Le comité de rédaction avait reçu un communiqué de presse. Communiqué publié précédé du chapeau suivant :
Des militant.es libertaires ont envoyĂ© au comitĂ© de rĂ©daction le communiquĂ© de presse suivant en nous demandant de le publier. Nous ne ferons aucun commentaire. Le CRML.“. Nous publions maintenant, Ă  la demande de l’UCL, le droit de rĂ©ponse suivant. Nous ne ferons naturellement aucun commentaire. Le ComitĂ© de RĂ©daction du Monde Libertaire

Le Monde Libertaire a fait le choix de publier un texte rĂ©digĂ© par 3 militant·es libertaires de Lorient expliquant leur dĂ©cision de quitter l’Union Communiste Libertaire.
L’Union Communiste Libertaire souhaite que soit publiĂ© ce droit de rĂ©ponse.
Conformément aux statuts de notre organisation, le groupe UCL de Lorient a sollicité une commission de médiation afin de rechercher une solution face à une situation de conflit au sein du groupe local.
Soucieux de protĂ©ger l’ensemble de nos camarades, nous ne reviendrons pas sur le contenu du conflit, nous prĂ©ciserons simplement que le rĂ©sumĂ© publiĂ© dans le Monde Libertaire nous apparaĂźt comme incomplet et partial. Nous reviendrons simplement sur la mĂ©thode regrettable utilisĂ©e par nos ancien·nes camarades (dont il importe Ă  ce stade, et en toute transparence, de prĂ©ciser que l’un-e des signataires n’était pas adhĂ©rent-e fĂ©dĂ©ral-e de l’UCL).
Ce texte voit le jour car la conclusion finale du conflit dans le groupe UCL de Lorient ne leur a pas convenu.
La commission de mĂ©diation de l’UCL a interrogĂ© toutes et tous les membres afin de rĂ©diger un rapport, dont les prĂ©conisations ont Ă©tĂ© communiquĂ©es, soumises Ă  validation par les camarades du groupe local lors d’une AG Ă  laquelle les 3 signataires n’ont pas participĂ©.
Ces 3 camarades, ne furent pas parmi les concerné·es par ce conflit.
Les principaux et principales protagonistes ont acceptĂ© les conclusions de la commission de mĂ©diation, et sont aujourd’hui toujours membres et militant·es de l’UCL.
Nous trouvons dommageable qu’aujourd’hui 3 camarades, tentent d’utiliser une situation extĂ©rieure afin de rĂ©gler leurs diffĂ©rents personnels avec d’autres camarades. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, et leur dĂ©part de l’UCL Ă©tait prĂ©mĂ©ditĂ© car ils l’avaient mentionnĂ© au prĂ©alable aux deux membres de la commission de mĂ©diation, et Ă  cette fin avaient dĂ©jĂ  crĂ©Ă© une association afin de dĂ©velopper leur propre rĂ©seau militant Ă  Lorient.

L’Union communiste libertaire.


Article publié le 28 Sep 2020 sur Monde-libertaire.fr