Février 17, 2022
Par La Brique
213 visites

Arnault Empereur Qui ne connaît pas Bernard Arnault ? En France, pour ainsi dire, personne. Difficile de passer inaperçu lorsqu’on est première fortune de l’Europe avec une richesse qui s’élève à près de 157 milliards d’euros. Grand patron du groupe de luxe LVMH, Bernard Arnault sait cultiver son image de passionné d’art, de généreux donateur et d’amateur de piano. Puisqu’on vous dit que c’est un homme calme et réfléchi, discret et peu médiatique, avec ses petits yeux bleus, c’est un homme parfait.

Et puis… Bernard Arnault est de chez nous ! Né à Roubaix, ayant fait ses premières armes à Croix, le multimilliardaire est venu nous faire l’honneur d’inaugurer le campus Jean Arnault (le nom de son père), le 9 juillet dernier. Entre grandes pompes et entre-soi familial, ce campus est une extension de l’Edhec situé dans l’ancien siège de Férinel (la boîte à papa). Dans son geste philanthropique, Arnault réalise ici une double opération, dorer sa com’ et retrouver ses racines, à moins que ce ne soit pour revisiter le lieu du crime… Retour sur les origines et l’odyssée du premier capitaliste de France.

Inutile de vous dire qu’on n’était pas invité.es. Ce 9 juillet 2021, la rue Louis Pluquet coincée entre Croix et le Parc Barbieux est barricadée. Le gratin est important, Bernard Arnault, sa femme, ses cinq héritier.es, mais aussi Brigitte Macron, « Première dame », Bruno de Pampelonne, président de “l’Association” EDHEC Business School, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et Régis Cauche, Maire de Croix. Au programme, Madame Macron fait sa com’ pour « LIVE » (L’Institut des Vocations pour l’Emploi) qui partagera le campus avec l’EDHEC et des « incubateurs de start-up ».

Carte croix

Chacun.e y va de son petit discours et de sa storytelling : « Au départ j’avais un partenariat avec LVMH qui dessinait mes robes pour les soirées officielles, on a voulu faire ensemble autre chose que de la couture. » Financé à 100 % par LVMH, l’institut LIVE, dont Brigitte Macron est la présidente s’occupera d’une soixantaine d’élèves qui ont des « parcours compliqués ». En Mère Thérésa, la femme d’Emmanuel Macron indique même qu’elle donnera de sa personne en dispensant « elle-même un cours de culture générale une fois par mois à Roubaix ». Comment être contre ? « L’objectif, c’est qu’à la sortie ils aient un emploi, une formation ou qu’ils créent leur entreprise ». Peut-être qu’être touché.e par la grâce donnera un coup de pouce, « la première dame a échangé avec chacun des élèves présents sur leur projet professionnel1». Bien maigre tout de même est la stratégie de la soudaine bienfaitrice dont l’époux met au même moment en application la réforme de l’assurance chômage et qui nous a gâté de ses petites phrases : « Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires », « si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord », jusqu’à la fameuse « je traverse la rue, je vous en trouve ! » (du travail).

Traverser la rue

Pour Bernard Arnault, la storytelling est aussi de mise. « C’est ici, en 1920, que mon grand-père a fondé sa petite start-up », merci pour l’anachronisme. La maison en face, c’était d’ailleurs celle de ses grands-parents jusqu’en 1967, où il a grandi, avant de déménager pour devenir les voisins directs de Gérard Mulliez, chemin de la Vacquerie dans le très cosy quartier Beaumont.

Arnault nous replonge dans son enfance et dévoile en filigrane son objectif. Regarder derrière pour mieux voir devant. Bernard Arnault s’inscrit comme toute la bourgeoisie sur ses terres. À 72 ans, la succession approche un peu plus pour ses 5 rejetons et il faut donc continuer à inculquer les valeurs familiales de ses aïeux. « Le Campus Jean Arnault est un hommage à mon père et à nos racines entrepreneuriales à Roubaix. C’est ici même que mon grand-père et mon père ont construit les fondations de ce qui est devenu aujourd’hui l’un des premiers groupes industriels européens. En créant ce Campus en partenariat avec l’EDHEC et LIVE, je souhaite rester fidèle aux valeurs de travail, d’audace et de persévérance, si chères aux familles d’entrepreneurs du Nord. » Même si Bernard Arnault possède un des plus grands yachts du monde, qu’il possède de multiples villas et châteaux, jamais vous ne verrez celui-ci au volant d’une grosse cylindrée, ni siroter un cocktail sur son île privée des Bahamas. Ne lui parlez pas de luxe, il préfère vanter des « produits durables, de meilleure qualité2». Tout est question de point de vue : ne parlez pas d’optimisation fiscale, préférez retourner le problème, LVMH c’est « le groupe qui paie le plus d’impôts » et « l’un des groupes qui créent le plus d’emplois en France ». À critiquer vous risquerez de tomber dans des « théories anti-entreprises ». 

Arnault Empereur

Et il faut le reconnaître, Bernard Arnault applique avec justesse le charme discret de la bourgeoisie du Nord : toujours avoir l’air d’être au travail, jamais d’extravagances, ni de démonstration des signes extérieurs de richesse, montrer qu’on mérite plus qu’on hérite. 

Et bien oui, parce qu’avant tout Bernard Arnault est un millionnaire qui est devenu milliardaire. Et qu’il ne doit pas sa fortune qu’à la force de son poignet. La réputation du plus grand groupe de luxe mondial a été quelque peu entachée par son PDG. De l’entreprise familiale à la saga Arnault, le chemin n’a pas toujours été très serein. Tout l’art de Bernard Arnault est de construire une image pianiste paisible bien loin de ses sournoises roublardises. Un bref retour historique sur le parcours de celui qui dit « vous n’entrez pas dans une entreprise anonyme, vous entrez dans une famille3 » est nécessaire pour rendre un peu justice aux laissé.es pour compte d’une bourgeoisie incapable, prédatrice et sans limite qui ne sème derrière elle que des désastres sociaux pour mieux s’étaler dans des classements absurdes et destructeurs.

Dossier proposé par : Harry Cover 

Dessin et carte : Vigue

1. VDN du 23/09/2021 – «Trois questions sur l’association LIVE, lancée à Roubaix par Brigitte Macron ».

2. VDN du 09/07/2021 – Entretien exclusif. Bernard Arnault « Cette influence familiale d’entrepreneurs du Nord m’a inspiré ».

3. Ibid.

Bernard Arnault est-il l’homme le plus riche de la terre ?

La réponse est non, mais merci de l’avoir posée. Sur des dimensions stratosphériques, loin des futilités du bas-peuple, les fortunes des ultra-riches oscillent étrangement, et sont difficiles à décrypter. En fait, si le Bernard Arnault d’aujourd’hui (sur le dessin ci-contre) voyageait dans le temps avec sa fortune – disons d’une année, il serait largement l’homme le plus riche sur Terre, avec 37 Mds $ d’avance sur Jeff Bezos. Faut dire que la fortune de la famille Arnault a augmenté de plus de 75 Mds de $ entre 2020 et 2021. Fort heureusement, c’est aussi le cas d’Elon Musk (+127 Mds $) et Jeff Bezos (+65 Mds $), qui sont respectivement à la 1ère et 2ème place sur le podium des plus grosses bourses de la terre. Le français reste à la troisième place, sans machine à voyager dans le temps. C’est quand même super relou le covid, ça vous tue une fortune.

Quelle vie a eu Bernard Arnault depuis Merci Patron ! de François Ruffin ? Il n’avait que 29 Mds $ pendant le tournage en 2013 et 34 Mds $ à la sortie du documentaire. Gros naze ! Revenchard, il a doublé plein de gens dans la course internationale, en triplant et même quintuplant sa fortune familiale. Pendant que le monde prépare la disette post-covid, eux sont sur d’autres planètes.

Source : Forbes (2021)




Source: Labrique.net