Il est difficile de dater précisément le début de ces interventions policières. Parmi les contrôleur·es interrogé·es, l’un nous dit que c’était le cas depuis la mise en œuvre des « bus Macron » fin 2015. Des militant·es considèrent que la fréquence s’est accrue avec l’arrivée de Collomb au ministère de l’intérieur en 2017. Les personnels interrogé·es hésitent aussi sur les horaires où les contrôles sont les plus récurrents. À Perrache, la PAF semble particulièrement active le matin mais les témoignages relatent aussi ses interventions l’après-midi et en début de soirée. Le nombre et la régularité des contrôles semble varier en fonction des lignes et des expériences des chauffeur·es.


Immigration et frontières