203 visites

Le dimanche 15 mai, l’extrême droite se rendait encore responsable d’une tuerie de masse, assassinant 10 personnes majoritairement noires. Le terroriste de 18 ans préparait cela de longue date et le manifeste publié par ce dernier ne peut que nous éclairer sur le danger que représente l’extrême droite pour toutes les populations subissant le racisme.

Comme d’autres militants terroristes d’extrême droite avant lui, le fasciste Payton S. Gendron s’inscrit dans la continuité des tueries de masse de Christchurch, d’El Paso et de la synagogue de Pittsburgh. Elle s’inspire des théories racistes du “Grand remplacement” théorisé par Renaud Camus, dont Eric Zemmour s’est fait le zélé promoteur dans l’hexagone. Le tueur fut appréhendé sans violence ni coup de feu échangé avec la police locale, alors même que les meurtres racistes de la police états-unienne à l’encontre des populations non blanches du pays n’ont jamais cessé de croître depuis l’investiture de Trump en 2017.

Cette tuerie de masse n’est pas un acte isolé commis par un “loup solitaire” qui se serait radicalisé seul, mais s’inscrit bien dans une continuité politique et dans un projet suprémaciste blanc. D’Utoya à Buffalo, en passant par le terrorisme antiféministe des incels [1], une seule et même logique : faire de la guerre raciale et contre les minorités opprimées le moteur d’une pensée complotiste, fascisante et meurtrière. Les terroristes comme Payton ou Breivik avant lui ne sont que les avatars les plus violents d’un discours qui se normalise de plus en plus, y compris en France.

L’assassinat de Federico Martín Aramburú le 19 mars 2022 en plein Paris par le militant du GUD Loïk le Priol, l’attentat contre la mosquée de Bayonne de 2019 par un ancien cadre du FN ou plus récemment celui perpétré par Martial Lanoir, antisémite et complotiste adepte d’Hitler et de Soral, dans la nuit du 13 au 14 mai doivent nous alerter au plus haut point sur le degré de violence dont est capable l’extrême droite en France aussi. Trois heures avant le crime, dans un message vocal diffusé sur sa chaîne Telegram, Martial Lanoir s’en prenait violemment au « peuple juif » et appelait à « éliminer les cafards ». Si ces militants sont à combattre, il en va de même de toute une partie du champ politique et médiatique allant de la droite à l’extrême droite, répétant à loisir et reprenant en chœur les éléments de langage de Renaud Camus et des différents partisans du “grand remplacement”.

Ces actes abominables sont un énième signal d’alarme qui doivent inquiéter l’ensemble des forces antifascistes, antiracistes et progressistes en France et ailleurs, car seule une réaction vive et sans frontière venant de notre camps social réussira à mettre un coup d’arrêt à cette montée toujours plus violente et dangereuse de l’extrême droite partout où elle se sent libre d’agir et de tuer en toute impunité.

Nos pensées et notre solidarité vont à l’ensemble des familles des victimes du fascisme et de ces actes terroristes.

La lutte antifasciste est internationale.

L’Union communiste libertaire, le 20 mai 2022.




Source: Unioncommunistelibertaire.org