Le 5 novembre 2018, pendant un automne particulièrement pluvieux, après des semaines d’agitation autour du chantier de la Plaine, deux immeubles s’effondraient rue d’Aubagne coûtant la vie à 8 personnes.

Bien sûr ce n’était pas la pluie, mais la mise à nu dans le desastre de la gestion mafieuse de la ville par les élus et les promoteurs propriétaires de taudis.

Très vite, une marche de la colère, puis les Gilets Jaunes, l’assassinat de Zineb Redouane, les expéditions punitives de la police du samedi, l’incendie de Maison Blanche, et puis Francois de Rugy, et puis son homard.

L’indécence des politiques face à nous confine au ridicule. D’abord dans leur trop évidente responsabilité pour avoir tout mis en place afin que ces drames arrivent, puis pour la vulgarité avec laquelle ils ont continué à organiser le pillage en prétendant venir en aide quand nous savons qu’ils ne font que jouer au Monopoly. Pour preuve, les milliers de personnes mises à la rue grâce à cette trouvaille que sont les arrêtés de péril… Bingo ! ça en fait des possibilités d’investissements immobiliers…

Les goinffres ont de sacrés appétits. Mais ils ont aussi des noms et des adresses… Alors comme on a pas envie de les laisser se gaver en toute impunité, on va squatter le banquet !

Politiciens, agences immobilières, entreprises complices. D’ici au 5 novembre montrons leur que nous savons qui ils sont, pour que cette date soit un moment à la hauteur de notre colère.

Si l’automne 2018 nous a marqué par sa tristesse, si l’on se rappellera toujours du 5 novembre, mais aussi du 11 octobre et des débuts des travaux et surtout du 1er décembre et de la mort de Zineb Redouane, faisons de la saison 2019 notre revanche. Nous déclarons ouvert le grand jeu de l’automne, pour qu’ils tombent tous comme des feuilles mortes !

Pour participer c’est simple : tous les moyens sont bons et les cibles sont plus que nombreuses.

Un petit tag, un grand, un panneau, une banderole, quelques étoiles sur une vitrine d’agence immobilière, des applaudissements un peu trop nourris dans une session du conseil municipal (dommage, on entend plus rien…), une belle fête sauvage chez Gaudin, un vol de petits fours chez des promoteurs, enfin, vous voyez le tableau.

Voir sur umap.openstreetmap.fr

La carte du banditisme immobilier recense les adresses des méchants. Elle est collaborative, si vous souhaitez partager une adresse, vous pouvez l’envoyer à [email protected]


Article publié le 10 Oct 2019 sur Mars-infos.org