260 visites


AprĂšs ses dĂ©clarations sur la non-nĂ©cessitĂ© des masques, des tests ou des vaccins, il les a tour Ă  tour imposĂ©s ; et aujourd’hui, en interdisant l’accĂšs aux magasins, lieux de loisirs, voire travail Ă  quiconque refuse d’ĂȘtre vaccinĂ©-e, il rend de fait la vaccination obligatoire.

Mais prĂ©cisons aussi que ce n’est pas contre le seul Macron que nous rĂ©agissons : quoique ce politicien soit particuliĂšrement caricatural, les autres ne valent pas davantage et ne gĂ©reraient pas mieux la situation actuelle. Face Ă  l’irruption dans nos vies de la Covid-19, ce n’est pas d’une dĂ©mocratie reprĂ©sentative plus « sociale Â» ou d’un Etat plus « rĂ©actif Â» que nous avons besoin – les institutions en place ont montrĂ© ces derniers mois (notamment avec « l’état d’urgence sanitaire Â») le caractĂšre illusoire des libertĂ©s qu’elles prĂ©tendent dĂ©fendre. C’est un autre mode d’organisation sociale qu’il nous faut, et trĂšs vite, parce que si le systĂšme capitaliste n’est pas directement responsable de ce nouveau virus, il favorise son Ă©mergence par le dĂ©veloppement industriel et sa diffusion par la mondialisation des Ă©changes, et il en ira de mĂȘme pour les prochains virus qui ne manqueront pas d’apparaĂźtre. Il s’agit donc de dĂ©truire sans plus tarder le systĂšme capitaliste – ne nous leurrons pas avec ses « crises Â», il ne s’effondrera pas tout seul !


Le passe sanitaire, c’est quoi et pourquoi est-il mis en place ?

Le passe sanitaire, c’est un QR code sur papier ou sur smartphone que fournit l’Assurance maladie dans trois cas de figure :

- quand on a rĂ©alisĂ© un test nĂ©gatif (ce dernier a une validitĂ© de vingt-quatre heures et il deviendra payant dĂšs octobre) ;

- quand on a reçu les deux doses d’un vaccin contre la Covid – une seule dose pour ceux et celles qui ont dĂ©jĂ  contractĂ© ce virus ;

- quand on s’est rĂ©tabli-e de la Covid depuis plus de onze jours.

‱ Le passe sanitaire a une fonction Ă©conomique

Pour la cohorte des entreprises qui ont un intĂ©rĂȘt financier Ă  vendre leurs vaccins, il est Ă©videmment important d’obtenir la vaccination obligatoire, ou encore d’affirmer le caractĂšre « indispensable Â» d’une troisiĂšme dose dans quelques mois. Mais le systĂšme marchand en gĂ©nĂ©ral a Ă©galement Ă  gagner avec le passe sanitaire : il va transformer notre Ă©tat de santĂ© en une donnĂ©e publique qui viendra s’ajouter aux innombrables informations personnelles dĂ©jĂ  mises sur les rĂ©seaux sociaux et utilisĂ©es pour vendre toujours plus de produits.

C’est cependant surtout pour l’Etat que l’enjeu du passe sanitaire est primordial ; il dĂ©fend les intĂ©rĂȘts des capitalistes, qui doivent avoir une main-d’Ɠuvre en mesure de produire de façon Ă  augmenter sans cesse leurs profits. Il s’agit donc pour lui de limiter par tous les moyens l’ampleur de l’épidĂ©mie afin de « renouer avec la croissance Â» au plus vite.

A la vĂ©ritĂ©, le passe sanitaire met au jour la rĂ©alitĂ© des classes sociales puisqu’il n’est pas destinĂ© Ă  n’importe qui : pour se rĂ©unir, « nos Â» Ă©lu-e-s n’auront pas besoin de l’utiliser ; les flics non plus
 et les patron-ne-s arriveront sĂ»rement sans peine Ă  s’en dispenser. Il est notoire que la diffusion du virus a Ă©tĂ© favorisĂ©e notamment par la clientĂšle des aĂ©roports qui voyage couramment en « classe affaires Â» – cadres sup, reprĂ©sentant-e-s politiques, les « bourges Â» quoi
 et ce sont nĂ©anmoins les jeunes, les soignant-e-s, ou encore les « sans-dents Â» que le gouvernement s’obstine Ă  dĂ©signer comme des dangereux irresponsables, des Ă©goĂŻstes sans doute antivax sinon fachos.

‱ Le passe sanitaire a une fonction politique

Ce passe accroĂźt encore le contrĂŽle social. Alors que la loi sĂ©curitĂ© globale a ajoutĂ© de nouveaux moyens de coercition et de fichage aux multiples dispositifs sĂ©curitaires et liberticides dont disposaient les forces de l’ordre, il permettra notre identification Ă  tout moment et dans tous les lieux oĂč nous circulerons.

Certes, le gouvernement a dĂ» reconnaĂźtre le caractĂšre illĂ©gal d’une procĂ©dure impliquant que n’importe quelle personne – restaurateur, infirmiĂšre, buraliste, vigile
 – soit chargĂ©e de vĂ©rifier non seulement l’état de santĂ©, mais l’identitĂ© d’autres personnes. Il a donc proposĂ© d’installer des milliers de machines Ă  l’entrĂ©e des lieux oĂč le passe sera requis, afin que chacun-e y badge de maniĂšre autonome. Mais que cet acte soit rĂ©alisĂ© par nous-mĂȘmes ou par quelqu’un d’autre, il n’en demeure pas moins un contrĂŽle d’identitĂ© numĂ©risĂ© qui pourra trĂšs facilement ĂȘtre centralisĂ©, et ajoutera au traçage et au flicage croissants de la population dans son ensemble.

‱ Le passe sanitaire a une fonction propagandiste

La vaccination obligatoire n’empĂȘchera pas le « dĂ©ferlement Â» du virus annoncĂ© pour cet Ă©tĂ© : si « 4e vague Â» il y a, elle est en cours, et la plupart des gens qui commencent Ă  se vacciner maintenant n’auront pas de passe valide avant dĂ©but septembre. Autant dire qu’ils et elles ne passeront pas un meilleur Ă©tĂ© que s’il y avait un confinement, car tout leur sera interdit ; et, contrairement Ă  ce qu’affirme le gouvernement, ce n’est donc pas la vaccination de juillet qui enrayera la pandĂ©mie.

Enfin, le passe sanitaire risque d’engendrer un faux et dangereux « sentiment de sĂ©curitĂ© Â». Depuis le dĂ©but de la pandĂ©mie, bien des personnes se sachant malades ont Ă©vitĂ© tout contact avec les plus vulnĂ©rables (par l’ñge ou par quelque pathologie) ; et les plus vulnĂ©rables ont bien souvent dĂ©cidĂ© de se protĂ©ger
 sans attendre les injonctions du gouvernement et des mĂ©dias
 parce que de tels comportements dĂ©coulent du simple bon sens commun. Mais les personnes qui dĂ©tiendront un passe risquent de se croire immunisĂ©es, et d’oublier les prĂ©cautions Ă  prendre Ă  l’égard des plus vulnĂ©rables parce que les vaccins anti-Covid n’empĂȘchent pas d’ĂȘtre contaminĂ©-e ou contaminant-e.

Alors, « on arrĂȘte tout, on rĂ©flĂ©chit (et c’est pas triste) Â» ?

Le virus responsable de la pandĂ©mie est en train de s’installer dans notre environnement et de remplacer la grippe saisonniĂšre, tandis que le nombre de lits et de services hospitaliers continue de baisser, et celui de soignant-e-s dĂ©couragĂ©s ou de riches aux anges de croĂźtre. Aussi, ne laissons pas le gouvernement nous imposer le passe sanitaire comme une mesure d’urgence prĂ©tendument temporaire (on sait que de telles mesures deviennent trop souvent la norme) et un « monde d’aprĂšs Â» encore pire que l’actuel.

DĂ©battons ensemble – au sein d’AG, de collectifs de quartier ou de comitĂ©s de base
 – pour organiser la rĂ©sistance dans l’intĂ©rĂȘt collectif, ainsi que la solidaritĂ© face Ă  la rĂ©pression. Il faut obliger le gouvernement Ă  faire marche arriĂšre sur ses projets – le passe sanitaire, mais Ă©galement les rĂ©formes des retraites et de l’assurance-chĂŽmage, dont il veut l’application d’ici Ă  la fin de l’annĂ©e 2021 –, et battre sagement le pavĂ© ne suffira pas Ă  gagner une telle bataille.

Des anarchistes-communistes




Source: Oclibertaire.lautre.net