Juillet 7, 2021
Par Yannis Youlountas
343 visites


La solidarité continue avec les collectifs et lieux autogérés en Grèce, malgré les pressions et intimidations du pouvoir. 3ème épisode des livraisons en cours :

.

NOUVELLE VICTOIRE DE L’USINE AUTOGÉRÉE BIO.ME ✌️🖤❤️ (ET LIVRAISON DE SES PRODUITS MÉNAGERS À DES LIEUX ET COLLECTIFS SOLIDAIRES)

.

Ces derniers jours, une nouvelle tentative du vente aux enchères du terrain de l’usine BIO.ME vient d’échouer ! Malgré un contexte très difficile, les ouvriers tiennent bon, après être passé en autogestion il y a dix ans ! Une fois de plus, la solidarité internationale a contribué à mettre la pression sur le Tribunal de Thessalonique, de même qu’un rassemblement sur place le 24 juin.

.

Une semaine plus tard, nous sommes passés à l’antenne athénienne de BIO.ME pour acheter, comme d’habitude, de grosses quantités de produits ménagers afin de fournir nos lieux et collectifs solidaires.

.

S’il vous arrive de passer par Athènes, faites comme nous : allez les voir dans le quartier de Peristeri, au 33 rue Psaron. Vous pourrez découvrir leurs nouveaux produits (qui se sont encore améliorés à tous points de vue) auxquels s’ajoutent désormais quelques flacons pour le corps et les cheveux — mais pour moi, il parait que ça ne marchera pas 😉

.

Le local athénien de l’usine BIO.ME propose aussi à la vente quelques livres de coopératives d’éditions qui parlent bien sûr d’autogestion, de luttes sociales et d’écologie, entre autres. On y trouve aussi des tee-shirts et des sacs en tissu pour soutenir leurs frais de Justice.

.

Il y a trois jours, pendant que nous remplissions ensemble une dizaine de cartons à livrer ici et là (Athènes, Crète…), nous nous sommes remémorés les années 2012-2013 : quand leur lutte commençait à se faire connaitre au-delà des frontières de la Grèce, notamment via le film Ne vivons plus comme des esclaves (cf. une variante de l’affiche du film avec Makis Anagostou, parmi les photos et souvenirs en pièces jointes).

.

Ainsi, au fil des années, nous nous sommes souvent retrouvés côte-à-côte: à l’usine ou dans des manifs, sur un plateau de radio ou autour d’un café. « Le petit Achille a grandi ! » a remarqué l’un d’entre eux. Le temps passe. Oui, mais entre compagnons de luttes, nous vivons le temps qui passe d’une autre façon : tout d’abord parce que nous témoignons joyeusement qu’aucun d’entre nous n’a baissé les bras, donc que rien n’est encore fini, mais aussi parce que nous avons accumulé une expérience en commun : nous avons vérifié que l’utopie est à portée de main, que l’obstacle principal est la résignation et que la solidarité permet parfois de soulever des montagnes.

.

Être frères et sœurs de lutte est encore plus fort que d’être parents ou copains dans la vie. Et nos conversations le prouvent : nous revenons systématiquement à l’essentiel et agissons ensemble dans ce but, au lieu de nous restreindre à des banalités de base, à du langage diplomatique, creux et convenu pour botter en touche, feindre de ne rien voir de ce qui est important ou éviter les sujets de désaccords avec les proches que nous n’avons pas choisi et qui sont en réalité plus lointains qu’il n’y paraît.

.

Ma vraie famille est celle qui défend la vie et l’amour dans les catacombes de cette société mortifère, et non celle qui se contente de profiter de la loterie de l’existence. Je remercie mes proches d’être plus ou moins impliqués dans des actions qui vont dans le bon sens. Sans quoi, au fil du temps, nous n’aurions peut-être rien à nous dire.

Courage mes frères et sœurs d’utopie ! Bien que les temps soient sombres, la grande famille de celles et ceux qui luttent pour défendre la vie et l’amour n’a pas dit son dernier mot ! ✊🖤❤️

.

Yannis Youlountas po/ le collectif

.

(à suivre)

.

Petit souvenir de BIO.ME et Ne vivons plus comme des esclaves (durée 5 minutes) :

.

.

PS : les actions et livraisons continuent durant les jours à venir (évidemment sans subvention ni partenariat médiatique avec les valets du pouvoir) à destination de plusieurs autres collectifs et lieux autogérés à Athènes puis ailleurs. Si vous voulez participer, c’est ici :

.

1- Pour effectuer un virement à ANEPOS

IBAN : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730

BIC : PSSTFRPPTOU

Objet : « Action Solidarité Grèce »

.

2- Pour participer via PAYPAL, suivre le lien :

.

3- Pour envoyer un chèque à l’ordre de ANEPOS

Adresse postale : ANEPOS – Action Solidarité Grèce – 6 allée Hernando – 13500 Martigues

.

Contact : [email protected]

.

Tél. Grèce (0030) 694 593 90 80 / Tél. France 06 24 06 67 98

.

Si vous envisagez de venir par la route en Grèce cet été et que vous aurez de la place dans votre véhicule, faites-nous signe 🙂



Source: Blogyy.net