FĂ©vrier 13, 2021
Par Attaque
283 visites


de.indymedia.org / mercredi 10 février 2021

Dimanche matin, Ă  l’aide de 20 litres d’essence, nous avons mis le feu Ă  une douzaine de pneus de voiture et Ă  quelques trottinettes Ă©lectriques, sur la Jamnitzer Platz, dans le quartier de Gostenhof. En mĂȘme temps, nous avons attaquĂ© le bureau de la police municipale de Nuremberg, Ă  l’aide de bombes de peinture et de pierres. Aux deux endroits on peut maintenant lire, Ă©crit en grandes lettres, ce que beaucoup de monde souhaite : « Vengeance pour les 2 de la Jamnitzer Platz ! »

Le 2 fĂ©vrier, Ă  Nuremberg, deux personnes ont Ă©tĂ© condamnĂ©es Ă  14 et 10 mois de prison, avec 3 ans de sursis. La raison, absurde, de la sentence : pendant l’étĂ© 2019, les deux auraient criĂ© aprĂšs les policiers, sur la Jamnitzer Platz. Le fait que l’une des personnes condamnĂ©es n’était manifestement mĂȘme pas lĂ , ce soir-lĂ , montre les motivations qui Ă©taient derriĂšre ce procĂšs et ses sentences : il s’agit d’un procĂšs politique et le pouvoir arbitraire de l’État a Ă©tĂ© appliquĂ© dans toute sa sĂ©vĂ©ritĂ©. Les sentences n’ont donc pas Ă©tĂ© rendus Ă  cause de quelques cris et d’opinions critiques, mais Ă  cause de tout ce que la Jamnitzer Platz [place au centre du quartier populaire et « alternatif Â» de Gostenhof, Ă  Nurembeg ; NdAtt.] reprĂ©sente.

La Jamnitzer Platz reprĂ©sente les nombreux moments de rĂ©bellion des habitant.e.s de Gostenhof, contre les keufs et cet État de merde. Elle reprĂ©sente les dures manifestations spontanĂ©es et la lutte collective contre la hausse des loyers dans le quartier. Mais aussi une mixitĂ© sociale solidaire, des nuits chaudes prĂšs du feu et des coins tranquilles, sans la pression de la consommation. Tout cela est une Ă©pine dans le pied pour les autoritĂ©s de la ville, pour la Police municipal et pour les flics !

Qui ne s’intĂšgre pas dans le systĂšme, le critique ou ose s’organiser par soi-mĂȘme, est combattu avec sĂ©vĂ©ritĂ© : depuis l’étĂ© 2019, Gostenhof est massivement occupĂ© par les flics. Les keufs de l’USK [UnterstĂŒtzungskommando, unitĂ© d’intervention de la police bavaroise; NdAtt.] terrorisent toutes les personnes qui ne correspondent pas Ă  leur vision, de droite, du monde. Le siĂšge policier de la Jamnitzer Platz, les contrĂŽles constants et la prĂ©sence quasi permanente de flics dans le quartier ont des consĂ©quences : de plus en plus de monde ne supporte plus cette merde et ouvrent leur gueule. C’est le cas lors de rassemblements, de conversations entre voisin.e.s ou lors de confrontations avec les keufs.

Tout cela a Ă©tĂ© fatal aux deux condamnĂ©.e.s ! La terreur policiĂšre n’a pas portĂ© Ă  la domestication de Gostenhof, comme ils le souhaitaient, voilĂ  pourquoi ils ont maintenant recours Ă  l’une des armes les plus lourds que l’« Ă‰tat de droit Â» puisse utiliser : la prison ! Le message est clair : quiconque ne fasse que s’approcher d’une position de dĂ©sobĂ©issance sera sĂ©vĂšrement puni.e !

Enfermer une personne dans un trou crasseux pendant 14 mois et lui ĂŽter sa libertĂ© est un crime ! Nous ne nous faisons pas d’illusion sur la possibilitĂ© de rĂ©parer de façon adĂ©quate cette injustice. Vous aurez encore des nouvelles de notre haine, c’est sĂ»r !

Vengeance pour les deux de la Jamnitzer Platz !

P.S. : Nous saluons les personnes qui, hier soir, aprĂšs une bataille de boules de neige sur la Jamnitzer Platz, ont terminĂ© par un grand feu d’artifice et ont rĂ©clamĂ© haut et fort la libertĂ© pour tou.te.s les prisonnier.e.s politiques ! Tout Gostenhof dĂ©teste la police !




Source: Attaque.noblogs.org