Mis a jour : le lundi 9 septembre 2019 à 12:53

Mot-clefs:

Répression

Lieux:

Après sa visite à Lula dans la prison où est détenu l’ex-président du Brésil, Jean-Luc Mélenchon a montré qu’il était aussi crédible en historien de circonstance qu’en insoumis au système. « Je serai moi-même en procès politique à la fin septembre. Ce sera un moment très triste pour mon pays parce qu’il n’y avait pas eu de procès politique en France depuis la période de la guerre d’Algerie », a-t-il déclaré sans rire, car bien que souvent amené par sa fonction à faire le guignol le monsieur n’est guère porté sur la plaisanterie.

Signalons au Moi boursouflé de la Canebière – et quoi qu’on pense des organisations ou individus concernés –

  • qu’il y eut une douzaine d’organisations politiques dissoutes en juin 1968,
  • qu’en 1981 eurent lieu deux procès contre des militants des GARI (Groupes d’action révolutionnaires internationalistes) arrêtés en 1974,
  • qu’en mars 1978 trois militants des NAPAP (Noyaux armés pour l’autonomie populaire) furent condamnés à sept ans de prison,
  • que quatre militants du mouvement basque Iparretarrak furent condamnés à de très lourdes peines de prison (dont une à perpétuité) dans les années 80,
  • qu’en 1988 et 1989 les membres d’Action directe furent à leur tour condamnés à de longues peines d’emprisonnement.

J’ai par ailleurs le souvenir du procès, auquel j’ai assisté en 1971, d’un camarade de la Fédération anarchiste, Paul Chenard, poursuivi pour avoir publié une feuille intitulée Fais pas le zouave ! qui reproduisait le texte de loi sur l’objection de conscience, qu’un des articles de ladite loi interdisait de faire connaître.

  • Loin d’être exhaustive, cette liste suffit néanmoins à rendre ridicules les affirmations de celui qui aura bien du mal à nous faire croire qu’il est un nouveau Blanqui.

Non, Jean-Luc, t’es pas seul au monde !


Article publié le 09 Sep 2019 sur Nantes.indymedia.org