Brève écrite par le Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC) et publiée sur leur page Facebook.
Depuis plus d’un an, des Mi’kmaq et des allochtones s’opposent activement à l’achèvement du projet Alton Gas, près de Stewiacke, en soi-disant « Nouvelle-Écosse ». Les protecteurs et protectrices de l’eau ont décidé de bloquer directement le projet en installant un campement et un camp, citant le traité de paix et d’amitié de 1752. Quelques personnes y  ont passé l’hiver bien au chaud. Alton Gas souhaite créer deux cavernes de sel afin d’y stocker du gaz naturel [1]. Selon leurs plans, 15 autres cavernes devraient s’ajouter. La création de ces cavernes produirait une énorme quantité de saumure très concentrée, que l’entreprise prévoit déverser dans la rivière Shubenacadie.
De multiples problèmes persistent au niveau des impacts environnementaux et du processus entourant l’approbation du projet. Alton Gas Storage LP et le gouvernement de « Nouvelle-Écosse » n’ont pas consulté adéquatement les communautés Mi’kmaq, comme l’a démontré, entre autre, une décision de la Court suprême de « Nouvelle-Écosse ».Ce projet démontre les insuffisances actuelles entourant la consultation des Autochtones et les processus décisionnels sur les enjeux environnementaux. Alton Gas menace l’eau, autant lors des phases de construction, d’exploitation et de désaffectation. Le projet, s’il en vient à terme, causerait des conséquences désastreuses pour la rivière Shubenacadie et tous ceux et toutes celles qui en dépendent. Le projet contribuera à l’expansion de l’industrie des combustibles fossiles en  « Nouvelle-Écosse » à une époque où l’on s’alerte de plus en plus face aux changements climatiques.
Vidéo, en anglais, sur la résistance au projet Alton Gas: Résistance Mi’kmaq, défendre le sacré
1. Le projet consiste à détourner l’eau de la rivière Shubenacadie afin de dissoudre le sel d’une ancienne mine (de sel), pour y créer des cavernes et y stocker du gaz naturel. L’eau, qui va contenir cette forte concentration de saumure (salt brine), sera ensuite rejetée dans la rivière Shubenacadie. Si le projet est réalisé, c’est environ 10 millions de litres de saumure ( 3, 170 tonnes de sel dur) qui vont être déversés dans la rivière à chaque jour. La compagnie prévoit acheter du gaz naturel l’été, alors que les prix sont plus bas, afin de le revendre l’hiver quand les besoins sont plus grands et les prix plus élevés…Le gaz serait stocké dans les cavernes souterraines que la compagnie veut construire.