Mai 8, 2022
Par Attaque
163 visites

L’Aisne Nouvelle / samedi 7 mai 2022

Dégradations en forêt, menaces verbales sur des bûcherons, la tension s’accentue dans les massifs, y compris en Picardie. L’agence picarde de l’Office national des forêts relaie une tribune des acteurs de la filière bois.

[…] les forêts de la région ne sont pas épargnées par des actes de vandalisme, des menaces, des intimidations et des insultes qui visent notamment des bûcherons.

« Dans le sud Oise, de nombreuses dégradations ont eu lieu sur des tracteurs forestiers, des abris de chasse, des véhicules de l’ONF, de chasseurs, de salariés: incendies criminels, crevaisons, tags émaillent depuis le début de l’année le travail des forestiers », déplore l’ONF qui porte plainte systématiquement.

Des actes de malveillance ont également été relevés dans l’Aisne. Patron d’une entreprise de bûcheronnage et de débardage basée à Hirson (Aisne), Patrice Leroux, membre de la fédération des entrepreneurs de travaux forestiers et du conseil d’administration des Hauts-de-France, confirme la dégradation de ses conditions de travail. Il cite trois exemples survenus en l’espace d’un an et demi. D’abord en forêt de Retz près de Villers-Cotterêts (Aisne), un de ses sous-traitants a vu l’un de ses véhicules cassé et son matériel volé. Des tags et des inscriptions dans des maisons forestières, sur des grumes, attestent d’oppositions vives contre des chantiers de bûcheronnage, contre l’ONF, contre les chasseurs aussi. « En novembre dernier, dans la forêt de Mormal dans le Nord, un drone surveillait notre activité. Et j’ai subi à la suite des attaques et des insultes sur les réseaux sociaux », évoque Patrice Leroux.
Qui a aussi en mémoire en janvier, février et mars 2022 sur un chantier en forêt de Laigue dans l’Oise, « des insultes sur des panneaux forestiers et des dégradations ». L’entrepreneur déplore une exacerbation des points de vue, via les réseaux sociaux, souvent doublée d’une incompréhension et d’une méconnaissance du métier de bûcheron. […]

Ou qu’un véhicule porteur (d’une valeur de 300 000 euros) d’un exploitant forestier subisse, voici quelques semaines, un incendie volontaire en forêt d’Holnon, à l’ouest de Saint-Quentin. Dans ce bois, des randonneurs parlent « d’un massacre » de chemins balisés à cause du dernier chantier qui laisse un terrain retourné et de larges ornières.




Source: Attaque.noblogs.org