DĂ©cembre 3, 2021
Par Organisation Communiste Libertaire (OCL)
326 visites


Aujourd’hui, nouvelle occupation devant l’agence Chronopost d’Alfortville par des postiers sans-papiers. Pourquoi ?

RSI-Gennevilliers, DPD Coudray, la rĂ©volte des travailleurs Sans- papiers‹. Le 22 octobre, une soixantaine d’intĂ©rimaires Sans-papiers de RSI, travaillant dans le BĂątiment, se sont mis en grĂšve et ont occupĂ© l’agence du boulevard Magenta. ÉvacuĂ©s par la police, ils se sont transportĂ©s Ă  Gennevilliers et, depuis le 8 novembre, ils tiennent un piquet devant le siĂšge de RSI. Ils protestent contre les conditions de travail dĂ©sastreuses, les dĂ©passements d’heures non payĂ©s, les erreurs sur les feuilles de paye, la maltraitance par les chefs de chantiers… Ils demandent leur rĂ©gularisation.

Le 15 novembre, des dizaines de travailleurs de l’agence DPD du Coudray-‹Montceaux, en Essonne (91), se sont mis en grĂšve pour exiger de‹l’employeur les documents permettant leur rĂ©gularisation et l’obtention de‹titres de sĂ©jour. Ces travailleurs triment depuis de mois ou des annĂ©es dans ce‹bagne, perdu en grande banlieue et isolĂ© de tout, Ă  traiter l’acheminement des colis. Ce ne sont pas les premiĂšres rĂ©voltes de travailleurs Sans-papiers.

Il y a bientĂŽt deux ans, la lutte de Chronopost Ă  Alfortville

Pendant 7 mois, de juin 2019 Ă  janvier 2020, une lutte devant l’agence Chronopost d’Alfortville, avec un piquet installĂ© jour et nuit, avait permis d’imposer la rĂ©gularisation de 27 travailleurs surexploitĂ©s par cette filiale de La Poste et ses sous-traitants. Cela a permis aussi la rĂ©gularisation de 46 autres travailleurs, d’autres sociĂ©tĂ©s, ayant activement participĂ© Ă  ce combat. Mais, Ă  la faveur de la crise sanitaire et du confinement de mars Ă  mai dernier, la PrĂ©fecture du Val-de-Marne est revenue sur ses engagements, annulant le suivi des dossiers des travailleurs qui ont menĂ© cette lutte, dont 83 ne sont toujours pas rĂ©gularisĂ©s.

Chronopost continue à surexploiter des salariés Sans-papiers, puis les licencie

Il y a deux ans, en aoĂ»t 2019, le MinistĂšre du Travail avait Ă©tĂ© obligĂ© de dĂ©marrer une enquĂȘte sur les pratiques de Chronopost et Derichebourg. À la faveur de la fin du conflit et de la crise sanitaire, l’Etat a lui-mĂȘme liquidĂ© son enquĂȘte. Alors la Poste a continuĂ© Ă  surexploiter les Sans-papiers exactement de la mĂȘme maniĂšre, c’est-Ă -dire par le moyen d’une cascade de sous-traitance Ă  l’intĂ©rieur de l’agence. Derichebourg n’a pas Ă©tĂ© inquiĂ©tĂ© et a continuĂ© Ă  s’occuper d’une partie du tri et de la manutention en y employant des travailleurs sans-papiers. Mais aujourd’hui affolĂ©s par la lutte de DPD Coudray, ces piteux patrons de La Poste ont lancĂ©, dans la prĂ©cipitation Ă  Alfortville de pseudos contrĂŽles de « papiers Â», et ont mis brutalement Ă  la porte des « sans-papiers Â» qu’ils ont recrutĂ©s et exploitent pourtant en toute connaissance de cause depuis plusieurs annĂ©es pour certains !

L’État organise les conditions de la surexploitation et sùme la peur par ses contrîles

Deux ans aprĂšs, les travailleurs sans papiers travaillent toujours pour la Poste. L’État fait des rĂšgles qui Ă©cartent de la rĂ©gularisation des centaines de milliers de personnes. Et les entreprises de cet État piochent dans ce marchĂ© de la main-d’Ɠuvre sans titre pour surexploiter dans des conditions proches de l’esclavage.‹Il faut que ça change. Tant que de la main-d’Ɠuvre sans titre existera, des entreprises existeront pour la surexploiter et tirer les conditions de salaires et de travail de tout le monde vers le bas. Avec ou sans titres, battons-nous donc tous ensemble pour la rĂ©gularisation globale de tous les Sans-papiers.

Tant que ce systĂšme de sous-traitance en cascade existera, tant qu’existeront les prĂȘts de main-d’Ɠuvre et l’intĂ©rim, les droits de tous les salariĂ©s pourront ĂȘtre bafouĂ©s.

Exigeons

  • La rĂ©internalisation Ă  la Poste de la sous-traitance et la suppression de l’intĂ©rim. ‹
  • La rĂ©gularisation des 83 refusĂ©s de la lutte de 2019 ‹
  • La rĂ©gularisation des salariĂ©s Sans-papiers que la Poste continue de surexploiter.

‹Et puis : ‹

  • La rĂ©ouverture des guichets. La fin de l’obligation de passer par internet. La possibilitĂ© de venir chercher son rendez-vous en prĂ©fecture, pour le premier dĂ©pĂŽt comme pour le renouvellement‹
  • Le renouvellement par une carte de dix ans. Aujourd’hui, la carte salariĂ©e, c’est la prĂ©caritĂ© Ă  vie. Les rĂ©gularisĂ©s de la lutte Chronopost en savent quelque chose.

Venez nous soutenir devant l’agence Chronopost, 2 chemin de Villeneuve St-Georges, 94140 Alfortville, RER D Gare de Vert-de-Maison ou bien Bus 103, arrĂȘt Val-de-Seine.




Source: Oclibertaire.lautre.net