Mars 23, 2021
Par Marseille Infos Autonomes
366 visites

Rdv samedi 27 mars – 12h30 Place Cadenat (Belle de Mai) / 14h30 Réformés

Rejoignez le cortège de l’inter-squats
 !

Nous sommes dans différentes situations, différents moments de notre problème de logement. Nous occupons de vastes bâtiments laissés vides afin de nous loger dignement et de bénéficier d’un lieu stable où nous pouvons vivre normalement au quotidien. Nous sommes occupant.es sans droit ni titre de ce bâtiment, et nous revendiquons la réquisition de ces lieux. Nous sommes des familles et des personnes qui vivions dans des conditions difficiles, instables et stressantes : à la rue, dans des hôtels ou dans des lieux occupés de manière précaire, des campements de fortune, sous des tentes.

Vous aurez vos questions ? nous avons aussi les nôtres.

Pourquoi vous ne nous demandez pas depuis combien de temps nous sommes à la rue ? Pourquoi vous ne nous demandez pas pourquoi nous ne voulons pas rester au 115 ? Pourquoi vous ne nous demandez pas quelles sont nos conditions de vie au 115 ? Voici des premiers éléments de réponses : parce que nous sommes obligés de partir/sortir à 7h et de rentrer à 18h. Parce qu’on ne peut pas inviter nos familles. Parce que dans les hôtels il n’y a pas de cuisine. Parce que dans certains hôtels il n’y a pas de chauffage, et surtout parce qu’il y a des punaises de lit. Parce que certain.es n’ont même pas de couverture ! Pour nous le 115 n’est pas une solution.

Pourquoi vous ne demandez pas aux personnes qui se lèvent et s’en vont quand on s’assoit à côté d’elles dans le métro de quoi elles ont peur ?

Allez plutôt demander à la Préfecture, à l’Office Français pour l’Immigration et l’Intégration (OFII) et à la Plateforme d’Accueil des Demandeurs d’Asile (PADA) pourquoi ils disent qu’ils s’en foutent de notre scolarité, de nos formations, alors que nous servirons la France dans le futur.

Allez demander pourquoi les bébés dorment à la rue. Allez demander à l’OFII pourquoi ils coupent l’Allocation pour demandeurs d’asile (ADA) à des personnes qui sont hébergés chez un particulier, ou s’ils squattent alors qu’ils ne donnent pas d’hébergements. De qui se moque-t-on ?

Allez demander pourquoi les places sont réservées aux personnes vulnérables. Allez demander à l’OFII c’est quoi une personne vulnérable ? Quand on ne peut pas travailler et qu’on n’a pas de ressources, n’est-on pas vulnérable ?

Pourquoi vous n’enquêtez pas sur ces institutions (OFII, Préfecture et la Pada) qui nous laissent dormir à la rue ?

Nous avons besoin d’un logement stable où vivre normalement, où nous pouvons dormir dans une chambre, cuisiner librement, accueillir notre famille et nos ami.es, être tranquilles.

Parce qu’on en a marre, parce que c’est l’hiver, parce qu’on ne va pas attendre des années que les pouvoirs publics fassent leur travail, nous occupons et habitons des logements laissés vides par les propriétaires, pour arrêter de camper, d’errer.

Nous sommes menacés par les jugements d’expulsion qui ne tiennent pas compte de la trêve hivernale décrétée par le gouvernement (juin au lieu de fin mars). Nous sommes menacés nuit et jours par des agents de sécurité privés qui tentent de nous déloger. Nous sommes en sursis de décisions de la Préfecture qui peuvent nous jeter à la rue des chambres d’hôtel, des bâtiments, de nos campements.

Nous voulons des lieux repères, des lieux de repos, des lieux d’accueil. Des lieux de vie. Des logements dignes. Parce que nous voulons l’accès à de bonnes conditions sanitaires, à l’hygiène. Parce que nous voulons l’accès à des formations, notamment à l’apprentissage du français. Parce que nous voulons ce que nous appelons la symbiose culturelle : l’accueil et le respect de chacun.e, incluant nos différentes nationalités, communautés, vécus et cultures. La rue, d’autant plus avec la Covid, c’est le risque de développement épidémique maximum pour tout.es.

Préfète, Maire de Marseille, vous avez le pouvoir d’interdire les expulsions de logement, vous avez le pouvoir de mettre en place des réquisitions de bâtiments inoccupés. Nous pouvons vous y aider.

Squat « rue Beaumont »

Squat « place Sadi Carnot »

Squat « cité des Flamants »

Délogé.es du Petit Séminaire

Campement de la Porte d’Aix

Et des dizaines de petits squats.

[email protected]




Source: Mars-infos.org