Photo Gwenola Ricordeau {JPEG}

« Ce qui se passera aprĂšs les Ă©meutes sera crucial pour dĂ©terminer si ce moment marque un tournant dans l’histoire de la contestation du maintien de l’ordre, ou s’il est simplement cathartique Â», explique l’abolitionniste Kristian Williams dans nos colonnes [p. 10]. Depuis le meurtre de George Floyd, homme noir tuĂ© le 25 mai par un policier blanc Ă  Minneapolis, la sociĂ©tĂ© Ă©tatsunienne se trouve Ă  un point de bascule historique. Soit elle conforte la pente fasciste du trumpisme, soit elle lui oppose l’abolition du systĂšme pĂ©nal [p. 6 & 7] afin d’en finir avec les violences policiĂšres racistes et l’incarcĂ©ration de masse [lire ci-contre].

C’est hĂ©las la seconde hypothĂšse qui paraĂźt la plus irrĂ©aliste. Pourtant, jamais la question de refondre le modĂšle de sĂ©curitĂ© publique ne s’est posĂ©e avec autant d’intensitĂ©. Alors qu’une premiĂšre rĂ©forme de la police proposĂ©e par les dĂ©mocrates est en passe d’ĂȘtre bloquĂ©e au SĂ©nat, plusieurs institutions et municipalitĂ©s ont d’ores et dĂ©jĂ  commencĂ© Ă  suivre le mot d’ordre « Defund the police Â» (« Couper les vivres Ă  la police Â») et rĂ©visent Ă  la baisse les budgets qu’elles attribuent aux forces de l’ordre.

C’est bien au cƓur de la machine rĂ©pressive que se mesurent les discriminations structurelles d’une nation qui s’est trop vite imaginĂ©e « post-raciale Â». Jamais depuis l’assassinat de Martin Luther King, le dĂ©bat sur le racisme n’a Ă©tĂ© aussi profond. Certes, bien des choses ont changĂ© depuis le mouvement des droits civiques, mais l’intĂ©gration d’une Ă©lite noire n’a rien modifiĂ© aux profondes disparitĂ©s sociales. AprĂšs les faux espoirs des mandats Obama, un sentiment de dĂ©tĂ©rioration se ressent au sein de la population africaine-amĂ©ricaine, exacerbĂ© par le racisme plus ou moins larvĂ© de Trump. Économiquement, pĂ©nalement et sanitairement, elle est la plus touchĂ©e par les crises actuelles.

À la croisĂ©e des chemins, la solidaritĂ© manifestĂ©e par une jeunesse multiethnique Ă  travers tout le pays redonne corps aux espoirs de changement d’un Fred Hampton [p. 8 & 9], Black Panther assassinĂ© par la police en 1969, pour qui le combat en faveur de l’égalitĂ© raciale et la lutte des classes devaient ĂȘtre intimement liĂ©s. Right on !

L’équipe de CQFD

* « Off the pig Â» : slogan des Black Panthers qu’on pourrait traduire par « Puissions-nous Ă©carter l’agent de police de notre chemin. Â»


La Une du n°189 de CQFD, illustrée par Jean Codo & Zam Zam {JPEG}

- Ce texte est l’introduction d’un dossier de 6 pages consacrĂ© aux violences policiĂšres et au racisme aux États-Unis. Il a Ă©tĂ© publiĂ© sur papier dans le numĂ©ro 189 de CQFD, en kiosque du 3 juillet au 3 septembre. Voir le sommaire du journal.

  • Ce numĂ©ro est disponible chez prĂšs de 3 000 marchands de journaux partout en France. Pour retrouver les points de vente prĂšs de chez vous, cliquez ici.
  • Pour recevoir les prochains numĂ©ros dans votre boĂźte aux lettres, vous avez la possibilitĂ© de vous abonner.

Article publié le 04 Juil 2020 sur Cqfd-journal.org