Mars 15, 2021
Par Le Poing
270 visites


Le Centre chorégraphique national (CNN) de Montpellier est occupé depuis ce vendredi 12 mars à 15h30. Une vingtaine de personnes s’y relaient chaque jour : « c’est l’apprentissage à vivre et à lutter ensemble jour après jour ».

L’assemblée générale quotidienne de 14h s’est tenue sur le parvis ce samedi 13 mars, pour distribuer les tâches et présenter les groupes de travail : actions, convergence, communication, transmission jeunesse, pôle jeunesse et conseils aux compagnie. Les revendications ont été lues :

Plus de vingt-cinq lieux culturels sont occupés en France :

Photo publiée sur la page facebook CIP-LR (Coordination des intermittents et précaires du Languedoc-Roussillon)

Une discussion s’est entamée avec le public, stationné derrière les grilles du CNN, sur le boulevard Louis Blanc, avant de voter la reconduction de l’occupation. Dans l’alternance des prises de paroles, de part et d’autre des grilles, on retiendra que « ce qui nous rassemble c’est notre bien commun, le service public et les droits sociaux. Aujourd’hui la révolte vient de la culture car ça fait un an qu’on crève et qu’en septembre ce sera un cimetière. Aujourd’hui, on ne fait que répéter enfermé·e·s. Le public, la restauration, les bars nous manquent. Nous nous battons pour des droits à une vie digne : construire la vie en société dans l’espace public avec des droits sociaux pour toutes et tous à tous les moments de la vie. »

Le collectif « Bât du peuple », squat des Beaux-arts, interdit de concert, est harcelé par la police et en demande d’accueil au CCN. Le collectif « état d’urgence culturelle », qui a organisé plusieurs manifestants à Montpellier, en annonce une nouvelle ce 17 mars à 13h place de la Comédie, avec la présence d’HK et les saltimbanques. Un chorégraphe revenant de Russie a témoigné qu’il est possible d’y travailler d’y recevoir du public en respectant des conditions sanitaires.

Comment faire triompher ces revendications ? Il y avait au moins trois autres mobilisations ce samedi à Montpellier ! Quelques centaines de personnes – dont une majorité de jeunes teufeurs – manifestaient le matin contre la loi « sécurité globale ». Au coin d’un carrefour, une dizaine de militant·e·s brandissaient une banderole du « Front contre l’islamophobie pour l’égalité de droits de tout·e·s » pour appeler à une mobilisation le 21 mars, notamment contre la loi « séparatisme ». Une centaine de personnes se sont mobilisées pour « laisser nos enfants respirer sans masque ».

Si on ne peut pas présumer que toutes ces revendications se rejoignent à 100%, on ne peut que constater que l’inénarrable « convergence des luttes » n’a toujours pas trouvé sa porte d’entrée…




Source: Lepoing.net