, riaient, plaisantaient, parlaient, pleuraient, étaient des mannequins sans défense, des objets sans choix. Même sur les torchons que les carabinieri nous ont remis ce matin, l’État infantilise et rend passif les choix autonomes de personnes qui, du reste, savent très bien où elles veulent aller. Nous renvoyons les accusations à l’expéditeur : personne ne serait obligé de risquer sa vie s’il n’était pas poursuivi par un système qui ne fait que sucer et cracher, s’il n’y avait pas de frontières et pas de papiers. Les assassins sont les États, leurs frontières, leurs flics. Et pour eux, nous entretenons notre haine.

Mais un seul délit nous est formellement reproché : l’occupation. Cette opération crée un précédent historico-juridique en ce qui concerne la pénalisation de cette pratique, qui a toujours été un instrument précieux de tous les mouvements de lutte.

Tout crime dont la peine maximale est supérieur à 3 ans peut impliquer la demande de mesures préventives. Avec le dernier décret de sécurité jaune-vert [Note d’Attaque: émis par le précédent gouvernement, composé de membres de la Lega Nord (vert) et du Movimento 5 Stelle (jaune)], le délit d’occupation prévoit des peines allant de 2 à 4 ans. Avec la circonstance aggravante, prévue si le crime est commis ou organisé par 5 personnes ou plus, la mesure préventive est justifiée. L’Italie s’aligne sur l’Europe du Nord, en essayant d’éliminer les espaces d’auto-organisation. Et si maintenant ils peuvent aussi retirer des groupes de camarades des territoires où ils vivent et se battent pour une simple occupation, que cette réflexion devienne plus collective. Nous invitons chacune à réagir, à sa manière, pour défendre cette pratique.

Dans ce contexte historique, et plus encore en cette période de pandémie, le contrôle a accru son emprise sur nos vies ; les instruments répressifs ne font que se perfectionner pour faire taire toute forme de lutte et de pratique autonome.

Le décret Salvini s’attaque aux fondements mêmes de la solidarité.

Nous ne laisserons pas nos pratiques être freinées de quelque manière que ce soit.
Une expulsion ? Cent occupations !

PS – Dans toute cette merde, au moins une chose nous fait sourire : les flics et les journalistes sont étonnés de la présence massive des femmes dans la lutte contre les frontières. En fait, c’est vrai : nous sommes nombreuses, nous sommes énervées et nous le serons de plus en plus.
OCCUPONS BEAUCOUP, OCCUPONS TOUT

[Publié initialement en italien le jeudi 11 juin 2020 sur le site Passamontagna. Traduit et publié le 18 juin 2020 sur le blog attaque.noblogs.org.]




Source: Fr.squat.net