Novembre 6, 2020
Par Rebellyon
319 visites


En cette période de second confinement, alors que nos vies, nos liens sociaux et nos libertés fondamentales sont plus que jamais menacés, le maintien à tout prix de l’économie semble être l’unique préoccupation de ce gouvernement.

Conscient⋅es de la gravité de la situation sanitaire, nous constatons l’incohérence des mesures qui nous sont imposées : en autorisant les déplacements effectués dans un cadre professionnel, ce confinement a clairement pour objectif de préserver le capital.

Le Segur de la santé, lancé en mai dernier, s’est avéré être une supercherie, et à ce jour aucune annonce n’a été formulée pour investir massivement dans la santé. On nous impose donc un nouveau confinement en nous disant que les hôpitaux sont à la limite de leur capacité alors que de nombreux lits ont été à nouveau fermés après le premier confinement. Et comme d’habitude, ce sont les mêmes qui trinquent, à commencer par les travailleur.ses précaires des secteurs indispensables au fonctionnement de notre société : alimentation, santé, transport, hygiène, énergies, etc.

Le dernier confinement a fait basculer un million de personnes supplémentaires sous le seuil de pauvreté, portant le chiffre national à plus de 10 millions. Parmi elles, des intérimaires, des étudiant.es, des petit⋅es commerçant⋅es, etc. et on sait déjà que les aides financières promises par le gouvernement sont dérisoires pour vivre décemment.

Quant aux personnes déjà isolées et sans revenus (SDF, sans-papiers, demandeur⋅ses d’asile), les conséquences sont d’autant plus dramatiques, à la fois sur le plan social, financier et administratif.

Pendant ce temps-là, Blanquer s’assure que les enseignant⋅es endossent le rôle de garderie pour permettre aux travailleur⋅ses de faire tourner la machine ; le gouvernement n’a toujours rien proposé pour agir contre les violences faites aux femmes et aux enfants pourtant en augmentation lors du premier confinement ; les suppressions de postes dans le secteur privé sont massives, ce n’est qu’un début, et l’extrême-droite tente de récupérer politiquement le mécontentement légitime d’une partie de la population…

Devant l’inertie des pouvoirs publics, continuons de nous voir et organisons la solidarité à l’échelle locale, dans nos immeubles, nos quartiers et dans nos villes.

Parce que nous refusons que la vie s’arrête et que l’argent tourne toujours entre les mêmes mains !

Pour rendre nos initiatives visibles et résister ensemble à cette offensive liberticide qui ne profite qu’au capital, nous appelons à faire fleurir les banderoles à nos fenêtres pour rappeler que même confiné⋅es nous sommes déterminé⋅es. Vous pouvez envoyer vos créations sur la page Facebook « Cortège de fenêtres ».

Comme en Catalogne ou à Florence, restons attentif⋅ves aux mobilisations à venir.

Plus que jamais, organisons par quartier, par rue, pour maintenir la solidarité et nous rendre plus fort dans cette lutte contre le capital qui détruit nos vies et notre santé !




Source: Rebellyon.info