Octobre 5, 2022
Par Rebellyon
205 visites

Bulletin no 206 du 04 octobre 2022, du réseau Résistons Ensemble. Formé en 2002, Résistons Ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.

Bonjour,

Le bulletin no 206 du 04 octobre 2022, du petit journal mobile recto-verso A4 « RESISTONS ENSEMBLE » du réseau contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques …

À bientôt.

L’équipe de rédaction

Lire l’intégralité et télécharger ce bulletin mis en page au format pdf.

Obtempérer… jusqu’à quand ?

La Mafia a mauvaise réputation ? Ça dépend. Souvenons-nous, pendant la deuxième guerre mondiale, le débarquement des Alliés en Sicile a été arrangé par un accord conclu entre l’armée américaine et… la Mafia. Il en résulte la naissance d’un État italien démocratique mais profondément pénétré par la Mafia. Nous voyons aujourd’hui où cela mène.
Eh bien, nous, on le fait à la française, on a notre État mafieux bien de chez nous.
Sa première méthode consiste à utiliser l’élasticité de la loi. Par exemple, l’article 435-1 du Code de la sécurité intérieure instauré par la gôche de Hollande. Désormais, les policiers, comme les gendarmes, peuvent faire usage de leur arme pour immobiliser des véhicules dont les occupants refusent de s’arrêter et « sont susceptibles de perpétrer, dans leur fuite, des atteintes à leur vie ou à leur intégrité physique ou à celles d’autrui », y compris d’autres usagers de la route.
Ce qui veut dire que le policier a le droit de tirer même si sa propre sécurité n’est pas menacée, il suffit qu’il estime que la personne qui refuse d’obtempérer pourrait commettre dans l’avenir un crime. Les flics, dotés d’un pouvoir de télépathie, ont le droit d’interpréter la loi à la place des juges. C’est eux qui jugent et c’est eux qui exécutent, sans appel possible. C’est ainsi que dix personnes ont été mises à mort en France depuis le début de l’année 2022, alors que la peine de mort a été abolie en 1981. Le même arbitraire sévit quand la police inonde les quartiers populaires par des milliers d’amendes-punitions ou encore pour interdire préventivement de manifester les gilets jaunes ou autres récalcitrants.
Quand les lois les plus élastiques ne le sont pas suffisamment pour les besoins du pouvoir, la compagnie Macron-médéfienne passe carrément dans l’illégalité. Deux exemples parmi les plus flagrants. Le prof de maths Kai Terrada est suspendu puis vient d’être muté dans « l’intérêt du service ». Sans preuves, sans confrontation, sans même comparaître devant une commission de discipline.
Et le deuxième : cet été la même compagnie a déclenché une hystérie islamophobe autour de l’imam Iquioussen. Il est accusé d’avoir prononcé des prêches anti-femmes et antisémites ce qui auraient pu le conduire devant les tribunaux. Or, il n’y est pas comparu. Sur la base de ces accusations non vérifiées devant un tribunal, Darmarin a émis un arrêté d’expulsion à son encontre. Attention, Kafka arrive !!! Quand l’iman quitte lui-même la France, le pouvoir lance un mandat d’arrêt européen contre lui, en vue de l’arrêter et l’enfermer dans un centre de rétention pour pouvoir le faire quitter la France par la force.
Voilà le règne de l’illégalité. L’État de droit « classique » lui étant trop étroit, légalement ou illégalement, les tentacules de la pieuvre de l’État mafieux Macron-medefien, se déploient et nous étouffent. Pour survivre il va falloir toutes les trancher. Et on n’y arrivera qu’en désobéissant tous ensemble.

au sommaire

> Obtempérer… jusqu’à quand ?

> Pap Ndiaye ministre macroniste et donc autoritaire

> Refus d’obtempérer : 3 morts cet été

> C H R O N I Q U E D E L ’ A R B I T R A I R E
L’horreur des prisons mise à nu
Trois policiers reconnus coupables de la mort d’Amadou Koumé
La violence invisible
Gary, SDF tué par la police à Roissy
« Ils sont venus, m’ont massacré pour rien et sont repartis »
La guerre au rodéos urbains

> A G I R
« Faisons le procès de toute la Police »
Vincenzo Vecchi
Rassemblement international




Source: Rebellyon.info