Des mois plus tard, au nom du ministĂšre public de BĂąle, des policiers sont entrĂ©s dans de nombreux appartements tĂŽt le matin. L’objectif : diverses personnes accusĂ©.e.s d’avoir Ă©tĂ© dans la rue contre le PNOS ce jour-lĂ . En quelques semaines, plus de vingt perquisitions de ce type sont effectuĂ©es Ă  BĂąle et dans d’autres cantons. Le ministĂšre public parle de 60 procĂ©dures engagĂ©es et se prĂ©cipite mĂȘme plus tard avec un pilori en ligne.

Pour nous, c’est clair : cette rĂ©pression massive nous vise tous et toutes, en tant que mouvement antifasciste. Elle devrait diviser et intimider.

Cela se manifeste Ă©galement dans la punition exigĂ©e. Pour notre ami, qui sera jugĂ© le 7 juillet, le ministĂšre public exige 8 mois de prison avec sursis. Il est accusĂ© de n’avoir fait qu’assister Ă  la manifestation. Cela montre clairement le caractĂšre politique de ces mesures rĂ©pressives.

Nous devons Ă©galement y apporter une rĂ©ponse politique ! Ce prĂ©lude Ă  la sĂ©rie de procĂšs Basel-Nazifrei est d’une grande importance. Nous nous rendons au ministĂšre public avec un rassemblement de solidaritĂ©. Nous voulons ainsi faire connaĂźtre l’affaire et augmenter la pression. Nous voulons montrer notre solidaritĂ© avec les ami.e.s accusĂ©.e.s et dire haut et fort : Il Ă©tait trĂšs important de descendre dans la rue contre le PNOS et il reste important de construire et de renforcer le mouvement antifasciste et antiraciste ! Nous ne serons pas intimidĂ©.e.s !

Appel de Basel-Nazifrei traduit de l’allemand au français


Article publié le 29 Juin 2020 sur Renverse.co