Organisons la Bagarre féministe !

Le collectif Bagarre organise son premier événement le 22 mai à La Chapelle ! (en non mixité sans hommes cisgenres)

Si tu te sens en adéquation avec notre charte et veux construire un mouvement anarcha-fémisinste massif sur Toulouse, rejoins-nous et discutons-en le dimanche 22 mai à La Chapelle.

L’événement commencera à 14h par un petit verre ensemble pour laisser à tout le monde le temps d’arriver.

Nous aurons des boissons (café, thé, sodas et jus) mais n’hésite pas à en apporter aussi.

A 15h, on fera ensemble le tour de l’état du mouvement féministe toulousain et des perspectives de luttes pour Bagarre sur Toulouse et sur le plan national et international.

À 16h nous nous séparerons en petits groupes pour réfléchir ensemble sur différents sujets ouverts comme :

– L’organisation du prochain 8 mars

– L’autodéfense féministe

– Le cadre unitaire féministe que nous souhaitons construire

– Comment nous investir en tant que féministes dans les cadres antifascistes

– La mise en place d’un réseau d’entraide en autogestion

Chacun-e pourra proposer un sujet si iel le souhaite.

Petit temps de pause, puis on remettra tout en commun pour préparer les prochaines actions.

À 19h, un repas en auberge espagnole est prévu, ramène à manger et à boire si tu le peux pour partager un moment convivial ensemble à la fin de cette journée d’élaboration !

Pour qu’on ait une idée du nombre si tu es sûr-e de venir, ce serait chouette de nous envoyer un message sur Instagram @bagarretoulouse ou un mail [email protected]

Si tu as des questions avant de confirmer ta venue, n’hésite pas à nous écrire ! Si on peut modifier le programme pour que tu te sentes plus à l’aise, n’hésite pas à nous le dire !

L’adresse de la Chapelle : 36 rue Danielle Casanova. L’arrêt de métro le plus proche est Compans Cafarelli.

La Chapelle est un lieu accessible PMR, sauf les toilettes.

Concernant l’accessibilité en LSF, nous ne pouvons pas encore la garantir mais nous essayons de trouver des traducteurices. Si tu as des contacts, tu peux nous les communiquer !

Des personnes seront là pour s’assurer que tout le monde se sente bien et en sécurité, n’hésite pas à les solliciter en cas de besoin le jour de l’événement 😉

Nous joindre :

e-mail : [email protected]

instagram : @bagarretoulouse

Notre Charte :

Le collectif Bagarre est un collectif anarchaféministe.

Il est nécessaire pour nous d’être féministes dans une société cis-hétero-patriarcale

Nous avons milité dans diverses organisations sur Toulouse et ailleurs, et nous souhaitons créer un collectif aux valeurs claires.

Notre féminisme est radical, anarchiste, anticapitaliste et antiraciste, et nous combattons le patriarcat en tant qu’oppression systémique.

Contrairement au féminisme réformiste, nous nous opposons à l’utilisation de la prison et de la police comme outils de lutte contre les violences patriarcales, car ces institutions sont racistes, misogynes et perpétuent la domination d’un état construit par les classes dominantes.

Nous sommes un collectif en mixité choisie sans hommes cis. Les femmes cis et trans, les hommes trans, les personnes non-binaires et les personnes en questionnement sur leur genre sont les bienvenu-es.

Ce choix est volontaire et politique : l’objectif est de créer un espace de réflexion par et pour nous, sans oppression sexiste. Les comportements sociaux étant imprégnés de la domination des hommes cisgenres, la non mixité de cet espace nous semble indispensable.

Nos revendications :

Nous nous revendiquons d’un féminisme anarchiste et nous opposons à toutes les formes d’oppression.

Nous sommes contre les discriminations des personne trans, et non binaires, des travailleur-euses du sexe, des personnes neuroatypiques et handicapées, des personnes racisées, des personnes juives, asiatiques, tziganes, rroms et musulmanes…

Nous refusons la réappropriation des luttes féministes par l’extrême droite à des fins racistes et xénophobes.

Nous critiquons l’hétérosexualité en tant qu’institution sociale au service du patriarcat et du capitalisme (dans les couples hétérosexuels, le travail domestique repose majoritairement sur les femmes) et en tant que régime politique qui opprime toutes les personnes qui sortent de la norme imposée.

Nous nous opposons au capitalisme, qui repose sur l’exploitation des ressources et des personnes et ne profite qu’aux puissants et aux privilégiés.

Nous pensons que féminisme, antiracisme et écologie sont des luttes liées à l’anticapitalisme.

Parce que les femmes, minorités de genre, personnes racisées, pauvres et non-valides sont les premières victimes du changement climatique.

Contre la logique du profit, prônons la solidarité et l’autogestion !

Nos souhaitons construire un monde dépourvu de toute forme d’oppression en s’appuyant sur la solidarité, et l’autodéfense féministe massives.

Nos objectifs :

Parce que les oppressions se reproduisent aussi dans les milieux de gauche et féministes, nous voulons mettre en place un collectif horizontal fonctionnant en autogestion.

La réappropriation de l’espace public est un outil de lutte que nous considérons comme indispensable.

L’espace public est conçu par et pour les hommes blancs et nous voulons que cela cesse.

Nous voulons pouvoir nous déplacer de jour comme de nuit, dans la rue, dans les transports et dans les lieux festifs sans risquer de nous faire harceler ou agresser.

Le militantisme pouvant être épuisant et le patriarcat violent, nous souhaitons aussi créer des moments de soin collectif. Cela se traduira par des événements culturels queer et féministes, en nous inscrivant dans une dynamique d’éducation populaire, de partages de savoirs et d’échanges autour de nos expériences.




Source: Iaata.info