Mai 19, 2019
Par Marseille Infos Autonomes
69 visites


Sur la chaĂźne Le MĂ©dia, pour sa soirĂ©e spĂ©ciale du 1er mai 2019, Antoine Peillon, journaliste pour La Croix, affirme tenir de sources policiĂšres haut placĂ©es que JĂ©rĂŽme Rodriguez aurait Ă©tĂ© « pointĂ© Â». Comprendre « mutilĂ© sur instruction Â» en raison de son poids politique. En parallĂšle Jahan Lutz nous apprend dans RĂ©volution Permanente que trois gilets jaunes ont Ă©copĂ© de 2 mois de prison avec sursis pour avoir criĂ© « Castaner assassin Â».

Veuillez excuser ma lenteur, mais il me semble que si les informations de Peillon se vĂ©rifiaient, tirer sur quelqu’un avec une arme pour laquelle il est interdit de viser la tĂȘte, prĂ©cisĂ©ment en pleine tĂȘte et suffisamment prĂȘt (donc hors distances de sĂ©curitĂ©) pour lui faire Ă©clater l’Ɠil, tout ça Ă  des fins de musellement politique, ça ressemblerait tout de mĂȘme beaucoup Ă  une tentative d’assassinat ? Non ? Non, l’instruction des trois gilets jaunes vient de nous le dire. Alors c’est autre chose. Quel terme pourrions nous trouver ? Gilet-jaunicide ? Mutilation volontaire non lĂ©tale ? Neutralisation d’un black bloc Ă  visage dĂ©couvert sur le point d’attaquer la PiĂ©tĂ©-SalpĂȘtriĂšre ?

Peillon ajoute « Quand il y a une politique de post-vĂ©ritĂ©, elle est toujours liĂ©e Ă  une politique de violence. Ce sont les deux signatures fondamentales des totalitarismes. Â» Je suppose qu’il va falloir s’habituer Ă  appeler un chien un chat. Et dans notre tĂȘte voir danser les signifiĂ©s orphelins de leurs signifiants.

En plus de ne plus dĂ©livrer de vĂ©ritĂ©, le gouvernement s’arrogerait le droit de nous empĂȘcher de la clamer haut ? Penser de la sorte serait vraiment contre-productif et dĂ©viant.

À cet instant un petit exercice de psychose-fiction s’impose : imaginez un monde ou chaque citoyen, machine autonome [1] fusionnĂ©e Ă  son rĂ©seau, heureux (naĂŻf) symbiote libĂ©ral, serait Ă©piĂ© dans ses moindres faits et gestes par un gouvernement mal intentionnĂ©. Supposons que certains d’entre-eux, des oiseaux persifleurs, s’en rendent compte et dĂ©cident de chanter le temps qu’il fait. L’État pernicieux s’empresserait d’en faire des exemples contre toutes les lois nationales et internationales. Imaginez maintenant que les rĂ©seaux sociaux font de chaque citoyen un oiseau persifleur en Ă©veil, quelle rĂ©action de l’État serait la plus probable ? Êtes vous inquiets Ă  la simple Ă©vocation de mots comme « reconnaissance faciale Â», « Big Data Â», « GAFAM Â» ? Dormez vous bien la nuit ou vous rĂ©veillez vous en sueur en criant « libertĂ© Â» le visage bleuit par la peur ? Comptez vous rĂ©guliĂšrement vos yeux ? Un, deux, jusque lĂ  tout va bien ; un, deux, jusque lĂ  tout va bien ; un deux…

Il est temps de réagir.

L.F.T.

Bonus – article fiction – le futur de la presse :

Raillez la ou les mentions inutiles.

Le gouvernement est :

  • Assassin
  • TrĂšs sympa
  • En vacances
  • Raisonnable

L’incident Ă  la PiĂ©tĂ©-SalpĂȘtriĂšre est :

  • une recherche d’asile politique
  • une tentative de cannibalisme
  • un dĂ©mantĂšlement du service publique
  • un coup des jeunes de banlieue et des islamo-Ă©cologistes

Le monde entier nous envie :

  • Nos gilets-jaunes
  • Christophe Castaner
  • Notre Ă©quipe de foot
  • Nos fromages mĂȘme s’ ils disent le contraire



Source: Mars-infos.org