Avril 30, 2019
Par Rebellyon
283 visites


Depuis ce soir, 29 avril, le gymnase de l’école Victor HUGO (Lyon 1er) est occupé par le collectif Jamais sans toit composé de parents d’élèves, d’enseignants de l’école Victor Hugo et du collège Tourette, et d’habitants du quartier, pour permettre à une famille dont le plus jeune est scolarisé dans l’école et le cadet au collège Tourette de dormir à l’abri.

Cette famille était hébergée à Vénissieux dans le cadre du plan froid, dans une structure encadrée par l’Armée du salut. Mais cette mise à l’abri a pris fin le 18 avril dernier et cette famille, comme de nombreuses autres, se retrouve depuis à la rue.

Depuis, la famille s’abrite sous une tente dans un parc. De nouveau à la rue, les enfants se retrouvent dans une situation extrêmement préoccupante, avec l’école pour unique repère.

Nous dénonçons fortement cette situation absurde et inadmissible.

En effet, comment comprendre et admettre que de nombreuses familles, hébergées pendant plusieurs mois, soient remises à la rue sur le seul critère administratif et arbitraire de « fin du plan froid », alors qu’elles demeurent sans solution, sans lieu où dormir ?

Comment accepter de voir dans les parcs de la ville des dizaines de tentes montées par ces personnes remises dehors alors que les locaux dans lesquels elles étaient hébergées se retrouvent vacants ?

À qui faut-il encore apprendre que la rue n’est pas plus sûre en avril qu’en janvier ?

Non, les enfants ne peuvent pas construire un parcours scolaire en dormant dans la rue, et il est de notre responsabilité collective de prendre soin de ces enfants, autant que des nôtres, et de leur permettre de vivre dignement avec leurs familles.

Cela est d’autant plus inacceptable que le code de l’Action Sociale et des Familles (article L. 345-2-3) stipule que « Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation. »

Notre collectif attend donc que, comme le prévoit la loi, cette famille se voie proposer de nouvelles solutions.

En attendant, nous avons décidé d’ouvrir notre école et d’en occuper le gymnase pour mettre cette famille à l’abri.

Collectif Victor Hugo Jamais Sans Toit




Source: