Manifes­tation : Mardi 26 mars 2019, 18 h Pl. de la gare Lausanne.

Pour la huitième année consécutive, négociant·e·s en matières premières et banquiers·ères se réunissent au Beau-Rivage Palace à Lausanne pour leur Sommet mondial des matières premières.

Grâce aux enquêtes de terrain fouillées de l’ONG Public Eye, les noms des géants suisses du négoce (Glencore, Trafigura, Vitol, etc.) et de multinationales ayant leurs sièges en Suisse deviennent, pour le grand public, synonymes de pillage, de violations des droits humains, de destructions massives de l’environnement et de corruption transnationale avec la complicité des grandes banques suisses.

Dernier exemple en date : la rupture dévastatrice d’un barrage ce 25 janvier dans l’État du Minas Gerais au Brésil, sur un site minier appartenant au groupe brésilien de la multinationale Vale, dont le siège international se trouve à Saint-Prex (VD). La réaction des autorités fédérales suisses face à ces scandales à répétition est d’autant plus inadmissible : se faisant le défenseur des pilleurs et pollueurs, le Conseil fédéral veut leur rendre service à nos dépens en vidant les caisses publiques pour qu’ils gagnent encore d’avantage ! Ainsi, dans son rapport de novembre 2018, il plaide pour la mise en place rapide de la RFFA, réforme fédérale soumise à votation le 19 mai 2019 qui prévoit de gros cadeaux fiscaux pour les multinationales établies en Suisse. Pour la suite, il prévoit l’introduction d’une taxe au tonnage, réforme fiscale calibrée sur les vœux des géants du fret maritime tels que MSC, numéro 2 mondial basé à Genève.

Venez nombreuses et nombreux vous informer et réagir lors du septième Contre-Sommet des matières premières organisé par le Collectif contre la spéculation sur les matières premières. Ne laissons ni le Conseiller fédéral Igniazio Cassis plastronner devant l’usine de Glencore en Zambie, ni le Conseil fédéral ignorer le rapport de mars 2018 de l’OCDE qui invite les autorités helvétiques à s’engager sérieusement contre la corruption transnationale ! Demandons avec Public Eye la mise en place en Suisse d’une autorité de surveillance des marchés des matières premières et mobilisons-nous autour de l’initiative « Pour des Multinationales responsables » !

Justice pour les victimes de ces activités criminelles !