Novembre 30, 2022
Par Le Mouton Noir (QC)
172 visites

Ahhh… la politique! Ce mot est suffisant pour créer en moi un grand inconfort. En raison des élections provinciales, plusieurs se sont retrouvés à aller aux urnes pour la première fois. « Bravo! Tu es maintenant majeur! Tu vas pouvoir remplir ton devoir de citoyen, celui de voter! »

À l’école, on nous bourre le cerveau de mathématiques, de français et de géographie! À quoi bon? À quoi savoir où se trouve le Kirghizistan nous sert-il? Les utopistes de ce monde diront que c’est pour le futur. Wow! C’est très concret, merci du conseil!

On a beau être jeune, la politique, ça nous intéresse! Seulement, c’est difficile de se sentir interpellé par les promesses des différents partis.

Il arrivait, en cours d’histoire ou de monde contemporain en secondaire cinq, qu’on aborde la politique provinciale, mais de façon très superficielle.

Nous aussi, nous avons des responsabilités et des devoirs à remplir, au sens propre du terme. Nous n’avons pas toujours le temps de nous informer sur un sujet de cette complexité durant notre pause du dîner au cégep. Cela nous mène à aujourd’hui. Qu’est-ce que nos partis proposent?

Eh bien, j’ai scruté à la loupe les programmes de chaque parti et voici ce que j’en retire, ce qui m’a donné de fortes émotions.

Pas mal, hein! Pour une fille de 18 ans pour qui la politique ne rime à rien!

Commençons avec le parti conservateur. Le parti d’Éric Duhaime appuie le fossé socio-économique qui se creuse entre les classes sociales. Oui! Plus de disparités! Misère! On veut baisser les impôts. Quoi? Pour des services publics encore plus désuets. Non merci, je crois que les systèmes de santé et d’éducation ont assez écopé dans les dernières années, nul besoin d’en ajouter une couche.

Parlant de santé, c’est l’envers de la médaille, on souhaite décentraliser, privatiser et même faire compétitionner les réseaux de santé ensemble.

On l’a assez dit, l’on se fait rabâcher les oreilles avec ce constat depuis plusieurs années : le système de santé est à bout de souffle! Pourquoi faire une compétition? Ajoutons à cela le manque criant de main-d’œuvre, donc quel intérêt de privatiser cette denrée rare?

Ces promesses sont un ramassis de paroles qui n’ont ni queue ni tête! Sans compter que qui dit privatisation dit difficulté d’accès aux soins pour les moins nantis.

Votez conservateur, pour un Québec encore plus pauvre et en mauvaise santé!

Allons à son opposé, le parti Québec solidaire. On a devant nous le plus jeune chef de parti, Gabriel Nadeau-Dubois. On mise beaucoup ici sur l’écologie. On vise la carboneutralité pour 2050 et une réduction des GES de 55 % d’ici 2030. On souhaite passer d’ici à la même année à l’agriculture biologique, équilibrer les réseaux de transport en commun routiers, augmenter la protection des milieux naturels ainsi que restaurer les marais salés. On veut adopter une loi contre le gaspillage alimentaire et interdire les nouveaux projets de gazoducs et d’oléoducs.

Tout ça d’ici 2030! Beau défi! Ce plan est absolument magnifique, parfait sur papier, mais dans la réalité, je doute fort que ce soit possible d’en réaliser autant en moins de dix ans. Québec solidaire devrait changer son slogan pour : Québec solidaire, trop beau pour être vrai!

En lisant le cahier des promesses du Parti québécois, j’apprends, à peine après l’introduction du document, qu’on annonce un troisième referendum sur l’indépendance du Québec.

Mes yeux se sont écarquillés telles deux boules de billard qui s’entrechoquent! Heille! On vit en 2022! Je pense qu’on est capable de s’endurer les deux fesses collées ensemble, francophones comme anglophones. Après deux referendums, on a fait le tour de la question!

Cette idéologie dépassée divise plus qu’elle unit la population québécoise. On l’a bien vu! Cependant, le parti de Paul Saint-Pierre Plamondon met l’accent sur la préservation de la langue, entre autres, en donnant la priorité à l’apprentissage du français dans les écoles et aux études supérieures. C’est drôle, j’ai comme un sentiment de déjà-vu.

Votez pour le Parti québécois, pour une victoire triomphale du « Non ».

Dominique Anglade, enfin, une femme cheffe de parti au Québec, cela faisait longtemps! Son programme apparaît en somme très bien. Enfin quelqu’un qui reconnaît le racisme systémique au Québec! Mais son parti est contre la loi 96 qui vise la bonne conservation de notre langue. Dommage!

Cependant, je dois admettre que l’abolition des frais en services de garde dans les écoles m’a fait sourciller. Comment rémunérera-t-on les éducateurs? Avec des fonds publics?

Votez libéral, pour un Québec encore plus anglophone!

Moi qui pensais bien aimer François Legault, je dois dire que là il m’a énormément déçue. Il explique qu’il n’a pas de plan concernant le troisième lien, mais il s’entend quand même avec Gilles Lehouillier, le maire de ma ville, Lévis, pour créer ce projet. Ma Lévisienne intérieure bouillonne d’indignation! À quel moment s’associe-t-on avec le maire le plus gênant de Chaudière-Appalaches? Deux vrais clowns! Quelle mauvaise farce!

Sur une note plus positive, je suis satisfaite du mandat de la Coalition Avenir Québec. Je ne crois pas que ce fut parfait loin de là, mais la CAQ a fait de son mieux pour gérer la crise sanitaire.

Votez pour la CAQ si vous n’êtes pas écœuré de les voir en points de presse.

Malheureusement, c’est la CAQ qui l’a emporté de façon majoritaire. Moi qui voulais un vent de changement, va falloir attendre un autre quatre ans avant que ça se passe.




Source: Moutonnoir.com