Avril 6, 2021
Par Squat.net
282 visites


– L’ex zad de Notre-Dame-des-Landes
 et ses colonies de vacances

MĂȘme dans les pires cauchemars, quand on imaginait ce que la zad pourrait devenir, on n’avait pas pensĂ© Ă  ça.

Depuis le texte visionnaire «Ça y est on a gagnĂ©(1)» au dessin de cet ancien habitant(2)
 Beaucoup de ces cauchemars s’étaient rĂ©alisĂ©s, ainsi on avait vu s’installer, traversant sans pudeur nos lieux de vie, les sentiers balisĂ©s, pour les zad-faris, l’office du tourisme et son phare pour Ă©clairer la zad, les produits estampillĂ© «zad» vendus pour NoĂ«l par les gentilles zartisanes.

Et des cagettes tellement dĂ©ter’ qu’elles se font sur le dos d’une lutte contre un aĂ©roport en assimilant Ă  fond le monde qui va avec. Depuis 2018, il y a un nombre impressionnant de dalles bĂ©ton et de racket (appelĂ©s Crowdfounding ou fonds de dotation). C’est bien simple, ils ne savent plus rien faire sans bĂ©ton, sans le sou, sans l’Etat, les flics, les merdias et la DDE et l’assentiment de la prĂ©fĂšte.

Mais aujourd’hui, les temps sont durs et leur marchĂ© s’étend aux enfants. Voila un nouveau Crowdfounding pour construire une Ă©cole «des tritons» sans pudeur une fois encore, sur un lieu de la lutte symbolique mais aussi chargĂ© d’une histoire concrĂšte de lutte contre ce monde, du dĂ©but de l’occupation, en mode radical anti-autoritaire, les Planchettes, une maison d’accueil avant 2012 et en rĂ©sistance Ă  la nĂ©gociation en 2018.

Et puis ces jolies colonies de vacances (merci maman merci papa), tout est bon pour se faire un job et tirer des sous dans cette ex-zad aux couleurs du monde de l’aĂ©roport.

N’ayant pas peur des mots, ces sĂ©jours sont appelĂ©s green zad washing ou «échappĂ©e verte» !

Rassurez vous, ils se déroulent sur un lieu pacifié, comme on peut le lire sur le site de la Bidouillerie, organisateur de cette colo:

«Ce territoire chargĂ© d’histoires est aujourd’hui pacifiĂ© et regorge d’une multitude d’activitĂ©s artisanales et agricoles (boulangerie, forge, atelier de travail du cuir, potager collectif
) On te donne rendez-vous pour dĂ©couvrir cette zone humide prĂ©servĂ©e grĂące Ă  une autre maniĂšre de vivre ensemble.»

ChargĂ©e d’histoire en effet, laissez-moi vous en compter une autre version:

Car peut-on dire d’un lieu qu’il est pacifiĂ© quand la gentille directrice de la colo et ses hĂŽtes, un gentil Ă©leveur et une gentille apicultrice, ont conquis ce lieu Ă  force de coup bas, de pacification et de gentrification.

Pour celleux qui ne connaissent pas l’histoire, elle se dĂ©roule au Rosier.

Pour la faire courte et écarter moult détails sordides, voici un résumé(3) (libre aux lecteurs de lire le foisonnement de textes, brochures et de questionner les nombreux témoins).

Le Rosier (premier squat de la zad) dont les habitants squatteurs ont appris, bien tard dans la phase des nĂ©gociations (que certaines avaient engagĂ©es avec l’État, avant, pendant et aprĂšs la destruction d’une grande partie de la zad au printemps 2018) que leur chers voisins du lieu appelĂ© la RiottiĂšre avaient dĂ©posĂ© auprĂšs de la prĂ©fecture une fiche sur
 le Rosier. Sans leur en parler et alors que les habitantes s’étaient clairement positionnĂ©es contre les nĂ©gociations avec l’Etat et avaient dĂ©cidĂ©, comme tant d’autres, de ne pas faire de fiches sur le lieu. Fiches qui comprenaient entre autres une clause s’engageant Ă  dĂ©noncer toutes personnes y vivant en cabane ou habitat mobile.

S’en suivront de nombreux Ă©pisodes les deux derniĂšres annĂ©es: de pressions, de vol de caravane, d’installation de leur pote en plein milieu du lieu, de coups de poing et de hache, de vol des plombs qui coupe l’électricitĂ© en plein hiver
 de destruction par le feu de l’une des cabanes, de harcĂšlement, pour finir par dĂ©gager manu militari le dernier habitant (en lui volant ses affaires et les dĂ©posant sur une aire d’autoroute lors du premier confinement) aprĂšs avoir dĂ©goĂ»tĂ© toutes les prĂ©cĂ©dentes.

Ironie des mots, un enfant dans une colo, on appelle ça un colon

Mais pour le coup les marmots n’y sont pour rien.
On ne peut pas en dire autant de la directrice.

Car autant savoir Ă  qui sont confiĂ©s les enfants. Cette personne donc, amie de la gentille apicultrice qui fait du miel pour la prĂ©fecture et du gentil Ă©leveur, a dĂ©jĂ  tentĂ© de s’installer au Rosier avant les expulsions, alors qu’elle s’organisait Ă  la RiottiĂšre, finissant par poser sans leur accord sa caravane sur le lieu. On la retrouve ensuite [comme] chef de file du coup de pressions pour virer les derniers habitants du lieu, enfin elle fait la maligne en criant partout, Ă  qui veut bien l’entendre, son dernier exploit au Rosier


Alors quand je lis: «l’apprentissage d’une autre maniĂšre de vivre ensemble», ça me fait peur. Pareil pour les «forums avec tous les enfants et les adultes de la colo» oĂč «Tu dĂ©cideras du programme de chaque journĂ©e selon les envies de chacun-e». On nous l’a dĂ©jĂ  fait.

Je pense connaĂźtre quelques enfants que ça dĂ©mange d’aller s’inscrire Ă  ce sĂ©jour, Ă  cette Ă©chappĂ©e verte, aseptisĂ©e, pour faire savoir qu’il est un peu tĂŽt et que l’ex zad n’est peut ĂȘtre pas encore si pacifiĂ©e que ça
 et qu’elle regorge encore de leurs cris et de leurs chuchotements, de leurs baignades en culotte (et sans surveillant de baignade habilitĂ© Jeunesse et sports), de leurs lieux secrets, alors certes les cabanes ont pour la plupart Ă©tĂ© dĂ©truites (ou rĂ©habilitĂ©es) mais il reste quelques arbres, quelques fossĂ©s, et de vieux vĂ©los dĂ©glinguĂ©s du temps oĂč les routes rendues impraticables aux bagnoles appartenaient aux chiens et aux gamins aux vĂ©los sans frein


Allez, un petite cagnotte pour envoyer les sauvageons(5) en terre conquise(6) ?

Notes:
(1) On a gagné, sur zad.nadir.org.
(2) Zad du turfu, sur zad.nadir.org.
(3) Le Rosier, petite histoire d’une zone Ă  dĂ©fendre, sur infokiosques.net.
(4) Rosier cherche Ă©pines, sur Squat!net.
(5) Terme employé par Blanquer pour désigner les enfants déscolarisés.
(6) En rĂ©fĂ©rence au documentaire Notre-Dame-des-Landes, la reconquĂȘte, qui montre, malgrĂ© lui, les signatures pendant les expulsions, les invitations Ă  la prĂ©fĂšte, et le demontage de barricades en pleines expulsions


Commentaires sur Indymedia-Nantes:

> De 10 à 14 ans ~ A partir de 425€
(Lundi 5 avril 2021, par sans vergogne)

http://www.labidouillerie.fr/sejours/echappee-verte

Hélas, les séjours sont complets !

> Contact
(Lundi 5 avril 2021, par Citoyenneté participative)

1 rue d’Uppsala
35 000 Rennes
contact [at] labidouillerie [point] fr
06.59.50.81.66

> Ami.e.s sur la ZAD, expliquez-vous
(Lundi 5 avril 2021, par des anciens soutiens en région parisienne)

C’est quoi ce truc de ouf !?
La zad organise des stages d’une semaine, mĂ©tiers anciens, Ă  425 boules.
C’est dĂ©primant cet aspect de la zad.
C’est quoi la prochaine Ă©tape ? EELV qui y organise son meeting pour 2022 ?

> Attention c’est peut ĂȘtre pacifiste que ça !
(Lundi 5 avril 2021, par rendez les sous)

Quant aux ados, ielles doivent carrément payer pour bosser

L’arnaque : De 14 à 17 ans ~ A partir de 525€
Pour retaper une yourte mongole ?
Le lieu reste Ă©nigmatique: « Notre camp sera installĂ© dans une prairie entourĂ©e d’un espace boisĂ© oĂč Ă©mergera prochainement la Crapouillerie, une petite cousine de la Bidouillerie, sur le territoire de l’ancienne lutte contre un aĂ©roport de Notre-Dame-des-Landes aujourd’hui pacifiĂ©. Â»
Attention: « en t’y inscrivant tu t’engages Ă  participer Ă  15h par semaine de temps de chantiers Â».

http://www.labidouillerie.fr/sejours/colo-chantier-ado

Attention c’est peut-ĂȘtre pacifiste que ça !
C’est pas des « crapouilles Â» c’est des salauds ces gens-lĂ  !

> Beurk
(Lundi 5 avril 2021, par rien)

C’est souvent difficile de se faire une idĂ©e prĂ©cise et Ă©clairĂ©e de la tournure que prend la zad en lisant les divers textes publiĂ©s sur internet (souvent empreints de haine et de rengaines, mais parfois justifiĂ©es je pense) mais alors lĂ  il suffit d’aller voir le site de la Bidouillerie pour ĂȘtre fixĂ©, c’est sans ambiguĂŻté  vraiment Ă  gerber, on croirait que ça sort des agents marketing de Pierre&Vacances, comment est-ce possible d’avoir pu laissĂ© des ordures pareilles dĂ©truire la zad? Et pour couronner le tout, la semaine Ă  425€
 j’ai vraiment cru Ă  un poisson d’avril mais je crains que non
 et le tout sponsorisĂ© par la CAF
 ça parait tellement loin la zone de libertĂ© (et des prix libres) que j’ai pu frĂ©quenter.
En tous cas ça vaudrait le coup d’organiser des actions de sabotage pour ruiner ce « projet Â» puant (en faisant bien attention Ă  ne pas nuire aux enfants sur place de quelque maniĂšre que ce soit). J’ai toujours l’espoir que cette zone soit libĂ©rĂ©e un jour et rĂ©occupĂ©e de maniĂšre saine, mais en voyant ce genre de dĂ©sastres c’est dur de trouver la motivation de s’y rendre


[Publié le dimanche 4 avril 2021 sur Indymedia-Nantes.]

Let’s block ads! (Why?)




Source: Fr.squat.net