Novembre 5, 2020
Par Contrepoints (QC)
343 views


Des dĂ©fenseurs de la Terre du peuple Innu ainsi que leurs alliĂ©.e.s ont bloquĂ© une voie ferroviaire prĂšs des bureaux de GNL QuĂ©bec Ă  « Saguenay ». Le message est clair : que le gouvernement provincial et fĂ©dĂ©ral ainsi que les conseils de bande coloniaux se doivent d’arrĂȘter immĂ©diatement le projet de gazoduc et GNL. La mise de l’avant de ce projet pourrait engendrer une crise sans prĂ©cĂ©dent ! Rappelons la crise ferroviaire de fĂ©vrier dernier oĂč nos sƓurs et confrĂšres des Premiers Peuples se sont mobilisĂ©s Ă  la grandeur du pays avec les Wet’suwet’en contre un projet de gazoduc. La riviĂšre Saguenay est au cƓur de nos terre ancestrales et comme peuple souverain nous exigeons son respect et sa protection intĂ©grale pour les gĂ©nĂ©rations Ă  venir.

Ainsi s’applique nos ordres juridiques anciens Ă©manant d’assi (terre) elle-mĂȘme qui sont aussi une expression du jus cogens international, de notre dignitĂ© et de l’exercice de notre droit Ă  disposer de nous-mĂȘme comme innu. Vous ĂȘtes sur des terres non-cĂ©dĂ©es que nous occupons depuis des millĂ©naires.  Apprenez Ă  Ă©couter les Premiers Peuples et Ă  respecter la Terre-MĂšre Tshikauinu assi. Nous sommes solidaires avec les luttes actuelles, Mi’kmaq, Wet’suwet’en, Haudenosaunee Ă  1492 Land Back Lane, Tiny house Warriors, Secwepemc, Stop Trans Mountain Pipeline, Anishinabe Moose Moratorium, Justice for Joyce, OCTEC, Kanesatake. Ainsi que tous nos alliĂ©.e.s, Mobilisation Matawinie Ekoni Aci, Collectif Emma Goldman, Alliance Mamo, Ni QuĂ©bec, Ni Canada : Projet Anticolonial, les Ă©tudiant.e.s et les groupes Ă©cologistes ! Jamais il n’y a eu autant de mobilisation contre un projet dans l’histoire.

Le Peuple Premier Innu est prĂ©sent sur le grand Tshitassinu depuis des temps immĂ©moriaux. Nous perpĂ©tuons une relation sacrĂ©e avec le Nitassinan. Jamais le Nitassinan n’a Ă©tĂ© cĂ©dĂ©. En tant qu’Innuat, nous avons la responsabilitĂ© de protĂ©ger cette terre pour les gĂ©nĂ©rations futures. Nous nous sommes toujours autodĂ©terminĂ©.e.s  sur le territoire, bien avant les couronnes britanniques, françaises et les structures coloniales canadienne Ă©manant de la couronne britannique tel que les conseils de bandedont la juridiction  a Ă©tĂ© volontairement restreinte Ă  la rĂ©serve laissant au chasseurs, AĂźnĂ©s et citoyens innu d’exercer cet obligations fondamentale de respecter l’eau. Nous n’avons jamais abandonnĂ© notre Ilnu utapelitamum (souverainetĂ© ancestrale) et nous continuons de pratiquer nos us et coutumes sur le Nitassinan malgrĂ© toutes les tentatives de nous exterminer depuis 1492. Nous sommes un peuple intĂ©gral avec ses propres lois et distinct par notre culture ancienne et nos rĂ©cits, notre langue, notre territoire, nos traditions politique et notre spiritualitĂ©.

« Assez ! C’est assez la destruction de notre environnement que nos ancĂȘtres nous ont lĂ©guĂ©s », lance Benoit, membre du Collectif des Premiers Peuples DĂ©fenseurs des Terres Ancestrales.

« C’est notre responsabilitĂ© en tant qu’Ilnu de protĂ©ger la terre pour les prochaines gĂ©nĂ©rations ! », s’exclame Kuekuatsheu, membre du mĂȘme collectif.




Source: Contrepoints.media