Octobre 21, 2020
Par Extinction Rebellion France
64 views



Entrée du Ministère recouverte de peinture verte
Monsieur le président, mesdames, messieurs les ministres, votre transition est un leurre. (Photo © Benjamin Carrot)

Le 13 octobre une centaine de rebelles d’Extinction Rébellion et leurs sympathisants se sont réuni·es devant le ministère de la transition écologique à Paris pour acter l’échec et la complicité de notre gouvernement dans ce qui est en passe de devenir le plus grand crime contre l’humanité.


Rebelle déplacée par les forces de l'ordre
Les force de l’ordre ont déplacé les militant·e·s.

Des militants ont été blessés. Et en totale contradictions avec les règles sanitaires actuelles que les rebelles respectaient, les policiers ont nassé le groupe, empêchant de suivre les recommandations de distance d’au moins un mètre entre chaque personne.

31 heures de garde à vue pour 6 rebelles et 2 gardes à vue de 24h


Rebelles nassé·e·s par les forces de l'ordre
Les force de l’ordre ont nassé les militant·e·s, en totale contradiction avec les règles sanitaires (Photo © Benjamin Carrot)

Tribune

Monsieur le président, mesdames, messieurs les ministres,
Votre transition est un leurre !

Le chaos climatique et l’extinction de la biodiversité sont connus de longue date de ceux qui nous gouvernent. Voilà bientôt 30 ans qu’ils ratifient les uns après les autres des traités attestant de leur conscience de la menace existentielle qui pèsent sur l’humanité. Cependant, ils continuent sciemment et délibérément de promouvoir et soutenir le culte d’une croissance infinie de ce qui nous détruit ! Vous êtes complices et auteurs de ce qui est en passe de devenir le plus grand crime contre l’humanité.

Aujourd’hui, le constat des scientifiques est sans appel et annonce une augmentation de température de 4C d’ici la fin du siècle, ce qui signifie un monde chaotique et la mort de milliards de personnes. La différence entre chaque dixième de degré se compte en dizaine de millions de morts. Rien ne justifie d’attendre une seconde de plus.

Il est urgent d’opérer un changement radical à la mesure de ce qui est nécessaire : nous devons atteindre la neutralité carbone en 2025 et arrêter immédiatement la destruction des écosystèmes.

C’est pourquoi nous avons décidés de venir ici aujourd’hui, au pied de ce ministère, au cœur de ce quartier où sont situées toutes nos institutions politiques. Pour délivrer ce message, pour cesser toute ambiguïté :

M. Le président, mesdames messieurs les ministres, madame la ministre de la transition écologique : Nous ne sommes pas dans le même camp !


Rebelles déplacé·e·s par les forces de l'ordre
Les force de l’ordre n’ont pas hésité à porter les rebelles alors qu’ils étaient enchaînés à des palettes de bois, au risque de leurs casser le bras.

Parce que la pollution des corps et des sols, l’artificialisation continue des terres et les impostures technologiques ne peuvent plus se cacher derrière votre écologie de discours.

La moindre des choses aurait été d’appliquer immédiatement les propositions issue de la Convention citoyenne pour le Climat.

Mais là encore, vous actez les renoncements et les actions de courte-vues.


Rebelles arm-locké·e·s
Rebelles arm-locké·e·s face au Ministère de la Transition Écologique (Photo © Benjamin Carrot)

La crise du Covid19 nous a montré que lorsqu’une menace apparaît, il vous est possible de prendre en urgence des mesures fortes qui s’appuient sur des recommandations scientifiques afin de protéger la société. Si le doute pouvait encore subsister, nous savons maintenant que si rien n’est fait, ce n’est pas parce que vous n’avez pas les moyens de le faire mais bien parce que vous ne le voulez pas ! Où est donc votre impuissance supposée ?

Quand l’action gouvernementale se résume à la relance de ce qui nous détruit, où est l’intérêt général? Où est la défense des citoyens ? Où est donc votre légitimité ? Nulle part.

Pour lutter contre l’extinction du vivant et les cataclysmes climatiques, le premier obstacle est politique. Le premier obstacle, c’est votre gouvernement et les institutions que vous osez appeler une démocratie.


Rebelle portant une pancarte « Pas d'écologie sans démocratie »
Pour lutter contre l’extinction du vivant et les cataclysmes climatiques, le premier ostacle est politique. (Photo © Benjamin Carrot)

Nous sommes ici pour remettre les choses à l’endroit.

Nous savons les risques que nous prenons dans le contexte actuel en occupant cette place. Mais au vu des menaces existentielles auxquelles nous faisons face, ne pas agir est un plus grand risque encore.

Nous ne sommes pas les inconscients, les inconscients sont ceux qui nous ont mené là, à l’explosion des catastrophes écologiques et sanitaires !

Nous ne sommes pas les extrémistes, les extrémistes sont ceux qui défendent le culte d’une croissance infinie contre les faits scientifiques.

Nous ne sommes pas les utopistes, la lutte pour le vivant ne peut être qualifiée d’utopie. Elle est simplement la condition nécessaire à notre survie.

Nous sommes ici pour participer à la construction d’une démocratie réelle, seule garante d’un changement radical, écologique et juste.

Nous appelons à la création d’assemblées citoyennes chargée de décider des mesures à mettre en place pour atteindre les objectifs garants de la survie de l’humanité. Nous appelons à des assemblées populaires sur tout le territoire pour construire un autre avenir.

L’échec criminel de nos dirigeants nous l’a fait comprendre, l’avenir sera démocratique ou ne sera pas.

Parce que chaque seconde compte, nous appelons les citoyens à agir maintenant !

Nous appelons au désarmement des infrastructures qui nous tuent ! Nous appelons à bâtir une société qui ne dépende plus de ces infrastructures mortifères, à retrouver notre autonomie politique, à retrouver notre pouvoir d’agir.


Rebelle portant une pancarte « Faites preuve de sérieux, soyez révolutionnaire »
Quand l’État abandonne délibérément sa responsabilité de protéger ses citoyen·ne·s, il rompt lui même le contrat social. La révolte devient alors notre droit le plus sacré, et notre devoir le plus indispensable. (Photo © Benjamin Carrot)

Quand l’État abandonne délibérément sa responsabilité de protéger ses citoyen·ne·s, il rompt lui même le contrat social. La révolte devient alors notre droit le plus sacré, et notre devoir le plus indispensable.

Parce que chaque dixième de degré compte, parce que chaque espèce disparue compte, parce que chaque minute compte, nous appelons à la rébellion. Nous sommes prêts à enfreindre la loi et à en subir les conséquences, y compris l’emprisonnement.

Nous soutenir, faire un don !

Nous rejoindre !




Source: Extinctionrebellion.fr